UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2017

Les chrétiens ont détruit la religion d'Homère, leur pénitence est l'Islam

Les chrétiens ont détruit la religion d'Homère, modèle de tolérance.

Leur pénitence est l'Islam.

Ils ont pactisé avec le diable au nom du monothéisme

29/08/2016

Tuot, l'anti France au service du pouvoir

Burkini : c'est l'islamo-collabo Tuot qui a signé la trahison du Conseil d'Etat !

22/08/2016

Ajda Nahai, morte à 18 ans en combattant l'EI

ScreenHunter_02 Aug. 22 21.22.gif

(Tweet de Alabartoi)

14/08/2016

Burkini, ou l'utopie du vivre ensemble

Burkini, les enchères montent !! Honte à BFM TV qui a censuré le témoignage des Corses et diffuse celui clairement mensonger d'un des agresseurs!

                                       **********************************

Rien ne les arrête !! Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) attaquera devant les juridictions locales tous les arrêtés municipaux interdisant le port du burkini à la plage, a annoncé mercredi à l'AFP son porte-parole Marwan Muhammad.

La bonne blague !! La France doit désormais faire valoir et légitimer le bien-fondé de son droit à demeurer la civilisation qui l'a fait naître face aux revendications communautaristes. Une justice qui mettra à pied d'égalité celui qui s'est donné pour vocation d'accueillir et celui qui s'est donné pour vocation d'évoluer en terrain conquis.

Petit avantage aux élus locaux qui se sont donnés une once de courage derrière la raison première des évènements récents.. mais à long terme, la parade ne tiendra pas sans aborder de front l'idée phare et incontournable d'une préférence civilisationnelle !!

                                      ***********************************

Mais n'attendez rien de notre cher président : Vous attendiez la fermeture de mosquées radicales, et bien vous aurez une fondation pour l'islam de France.

 

04/08/2016

La presse prèfère les dingues aux terroristes !! Consignes ???

Londres : une femme poignardée à mort et cinq blessés

L'auteur du crime : un jeune de 19 ans !!! On oublie de nous dire norvégien d'origine somalienne !!! et comme par hasard, il aurait problème de santé mentale !!!

Touche pas à mon pote !!!

Éric Besson (ancien Ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire du gouvernement François Fillon II), avait affirmé: « La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France du métissage ». (déclaration faite à la Courneuve, une cité emblématique de la Seine-Saint-Denis).

Résultat :

Capture6.JPG

Capture3.JPG

Où sont les femens ????

......en attendant, pas touche aux mosquées, mais on expulse les prêtres et les enfants de coeur de Sainte Rita !!!

21/06/2016

Idolâtrie, qui sait l'esprit qui l'habite ??

L’idolâtrie est l’expression de l’amour de la vie loin de toute doctrine, morale, dans l’observation d’un oïkoumene indépendant des manifestations humaines. L’idolâtrie est le miroir émotif qui réfracte les manifestations divines imperceptibles, à travers le prisme convergeant d’expressions manifestées en amont des interprétations humaines. Un auteur (dont le nom est sans intérêt), empruntant les mauvais symboles, s’est autorisé un parallèle entre Daesh et idolâtrie avec en illustration le symbole runique lié à la mort, symbole qui dans les anciennes religions n'est en rien lié à un crime…peut-être eût-il été mieux inspiré de faire un parallèle avec l’inquisition et la doctrine mortifère de Christ !! Oser le parallèle avec les religions qui ne s’érigent ni en lois ni en juges, est l’expression pleine et entière de son innocence, entendez ignorance. Les religions pré-chrétiennes sont l’expression même de la tolérance la plus authentique…Daesh est au contraire fanatisme et réductionnisme dans la démesure, anthropomorphisme et infini décalage, construction artificielle et déni du monde souverain, expression la plus sûr du dogmatisme aveugle qui prône la soumission de l’esprit à des préceptes sectaires, rejet de la vie sur un autel qui fait office d’étal.

Lorsque j’eus manifesté mon étonnement auprès d’un instituteur à propos de l’affichage de ce texte exposé dans l’enceinte voué à l’enseignement, celui-ci me demanda : « Le paganisme, c’est tout ce qui n’est pas chrétien ?? »

Incurie !! On en est donc là !!! L’ignorance n’est-elle pas le terreau d’un monde en perdition ???

02/05/2016

La presse en a-t-elle parlé ?????

Autrichienne de 17 ans qui avait rejoint l'EI....battue à mort avec un marteau après avoir servi de cadeau sexuel aux nouveaux combattants

Mutisme complice des médias occidentaux

24/02/2016

Islam, islamisation, islamisme, islamophobie

Islam, islamisation, islamisme, islamophobie. Qu’est-ce qui différencie les termes si ce n’est l’approche si décriée d’une question ?? Approche subjective, objective, autorisée ou stigmatisante ?? L’Islam est une religion. Sur ce point, tout le monde fait unité. Au regard des lois de la République, point d’ostracisme. Les monothéismes se partagent le troupeau de la diversité bêlante (pardon j’abjure). L’islamisation est, quant à elle, la résultante d’une restructuration forcé…ment bénéfique en notre nation remixée, liée à une immigration extra-européenne en état de grâce, chance et progrès par accoutumance aux idées reçues, pour nécessité d’adapter mœurs et usages de l’enraciné spectateur déprimé, élevé au rang de citoyen du monde, pour les besoins d’un projet de société déclaré sacré au delà du droit qui oublie sa vocation sur l’autel du référendum (je reprends mon souffle). Le monde ne serait qu’étonné de cette européenne candeur, si n’en découlait un islamisme qui recrute parmi les élus déracinés d’une intégration en état de mort cérébrale, islamisme qui tue pour tuer. Point de candeur pourtant en cet électoral investissement, en ce commerce de bonnes manières où laïcité se glorifie en spéculant sur le fantasme de ses vertus enviées, sous le voile pudique d'une excellence distillée. Projecteurs néanmoins sur l’islamophobie prêtée à un peuple bousculé dans ses modes et conceptions de vie transmises depuis des millénaires et confiné au silence.

Or, que vous inspire cet innocent résumé de faits dont on ose exprimer l’idée ??? L’hérésie, l’animalité, la non-conformité non conforme, l’incurie bien-sûr, pour laquelle votre nostalgie de l’échafaud cède au spectre glaçant d’une indignité nationale. Vous me comblez de vos délicatesses bien actuelles et je vous souhaite pour l’avenir lumières en votre esprit, pour parer à de bien mauvaises récoltes soumises à déconvenues. Mais je devais vous dire au delà des usages si délicats de la bien-pensance et repentance et tout ce que la panse a de vertu vu de l’esprit chez certains….et je me permettrais de citer Beaumarchais : « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur ». Mais le droit, et surtout le non-droit a supplanté l’esprit français qui n’est plus que littérature. D’où mon incurie !!

