UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2013

Le délit d'opinion où les recettes d'un régime en overdose

Lorsqu'une démocratie décrète qu'une opinion est un délit, elle franchit le pas qui la sépare d'une dictature. La liberté d'expression est l'âme de la démocratie. L'âme n'a pas à subir la loi des hommes au regard de leurs actes avérés ou rapportés. Si la sauvegarde de la démocratie doit nous conduire à tuer l'objection, elle est une tyrannie et une aberration. Lorsque l'esprit républicain confisque l'histoire afin de conduire la réflexion à l'expression d'opinions conformes et idoines, il entretient la terreur et la fracture. La démocratie n'est alors plus l'agora des hommes libres, mais une religion dogmatique qui retarde l'inévitable échéance d'une renaissance pour la croyance en l'absolue nécessité d'une fin en soi.

17:48 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.