*****************************************************

L'élue "Les républicains" voilée / république outragée

La laïcité, c'est un peu le sanctuaire virtuel d'un enclos vide de substance, terre promise du messianisme caméléon à cocarde. Les hommes politiques en font  leur laboratoire à succès, et ouvrent à des perspectives nouvelles un modèle qu’ils feignent de défendre et sauvegarder. Ainsi Alain Juppé pour le port du voile à l'université, rudoie Marianne et corrige Ferry, tout en théorisant  avec hauteur sur les grands principes dont il s’autoproclame émanation et prophète, drapé dans la toge d’un patriote irréprochable.

11/12/2015

L'Algérie s'est dotée d'une loi criminalisant les violences contre les femmes

La loi, qui modifie et complète le code pénal, introduit la notion de harcèlement sexuel et punit toute forme d'agression, de violence verbale, psychologique ou maltraitance, notamment en cas de récidive.

Elle précise ainsi que la violence peut prendre plusieurs formes dont des agressions n'entraînant pas forcement des blessures visibles.

Cette nouvelle législation veut notamment défendre les femmes contre les violences de leur conjoint et préserver leurs ressources financières des convoitises de celui-ci.

Après son adoption par les députés, des conservateurs avaient dénoncé cette loi comme une intrusion dans l'intimité du couple contraire aux valeurs de l'islam.

Mascarade !! Le texte prévoie un arrêt des poursuites judiciaires en cas de "pardon" de la victime.

les-stars-victimes-de-violences-conjugales-

13/01/2014

2014 : tous aux abris, mais bonne année quand même !!

Année 2013 :

La France est riche de 4,4 millions de chômeurs, mais nos économistes disent que nous avons besoin de travailleurs étrangers.

La France compte 11 millions d'immigrés d'origine extra-européenne dont citoyens français par droit du sol, et comprenant 10 millions de musulmans. Les émeutiers de nos zones de non-droits ne souffrent pas d'une répression policière. Je n'ai pas classé ces derniers par malveillance à la suite de l'énumération précitée.

Le parlement français fait passer en force une loi autorisant le mariage homosexuel brisant une valeur plurimillénaire, celle de la famille. Les contestataires sont durement réprimés.

La liberté d'expression est durement malmenée, dans l'intérêt du nec plus ultra d'un contingent d'adjectifs sanctifiés, garants d'un vivre ensemble qualifié de bien-être salvateur.

Nos enfants héritent d'un pays ruiné et démoralisé, mais nos dites élites aiment et continuent à nous vanter leur savoir en économie.

Le parlement légifère pour supprimer le mot race de la constitution, mais maintien la politique de surendettement collectif d'une France privée de souveraineté, livrée à une culpabilisation effrénée, contrainte à renier ses ancêtres discrédités.

Les français sont en outre privés de tout référendums sur les grandes questions de société. Sauf en 2005 lorsque le projet de constitution européenne a été rejeté par nos compatriotes. Les politiques ont alors trompé le peuple en adoptant, grâce à quelques artifices, l'illégitime traité de Lisbonne. Il ne seront plus consultés, si ce n'est peut-être sur l'opportunité de carrefours giratoires, histoire de les faire tourner en bourriques !!

Car il faut le savoir : les ratifications des traités européens sont minés par les irrégularités : Si vous voulez avoir mal à la tête, je vous invite à lire cet article édifiant du site "agoravox.fr" :

Les français ont été grugés, et les peuples de l'Union dupés par des dirigeants sans scrupules

Bon, et pour 2014 ??? Tout le monde aux abris !!! Bref, y'en a pas !!

19/03/2013

Nouveau pape en sauveur d'une église malade d'elle-même

Le pape intronisé, les démocraties ont fait le déplacement et se signent pour la circonstance.

Car la démocratie a ce devoir de respect protocolaire. Elle est un dogme et un leurre, tout comme l'église. Pseudos démocraties pour pseudo religion de l'amour, la grand- messe qui fait office de congrés rend hommage à un vieil homme, aveugle et sourd aux noires et froides braizes des bûchers et autodafés de l'histoire, révélatrices d'une intolérance originelle.

De toute évidence, l'église en crise face à l'Islam,  son rival et ami maudit, avait besoin d'un nouveau pape pour manifester sa présence, et s'affirmer sur des terres qu'elle s'était acquise par la terreur à défaut de persuasion, le temps d'imprimer aux esprits l'impérieux devoir de tradition. La présence de cette internationale de la démocratie, dogme qui pratique le culte de l'hypocrisie au nom de ses principes érigés en Tables de la Loi ( notamment en participant à l'implantation et au développement d'un Islam prétendument tolérant ), consacre le règne victorieux d'un monde opportuniste et sans foi qui s'évertue à se cacher derrière l'icône d'une religion désavouée par le temps, par ses crimes, ses contradictions, et son incapacité à honorer les promesses qui l'ont portée aux nues.

Dogme de l'hypocrisie qui comble tant d'indigents attirés par la lumière, peu regardant, crucifiés à l'esprit du temps, empressés à se murer dans l'étroite ascèse d'une superstition morbide et bancale, perdus dans le martyrologe de leur esprit en quête d'affliction, livrés à l'exaltation d'une émotion mal contrôlée, salutaire et libératrice de leur addiction à la peine, génératrice d'un monde à genoux.

22/03/2013

Le pape François a affirmé vouloir "intensifier le dialogue avec l'Islam" et les non-croyants et "construire des ponts" en soulignant le sens du terme "pontife", "constructeur de pont avec Dieu et entre les hommes."

"Il est important d'intensifier le dialogue entre les différentes religions, je pense surtout au dialogue avec l'Islam."

On y vient !! L'église a t-elle vocation à servir de pont à l'Islam et partager ce pain béni d'une Europe déboussolée en perte d'identité ??

Et le dialogue avec la religion d'Homère ?? Une religion assassinée est-elle oeuvre de Dieu ?? Par ici, point de ponts !! Maudits païens !!

Tout le monde se hâte d'oublier ce qu'est l'église. En 1441, au concile de Florence, il est décrété que les païens, les juifs, les hérétiques et les schismatiques n'auront aucune part à la "vie éternelle" et que tous, à moins de se tourner avant de mourir vers la véritable religion, iront droit en enfer.

Enfin pour conclure, citonc Cioran, philosophe roumain d'expression française :

"Tout ce qui est encore vivant dans le folklore vient d'avant le christianisme. Il en est de même de tout ce qui est vivant en nous."

22/10/2012

La doctrine Alaouite

Les Alaouites gouvernent la Syrie depuis prés de 40 ans. Ils sont les tenants d'une culture de relative tolérance et de laïcité en ce sens qu'ils ne cherchent à convertir personne. Pas franchement prosélytes, ces derniers se distinguent par leur absence de signes religieux ostentatoires. La plupart du temps, la prière se fait chez soi, à même le sol, loin des nombreuses mosquées du pays. Même s’ils n’accordent pas une importance particulière au hajj à La Mecque et qu’ils ne s’embarrassent pas de la salât, les cinq prières quotidiennes obligatoires, les Alaouites tiennent pour sacré les autres piliers de l’islam. Pas question, par exemple, de remettre en cause le tawhîd, la croyance en un Dieu unique. Mais les femmes alaouites sont beaucoup plus libres que la plupart des femmes musulmanes". 

Aujourd'hui, les enjeux de la guerre en Syrie ne laissent plus que les médias français dans la maladresse de leur parti-pris : Les "terroristes salafistes" à la solde d’intérêts étrangers (Turquie, Arabie Saoudite, Qatar), principalement sunnites, veulent instaurer l'Islam intransigeant et rigoriste dont on constate l'expansion de pars le monde. Petit rappel !! Ayant reçu mandat sur la Syrie, et se défiant du nationalisme arabe des sunnites, la France a encouragé pendant l'entre-deux-guerres un particularisme Alaouite dans le but d'en faire un peuple à part entière, n'ayant rien à voir avec les Arabes, et dont l'histoire remonterait aux Phéniciens. Les temps ont changé !! Surtout, les intérêts de la France ont changé !! Aujourd'hui, notre pays joue la carte de l'Islam conquérant ( comme l'Europe avec serbes et kosovars ) et mise sur la chute des Alaouites aprés leur avoir donné jadis du poids.

Article wikipedia :

Alaouites : Ils professent la croyance de la bénédiction de l'Esprit saint dans la succession des imams chiites: Leur livre saint est le Coran.

La cosmogonie alaouite est dialectique : au début des temps, les âmes des croyants sont des lumières autour de Dieu et le louent, puis se révoltent en doutant de Sa divinité. Elles sont alors précipitées sur terre où elles sont enfermées dans des corps matériels condamnés à la métempsycose. Mais elles ont une chance de se racheter : en effet, Dieu leur apparaît dans l'histoire pour les contraindre à l'obéissance.

Le prophète a été Adam, Noé, Jacob, Moïse, Salomon, Jésus, et Mahomet, le successeur a été Abel, Seth, Joseph, Josué, saint Pierre, et Ali.

Ainsi, Muhammad Ibn Nusayr est-il le bâb du dernier imam. Celui qui reconnaît le mâ'na est sauvé, libérée du cycle, son âme redevient étoile, et retourne à travers les sept cieux vers le ġâya, le "but ultime", c'est-à-dire la contemplation (mu'âyana) de la lumière divine.

Mais la réincarnation peut être une punition. Car l'âme qui a transgressé les commandements de Ali doit être réincarnée jusqu'à sa purification chez un juif, un chrétien, ou encore pire, un animal. OUPS

Spiritualité ésotérique, l’Alaouisme emprunte autant à l’Islam qu’à la Philosophie Grecque, au Gnosticisme et au Christianisme. Les Alaouites possèdent ainsi leur propre trinité et célèbrent une forme d’eucharistie, à l’aide de pain mais aussi… de vin. Surtout, ils croient en la métempsychose, dans une acception proche du samsara bouddhiste.

16/10/2012

Commentaires à propos d'un article de "liberation.fr"

Quelques commentaires sur le site de "liberation.fr" à propos d'un article au titre cow-boy : "bobards de Marine Le Pen au sujet des naturalisations":

les-bobards-de-marine-le-pen-sur-les-naturalisations

KEBLIN :

Du grand n'importe quoi !!!

Si votre article a pour but d’informer les lecteurs, je me permets alors de poster 2 liens supplémentaires, en guise d'opposition. Ca donne à réfléchir rien de plus.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france...

http://www.youtube.com/watch?v=0ZNfgABc...

COUDRAYE répond à KEBLIN :

J’ai lu l’article sur le Figaro...oui en effet! Mauvais presage pour l'Europe! j’ai connu la même situation au Kosovo. En 1945, à Pristina (Kosovo) il n’y avait pas un seul Albanais musulman dans la ville. Que des Serbes Orthodoxes (Chrétiens). En 1999, il n’y avait presque plus de Serbes à Pristina mais que des Albanais musulmans. Les derniers Serbes étaient des vieux et les Albanais s'en moquaient sachant que les enfants avaient déjà quitté la ville. Moins de 50 ans pour virer les occupants! La même chose va se passer en France mais d'abord dans des zones précises. Par exemple, un quartier deviendra 90% musulmans alors dans cette zone des lois différentes seront appliquées. Nous pourrons appeler cela la Balkanisation du pays.

En 1974, à la tribune de l’ONU, le président de la République Algérienne, Houari Boumediene, a déclaré :
« Un jour, des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour aller dans l'hémisphère nord. Et ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C'est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire ».
Dans le Figaro du 19 décembre 2006, notre grand ami Mouammar Kadhafi déclarait :
« Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les 50 millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman ! »

CHRISTOPHE 1966 :

Plus besoin de naturalisation... il y en a suffisamment pour changer le visage de la France

......, il est mathématiquement certain qu'une partie de l'Europe sera à majorité musulmane d'ici un nombre d'années qu'il est facile de calculer.
Que ce soit en 2050 ou un peu avant ou un peu après, le résultat est certain.
Mais d'ici là, des villes, des quartiers et même des régions entières seront déjà à majorité musulmane. N'est-ce pas déjà le cas à Roubaix, Tourcoing ? Dans plusieurs villes de la région parisienne ou lyonnaise ?
Ceux qui se "rassurent" en pensant que demain est un autre jour doivent réfléchir, car il n'est pas nécessaire qu'un territoire soit à majorité musulmane pour que la loi musulmane s'y applique : on sait qu'il suffit de 30 à 35 %.
Ceux qui n'y croient pas doivent se souvenir de ce reportage passé à FR 3 où un très sympathique musulman de Roubaix déclarait en souriant très aimablement que si la majorité devenait musulmane, la charia s'appliquerait bien évidemment.
Les Français sont-ils conscients que notre pays comporte déjà quelques futurs Kosovo ?
Ils devraient lire le livre de Caldwell sur le changement de civilisation qu'est en train de connaître l'Europe du seul fait de la démographie.

ANASTASIE 2012 :

Quand le sage montre la lune , l'idiot regarde le doigt

Pourquoi ne relayez vous pas les menaces contre la République venant d'associations comme l'UAM 93 et courtisées par des responsables politiques de droite ou de gauche ? Où est le danger?

14/10/2012

L'Union des Associations Musulmanes du 93, le principal réseau associatif musulman du département, gérant ses plus grandes mosquées, et chez qui se presse toute la classe politique (sauf FN, pourquoi? il n'y a plus de défenseurs de la République?), a encore publié un texte à la gloire du niqab sur son site.

Il est titré:

"Le niqab supérieur à jamais au dévoilement du visage

La République a beau répéter et placarder partout que son idole avait le visage dévoilé , les vrais Musulmans n’en ont que faire."
observatoire de l'islamisation

L'UAM93 a été invitée récemment dans les locaux de l'Humanité, reçu par son directeur et n°2 du Front de Gauche Patrick le Hyaric..

Daniel Youssef Leclercq (1) affirme clairement que si une loi est votée afin d'interdire la burqa, elle ne sera pas considérée comme légitime car en contravention avec la Charia (Loi de Dieu)

Interrogé en 1992 par Jean-Paul Mari, un journaliste du Nouvel Observateur, Leclercq alors président de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF, intégrée au CFCM qui déclare avoir peur des amalgames quand on découvre des projets d'attentat ou des meurtres d'enfants!), avait déclaré que : « Si demain on avait une majorité dans ce pays, pourquoi est-ce qu’on imposerait pas la Charia progressivement ? Ca vous dérange? Tant pis ! » [Aziz, Philippe. "Le paradoxe de Roubaix" éd. Plon, Ch IV au nom du Djihad, p 90-91]

(1)Converti à l’islam en 1984 par le mouvement Tabligh il fut désigné membre permanent de la Ligue islamique mondiale (LIM) en 1999, instrument de l'Arabie Saoudite.

*************************************************************

A propos de bobards, le_bozon met plutôt en avant ceux de notre président gourou, plus éloquent que Marine en la matière : En effet François Hollande s'était engagé, pendant la campagne présidentielle à renégocier le traité Merkel/Sarkosy. Non seulement ce traité a été adopté en l'état à l'Assemblée nationale non sans que ne s'exercent des pressions sur quelques élus récalcitrants, mais en plus, le gouvernement a refusé de consulter les électeurs.

le_bozon :

Les longues phrases et les grands mots qui ont fait l'élection de François HOLLANDE

Discours de François Hollande dans le cadre de la rencontre européenne « Renaissance pour l’Europe » le 17 mars 2012 au Cirque d’hiver à Paris

Extraits choisis:

" Cette crise, je dois le rappeler, n’est pas venue de nulle part. Elle n’est pas produite par la fatalité."

" Cette crise, c’est celle du libéralisme débridé, de la finance sans règle et de l’effacement méthodique des interventions publiques."

" L’Europe s’est affaiblie à mesure qu’elle s’éloignait des peuples, qu’elle ne répondait plus à leur attente, qu’elle était perçue comme impuissante face aux forces du marché, obsédée même par la dérégulation, incapable de résister à la mondialisation libérale.
C’est cette Europe que je ne veux plus. C’est cette Europe que je veux réorienter. "

" Face à un pacte qui porte le nom de stabilité mais qui peut devenir un pacte d’austérité, j’oppose un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance. "

" C’est pourquoi j’ai affirmé à plusieurs reprises, et je le fais encore aujourd’hui solennellement, que je renégocierais le traité budgétaire, non pas simplement pour la France mais pour l’Europe tout entière."

" Ce traité est une illusion, mais c’est aussi un risque, celui de devoir faire dans quelques mois ou dans quelques années, après des efforts parfois insupportables pour les Européens, le constat de l’échec et de l’impuissance."

" Non, je mettrai toute ma détermination non pas à quitter la table des négociations, mais à y rester tout le temps nécessaire pour obtenir la croissance, l’emploi, le développement, le progrès."

" Je sais aussi que la nouvelle Assemblée nationale que le peuple français aura à choisir au lendemain de l’élection présidentielle et le Sénat ne ratifieront pas en l’état le traité s’il ne fait pas l’objet d’une renégociation sérieuse pendant le temps qu’il nous sera donné de le faire. "

"Nous avons aussi un second défi, qui est celui de lutter contre la spéculation financière."

" Bref je n’accepterai pas pour ma part que l’économie, que la finance, que les marchés puissent échapper au contrôle des politiques, des élus des Nations, des élus européens."

" Cinquante ans après, nous aurons à donner un nouveau contenu au Traité de l’Elysée, à l’amitié franco-allemande. Et j’en prends ici l’engagement. "

" J’ai parlé, c’est vrai, d’un rêve français, celui d’un dépassement de nous-mêmes, cette obligation que nous avons de faire à la génération qui vient un meilleur sort que le nôtre,"

Source texte intégral:
98321844.pdf
Vidéo Youtube extraits:
http://goo.gl/6EouM

03/04/2012

La France, c’est l’union sacrée des cœurs comme le mien

Lorsque j’étais enfant, je n’avais pas idée de l’adversité à laquelle j’allais être confronté par le seul fait d’aimer mon pays, par le seul fait d’être lié au peuple dont j’étais le fils. Mais au fil du temps, l’horizon s’est assombri. Les êtres chers qui m’entouraient révélaient leur misérable attirance pour de bas instincts, pour leur méprisable esprit terre à terre, dépourvu du plus modeste sentiment d’intérêt général. A mon grand désarroi, des courants d’opinion avaient donné le ton aux principes intangibles qui survivaient sous le masque de la caricature. Lorsque j’eus le bagage intellectuel suffisant, je fis un parallèle inquiétant. En 500 ans, grâce aux lois des hommes de pouvoir ambitieux et peu scrupuleux, le christianisme avait imposé son autorité sur un monde subtil et équilibré qui avait fait resplendir sa grandeur dans le temps, des siècles durant. Au final, tout avait été mis par terre au nom d’une idéologie qui promettait la résurrection et nous imposait l'inquisition. Or, comme la doctrine de Christ il y a 1600 ans, le bon sens n’avait pas de prises sur des idéaux destinés à renverser des valeurs au nom d’un humanisme béat et nivellateur. Cela ne devait-il pas nous faire réfléchir ? Les droits de l’homme pervertis n’allaient-ils pas à terme nous interdire d’être français comme nos pères l’avaient été si naturellement? N’allait-on pas au nom « d'un moindre mal » ressenti comme un bien grâce au nectar de l’oubli, me demander de défendre l’idéologie de Christ qui nous avait déjà tué une fois, pour éviter une seconde mort plus prosaïque et irréversible ? C'est nous, français libres en résistance, qui sommes crucifiés aux dogmatismes. Avec le temps, j’ai réalisé qu’aimer son pays n’était pas compatible avec des conceptions pour le moins contradictoires et dont les esprits malléables, lâches ou soucieux de plaire revendiquaient l’avènement. A L’évidence, la diversité dans sa conception totalitaire n’était que nihilisme. Pouvait-on demander à un peintre de dénaturer ses œuvres au nom d’un art moins restrictif, plus ouvert sur des conceptions non figuratives, et qui ne relèvent pas du talent propre au génie de l'artiste ?

Je me suis donc battu. De toutes mes forces. D’autres que moi n’ont pas idée. Et je continuerai jusqu’à mon transport au delà des cendres libératrices. Mais le plus paradoxal aura été de constater la prolifération des félons qui se plaisent en ennemis. Car le terrorisme intellectuel a perverti les cœurs. Pas le mien.

La France, c’est l’union sacrée des cœurs comme le mien.

24/03/2012

Cadre unificateur de la civilisation européenne

Article "euro-synergies.hautetfort.com" :

Extraits rassemblés d'une conférence prononcée au Palais des congrés d'Aix-en-Provence le 12 janvier 1997, à l'invitation de l'association Yggdrasil : 

Le premier cadre unificateur solide qu'a connu la civilisation européenne reste l'empire romain....De la chute de Rome à l'émergence des Etats nationaux à partir de la Renaissance, l'écoumène européen est un mixte complexe de romanité, de germanité et de christianisme, avec des apports importants, négligés jusqu'ici par l'historiographie ouest-européenne, mais étudiés en profondeur en Europe slave: ces apports sont la religiosité celtique déformée par les moines missionnaires irlandais et les “mystères pontiques”, nés sur le pourtour de la Mer Noire, liés à l'antique Iran avestique. C'est ce leg scythe-sarmate-iranien qui aurait transmis l'idéal (ou certains idéaux) de la chevalerie médiévale. Mais quand cesse de fonctionner plus ou moins harmonieusement cette synthèse qui a dominé vaille que vaille des Mérovingiens à Louis XI, à Charles le Hardi (dit le “Téméraire” en France) et à Maximilien de Habsbourg, quelques représentants de la pensée européenne entendent opérer un retour aux origines les plus vierges de l'européité....

Enea Silvio (Æneas Silvius) Piccolomini, spécialiste des Goths et d'abord chancelier de l'Empereur germanique Frédéric III, deviendra Pape sous le nom de Pie II (de 1458 à 1464)….Il rejette explicitement le primitivisme et demande aux humanistes et érudits de ne pas interpréter la Germania  de Tacite dans un sens pastoraliste et primitiviste... L'œuvre de Piccolomini est intéressante à plus d'un titre, car : elle autorise la référence constante aux racines les plus anciennes de l'Europe ; elle fait de la liberté civique/populaire la vertu cardinale du politique; elle réinscrit ce double recours aux racines et à la liberté populaire dans un cadre géopolitique européen, dont les fondements n'apparaissent plus comme exclusivement chrétiens, mais comme consubstantiels à la population majoritaire du centre de l'Europe. Les peuples germaniques n'apparaissent plus systématiquement comme des barbares cupides et violents qui avaient pillé Rome en 410…. Théodoric apparaît alors comme un Roi cultivé et efficace, qui consolide son pouvoir, administre ses Etats et restaure en Italie une Rome dans ses principes premiers, c'est-à-dire dans des principes antérieurs à la décadence, qu'il est capable d'imposer parce que, roi germanique, il a conservé les vieilles vertus romaines qui sont les vertus germaniques de son temps. L'œuvre des premiers humanistes de la Renaissance italienne nous montre que le recours à une antiquité pré-chrétienne et païenne, en l'occurrence la Germanie non romanisée,  est une revendication républicaine, hostile à l'absolutisme et aux démarches de type théocratique...En 1470, la Germania de Tacite,  devient  l'ouvrage de référence de tous ceux qui revendiquent une idéologie à la fois républicaine (au sens vieux-romain du terme) et communautaire, donnant à la représentation populaire une place cardinale dans la vie politique, les assemblées d'hommes libres se plaçant au-dessus des monarques...L'humaniste Flavio Biondo, entre 1438 et 1453, ....analyse les causes de la décadence de Rome : elles se ra­mènent pour l'essentiel à l'amenuisement des vertus républicaines, à l'abandon de la souveraineté populaire au profit d'un monarque isolé. Flavio Biondo anticipe ainsi Machiavel, fondateur d'une idéologie républicaine, fondée sur la virtù  politique, héritée de la Rome la plus ancienne....Ne peuvent être considérés comme républicains au plein sens du terme que ceux qui n'ont de cesse de retourner aux principes premiers de l'histoire politique de leur peuple. Les autres traves­tissent en républicanisme leur autoritarisme ou leur théocratisme. Les Cénacles français contemporains, qui se disent “républicains », ignorent et rejettent le travail positif des humanistes et des érudits italiens du début de la Renaissance en décrivant ces recours comme des avatars plus ou moins maladroits du nazisme.

De l'humanisme italien au paganisme-germanique.html

Neo-paganisme-Askésis.html

24/01/2012

Les gars d'la Marine sont-ils païens ??

Alors que Mr Hollande monopolise les chaînes télévisées (pas moins de 32 !!) pour son premier grand festival à l'Américaine, Marine Le Pen poursuit son  modeste périple, sur le terrain.

Et Marine Le pen, je l'aime bien. Mon amour fervent pour la religion des anciens en souffre, le Front National étant berçé par cette idée précipitée d'une France avant tout chrétienne au sein d'une société laïque bien-sûr. Et en effet, j'ai peine à croire que le christiannisme ait une légitimité si incontestable étant au même titre que  l'Islam importé puis privilégié. Car, si la France a été chrétienne, et ce fut le cas, elle ne l'a pas été sans être l'artisan de la plus impitoyable violence ou contrainte menaçante à l'égard des païens restés fidèles à la religion de leurs pères, religion garante et constitutive de leur identité fondatrice. Les temps amères (de la pseudo liberté de culte) ne doivent pas nous faire oublier ce que nous étions au temps des libres manifestations de nos cultes originels, ancestraux, et si j'ose dire nationaux. Mais remettons ce débat à plus tard. Les dieux ont l'éternité, les travailleurs, eux, portent le joug tous les jours, la dette explose et le pays s'effondre. Il faut savoir gérer les priorités, dans l'intérêt des français, et de tout le monde en vérité !!

N'a-t-elle pas parlé de mon ralliement dans la presse, la Marine ??? Ralliement de toujours en ma qualité d'ancien première ligne, fer de lance d'une jeunesse ordinaire mais exaltée, farouchement   prolétaire et soigneusement effacée !! C'est bien moins charmant que l'adhésion de principe d'un notable  renommé, au coeur pur, mains propres, tout en délicatesse, épris de son bavardage étudié et complaisant.

Article "lemonde.fr" :

Le bouclier patriotique.....!!l

Article "challenges.fr" :

Marine Le Pen ne séduit pas que les ouvriers !!!l

15/09/2011

Le pape ? Un homme d'Etat

Le pape rassemble des foules immenses et les églises sont vides. Quelle est la signification de cet engouement spontané pour un vieil homme, représentant d’une religion sous perfusion. Je vous ferais grâce des grandes théories, des analyses d’experts, des réflexions alambiquées de spécialistes étudiés et sûrs d’eux.

L’Etat et la tradition/éducation sont les deux armatures de cette religion. L’un légalise et légitimise un monopole, l’autre assure la continuité en mettant la jeunesse sous tutelle d’une superstition élue religion. Elue religion par les bons soins d’un Etat promoteur pudiquement drapé dans sa laïque vertu, et qui se rend maître des foyers par la force des choses, grâce à l’éducation dont la matière fait force d’arrêté. Nul doute que le contexte évangélique au sens profane d’une telle manifestation incite la jeunesse tendre et naïve à se rassembler, phénomène de groupe qui courre d’avantage à l’événement qu’à l’office.

 

Que puis-je leur dire, moi qui ne suis pas pape. Les messages d’espérance et d’amour n’apportent pas le bonheur aux hommes. Ces malheureux ne luttent plus pour leur survie, pour le bien-être d’une société en marge de leurs aspirations. Ils renoncent et s’en remettent à Dieu, voie de garage d’une jeunesse aux anges, une jeunesse domestiquée en quête de reconnaissance, bercée par le « Messie de Haendel ».

 

L'Etat laïque a tout intérêt à garantir ce type de religion !!

C'est tout un monde de promesses non tenues!!

31/03/2011

Les six grandes religions se dévoilent

Les six grandes religions disent NON au débat sur la laïcité !! Dans un état laïc, on a donc plus le droit de parler de laïcité, au risque de déplaire à nos saintes institutions. La loi de séparation de l'Église et de l'État est pourtant un événement fondateur de la société française du XXe siècle!!

Ces états dans l'état n'ont jamais abandonné ce vieux fond sectaire, bras séculier de notre éternel purgatoire.

 Les six grandes religions de France !! Qu’ont-elles de si grands, si ce n’est la reconnaissance officielle par un état de droit. En effet, elles sont grandes dans la mesure où le choix des fidèles, conditionnés par l'éducation depuis des générations, ne peut se porter que sur elles. C'est un peu comme les syndicats!! Créez-en un avec des statuts moins dogmatiques, et vous serrez changé en pierre!!

 La plus légitime au regard de l’histoire de notre pays est certes la religion chrétienne, mais c’est faire bien peu de cas des conditions dans lesquelles elle s’est imposée!! Quand à leur tolérance, elle s'arrête au monothéisme, ce qui montre le vrai visage de la France qui consacre leur monopole sectaire.

Or, il n'y a pas que l'histoire, et l'histoire ne commence pas avec certaines dynasties. Les peuples ont forgés l'histoire et l'histoire de ces peuples nous commande de reconnaître ce qui a précédé la période dite historique. Avant cette période, les hommes n'était pas des singes!! Enlevez-vous cette idée de l'esprit!! Au regard de ce nouvel éclairage, il existe une verdoyance polythéiste autrement plus grande que ces dites grandes religions dans la mesure où elle était originelle, encore plus grande dans la mesure où elle était répandue de pars le monde sous mille formes, quasi similaire à tous les peuples de la terre mais garante d'une grande diversité, d'une incomparable spiritualité, et grande dans la mesure où elle n’a fait de mal à personne pour s'imposer!!

Je parle bien-sûr du paganisme. Mais, cela n’est pas un hasard pour les monothéismes régnants, le paganisme n’est ni reconnu, ni autorisé par les autorités.

Mais rassurez-vous, les païens ont quand même le droit de se marier !! Comment ? En se convertissant !!

Comme quoi, les temps n’ont pas changé, au grand dam de la pluralité !!

20/10/2010

Quand l'homme aura fini de souffrir

Les dieux ont tout l’avenir devant eux. L’univers a ses vergers pour les distraire et susciter l’amour. Leur beauté nue et leur nature immanente peut germer partout où la vie  rêve d’être. La terre, ils ne l’ont jamais désertée. Mais elle n’est plus à leur image. Elle n’est plus à l’image de cet idéal de beauté qui permet à l’âme de s’ouvrir au monde. Elle est devenue une forteresse où  les esprits obéissants aux commandements se soumettent aux fondamentaux et aux calculs. Impassibles, ils nous laissent donc agir à notre guise sans dédain pour ces hommes perdus ou gouvernés par des prophètes. Ils ne sont pas nos sauveurs. Ils sont le père et la mère qui nous ont vu naître. Ils ont fait monter la sève dans notre cœur nourri à cet amour, et l’âme en a été l’heureuse bénéficiaire. Mais l’homme a renié père et mère et s’est armé de prophètes et de clergés. Puis, accusant les dieux de n’être pas à l’écoute de leurs revendications, ils ont brandit le Livre, compilation qui condamne les générations passées et futures au purgatoire. Or, nul ne ressort de ce purgatoire après y être entré. Immanquablement, les générations dépossédées de leur libre arbitre s’y engouffrent poussés par la tradition, bras droit de la religion empêtrée dans sa doctrine radicale. Et force est de constater que les dogmatismes se radicalisent à mesure qu’ils prônent une tolérance de façade.

Mais l’évolution de l’homme est cyclique. Peut-être est-il permis de penser qu’un jour il reviendra à la raison lorsqu’il se sera fait assez de mal au nom de son Dieu si grand. L’homme fera alors un retour sur lui-même. Consécutivement, la religion n’aura  plus vocation à s’opposer à la raison. Révélation sera faite que l'institution religieuse se sera opposée inutilement à la science puisque l’un et l’autre n’abordent pas les mêmes questions. Inutilement elle aura tenté de supprimer toute opposition. Enfin, la foi révélée des écritures sera montrée à la vindicte publique comme la volonté affichée à vouloir soumettre les peuples aux jeux d’alliances qui rapportent gros. La pudeur sur les crimes de cet enfer sur terre sera levée, les saints reprendront leur place parmi les hommes justiciables, et les rues porteront le nom de leurs victimes. L’Etat, en guise de réparation, réhabilitera le paganisme et relèvera les sanctuaires. Il participera activement au rétablissement de la vérité à propos des agissements condamnables de l’église dans l’histoire, du service exclusif de ses intérêts au détriment des nations et des peuples. Le dogme sera proscrit comme une atteinte grave à la libre pensée de tout être vulnérable cherchant son chemin. Cette expérience macabre sera montrée aux générations futures comme le témoignage d’une époque schizophrène axée sur le bouclage méthodique de tous les acteurs incontournables d’une société experte dans la manipulation des foules. On démontrera que depuis l’avènement des grandes religions mortifères, les athées n’ont cessé d’être plus nombreux. On assurera aux hommes en quête de spiritualité que la foi n’a plus lieu d’être un chemin de croix pour chacun. Enfin, on élèvera une statue à Homère, non le poète fossile, mais Homère le messager des dieux.

28/09/2010

Hommage à Porphyre de Tyr

« Nous établissons que soient livrées au feu toutes [les œuvres], aussi nombreuses qu'elles soient, que Porphyre, poussé par sa folie, a écrit contre le culte religieux des chrétiens, [et] quelle que soit la personne auprès de laquelle on les a trouvées. En effet, nous voulons qu'aucun des écrits qui peuvent provoquer la colère de Dieu et offenser les âmes ne viennent à l'oreille de quiconque.(...) »

"Amen"

22/01/2010

La religion fait peur

La religion est devenue une arme de mort. L’âme conquérante a tué l’âme contemplatrice. Aux temps heureux du paganisme, si la politique s’associait à la religion, c’était l’expression vitale et dynamique d’un peuple qui s’accordait à donner au civisme une dimension religieuse. Désormais, Dieu, quel que soit son nom barbare est le seigneur inflexible d’un esprit de conquête aveugle et sourd, jaloux et sanguinaire. De nos jours, la religion fait peur. On sait bien vers quel sorte de conflits nous conduisent la vérité unique et suprahumaine qui s’érige en constitution.  Le christiannisme, qui se donne une figure d’ange après avoir bafoué la vie, n’est pas un rempart contre un péril grandissant dont il a le même fondement. Au contraire, les reculades perpétuelles du pape sont le signe d’une trahison bien orchestrée. A bien y réfléchir, il était opportun de mettre un repenti à la tête de l’église pour accepter toute sorte de compromissions, et livrer ses goys résignés à l’abattoir. Les peuples peuvent mourir, pourvu que la doctrine survive, dut-elle partager la soupe avec Satan, fiancé d'Europe, dont elle est le suppôt parmi d'autres suppôts. La croix ne s'opposera pas au croissant et à l'étoile au nom d'un occident qui n'ose affirmer son identité qu'à travers une religion universaliste, et qui privilégie ses liens sacrés avec tous les monothéismes existants, fussent-ils des chevaux de troie. Je ne serai pas, en tout cas, le croisé bien illuminé qui s'imagine sauver un monde en perdition derrière un emblême qui reste le symbole du démantellement d'une société dont la piété avait une vocation pacifiste. Le christiannisme a marqué le début d'une ère nouvelle par la mort de cette entité particulièrement remarquable. Il serait assez cocasses mais non moins révélateurs qu'elle se pose en rempart opportunément, pour sauver son oeuvre tant chérie d'un occident décadent qui ne pense qu'à se renier ou exprimer des doutes.

12/08/2009

La liberté d'expression

La liberté d’expression est un préalable indispensable à la reconnaissance citoyenne de ceux qui ne l’ont pas. Au contraire, ceux qui détiennent le pouvoir n’en ont besoin qu’à titre de vaccin préventif leur permettant d’écarter d’emblée les mauvais sujets désireux d’exposer leurs points de vues au bénéfice d’un contre-pouvoir.  Je ne parle pas de ces simulations de contre-pouvoirs qui se rattachent aux fondamentaux d’un système et participent aux simulacres de la vie politicienne. Non. Je parle de ceux qui, en dépit des entraves, s’attachent à une entière liberté d’expression et qui sont de ce fait frappés d’infamie au prétexte qu’ils ne sont pas au diapason de la loi. Hors cette loi garante de l’impunité d’une démocratie en fond de tain et dont la nature mutante protège les calculs électoralistes du gratin d’un système, justifie sa raison d’être au regard des fondamentaux dévoyés d’une révolution française vitriolée. En effet, n’est démocrate que celui qui travaille à la déconstruction des peuples coupables d’avoir été identitaires et exigeants. A bien y réfléchir, c’est là où l’on se perd un peu. Comment peut-on être à la fois pour une entière liberté d’expression et en raison de cela, restrictivement démocrate. Il y a là comme une aberration!! Manifestement, il ne s'agit pas là des principes fondateurs de la démocratie Athénienne. Pour être démocrate aujourd'hui, il suffit d’être le porte parole d’une liberté d’expression revue et corrigée par une notion de bien et de mal qui a force de loi. En étant partisan de ce catéchisme institutionnel au laïcisme guillotineur, la loi vous lave de tout soupçon. Vous communiez avec le système qui vous admet à sa table. Donc pour ceux qui ne souffrent pas de cet ostracisme, la liberté d’expression est  une messe qui les dispensent puisqu’elle leur donne raison sans débat contradictoire. Au contraire, pour ceux qui sont victimes de cet ostracisme, la liberté d’expression est un passage obligé. Il s’agit là d’un constat quel que peu hérétique, je m'en excuse. Mais qui est le plus à l’aise dans ces deux cas. Bien-sûr celui qui est du côté de la loi, puisque la loi est paraît-il l’expression du peuple. Qui est hors la loi est contre la loi. En effet, la loi ayant beau être l’initiatrice de cette restriction de la liberté de parler, elle n’est pas l’expression d’un quelconque despotisme puisque le but est de préserver la dite liberté au nom du peuple. Et même si la notion de liberté est pour les décideurs qui nous gouvernent le moyen d’aboutir à un consensus qui rapporte gros, vous n’êtes tout simplement pas autorisé à qualifier de système liberticide une société qui vous excommunie comme relaps. Vous vous rangez sans transition dans le camp des séditieux qui revendiquent un droit qu’ils n’ont pas. Le monde est donc forçé de se taire pour ne pas déplaire, ou mentir pour réussir. L’inquisition montre peau neuve en habit d’ange gardien, mais son coeur éternel est celui d'un garde-chiourme. Car, ce qui chez nous s’apparente à une moralisation de la vie politique, n’est que de la censure dans les pays étrangers dés lors qu’ils ne sont pas en odeur de sainteté.

04/08/2009

Païens sectaires??

Ya t'il des païens sectaires ? Oui il y a des païens sectaires comme il y a des cathos sectaires. Mais il convient de rappeler (sans en faire l'énumération fastidieuse) le préjudice subi par les païens. Des regrets ? L’église n’a aucun regret, enfin, cela dépend pour qui, opportunément, lorsque la politique commande à la foi. Je dirais même que l'église continue à nous vouer un sentiment des plus amère. Or, construire l’avenir entre cathos et païens suppose le respect mutuel. Impossible lorsque l’on constate que le mot  païen  est dans leur bouche l’insulte et l’antithèse de leurs valeurs fondatrices. Donc, je ne vois pas comment construire l’avenir sur de telles bases. Je reste convaincu qu’un chrétien appréciera de parler avec un musulman ou un juif mais certes pas avec un païen. Ou est le sectarisme d’un païen dans ce constat malheureux ? Ou est le sectarisme lorsque les uns revendiquent l’histoire à leur profit, alors que les autres sont des parias tout juste sortis de la préhistoire. Le paganisme européen ne se résume pas à Conan le barbare. C’est pourtant ce à quoi se résume la connaissance de cette religiosité là à travers les médias. Connaissez-vous un seul film où on nous montrerait la foi d’un païen ? La connaissance de la religion des anciens est forcément donc du ressort de ceux qui font seuls la démarche de s’instruire en ce sens sans aide extérieure, sans droits, sans guides, sans clergé, sans médias. Avec une définition galvaudée du terme dans le dictionnaire missionnaire.

Forcément donc, les paiens ne remplissent pas les stades. Evidemment non, puisque, de toute façon, ils n'auraient pas l'autorisation.

Quand à la réussite sociale des païens, qu'en est-il ? Il est évident que la masse des chrétiens sont chrétiens car ils se laissent portés par ce courant fort reconnu par l’état. Il est aussi avéré que la réussite sociale est gage de reptation, qu’une personne qui se développe socialement dans une société qui la reconnaît est plus disposée à cet exercice, au contraire d’une autre marginalisée qui est habituée aux entraves et se retranche dans une opposition forte de ses convictions. Ont-ils des enfants ? Bien sûr que oui. Ont-ils moins de soixante ans ? Bien sûr que oui. J’en suis l’exemple vivant. Sont-ils les membres fondateurs de sectes? Bien sûr que non. Sont-ils cultivés ? Leurs connaissances et leurs approches ne sont pas de celles qui sont prisées aux oraux des concours ou autres systèmes d’évaluation destinés à mettre au banc de la société ceux ou celles qui ne se renient pas pour le confort d’une position sociale plus avantageuse. Nous ne sommes pas de ces gens en apparence dignes et fiers qui se distinguent grâce à la reconnaissance des distributeurs de bons points, dissimulant leurs allégeances et leurs hontes bues, pour ressortir tout visqueux à l'intérieur d'eux-mêmes et tout bravache au grand jour.

Suis-je un inadapté? Non, je ne me fige pas dans des considérations éthiques puisque j'ai toujours eu la conviction qu'il était nécessaire politiquement de se fondre dans un vaste ensemble plutôt que cultiver de vains particularismes. Mais il en est tout autrement de la religion et dans le contexte que l'on sait. Non vraiment, je veux bien construire l'avenir.  

Mais il est impossible de vouloir consentir à sa propre perte pour servir d'auxiliaire à ceux qui vous méprisent. Je veux bien croire qu'il est rassurant pour le quiddam démoralisé de se rapprocher d'une société « tradi », mais celle-ci représente en fait un simulacre petit bourgeois de survivances adaptables prêtes à toutes les compromissions. Je sais cependant qu’il existe des saints et des saintes, mais ils ne sont pas dans le suivisme outré de la masse veule qui flirte avec les conventions. Si on me ressort Jeanne D’Arc, je suivrai, même si elle est pas païenne. Où est le sectarisme païen ? Si je ressort Appollonius de Tyane ou Julien, les chrétiens suivront-ils ???

24/07/2009

Le paganisme est indéracinable

Le paganisme est indéracinable. Qu’il survive dans l’esprit d’une minorité consciente n’est pas un handicap.  Les pierres de nos temples qui nous ont été confisquées  ont eues pour effet de raffermir nos  âmes. Nos livres brûlés nous ont permis de repenser et  recréer pierre après pierre pour une meilleure compréhension, l’articulation de nos pieuses pensées. Les chrétiens pensent avoir triomphé, mais quel triomphe y a-t-il à livrer son âme au mercantilisme de leur esprit pour sauvegarder une institution qui ne doit son existence ou sa survivance qu’à ses abdications et à sa duplicité. Celse et Porphyre pour ne citer qu’eux ont dit l’essentiel sur la pauvreté des écrits chrétiens, insipides et contradictoires. Ces pauvres chrétiens qui n’ont eu plus lumineuse idée que de purifier leurs plaggiats pour pouvoir se les approprier à seule fin d’ étoffer leur doctrine messianique. Il serait fantaisiste de penser que défendre le dieu des chrétiens  se résume  à défendre l’âme de l’Europe et l’honneur de nos ancêtres. Le Christiannisme admet à sa table l’Islam et le Judaïsme. Les païens ne sont pas conviés au banquet des religions révélées. La démocratie est un sésame qui leur permet d’engranger des âmes veules et malléables en mal d’espérance. Non vraiment, inutile de parler avec des chrétiens. C’est perdre son temps. C’est comme parler à un possédé qui n’est plus maître de son libre arbitre, qui mortifie son esprit dans les artifices pour tenter de redonner vie à des supersitions qui ne se sont imposées que par l’intimidation, le chantage et la peur de l’au-delà. Le christiannisme  n’a plus qu’une seule vocation : justifier ses perpétuelles lâchetés dans un monde où les lions sont lâchés, et à l’occasion, se donner la part du lion quand les dos sont tournés. Mais ne leur en déplaise, rien n’est joué, car le présent a cette particularité d’être à jamais imprévisible. Rien n’est jamais gagné. Pour ma part, je préfère à une religion officielle moribonde, l’éternelle jeunesse de dieux qui survivent aux délires mystiques des âmes malades.

09/11/2007

Paganisme et politique

Loin de moi l’idée de faire un lien direct entre paganisme et politique. Les affaires humaines et le commerce avec les dieux n’étant pas de même nature, n’ayant pas les mêmes ressorts. On imagine pas l’âme se préoccuper des problèmes sociaux, ni l’intellect se préoccuper d’essence divine.(encore que cela ne dérange pas certains!!)

Toutefois, nous savons le paganisme religion d’un peuple et si cosmopolites les sociétés païennes ont été, elles ne l’ont pas été idéologiquement comme le sont les sociétés monothéistes d’aujourd’hui. Si l’apport étranger a été accueilli, il l’a été parce qu’il était conforme à la nature particulière, ignée d’une hérédité charnelle cultivée avec amour et passion. Il l’a été parce qu’il vivait en harmonie avec l’ontologique façon d’être d’un peuple libre de tout clivage. Il l’a été sans parjurer l’essence de ce vers quoi il tendait, sans jamais prétendre à l’avènement heureux d’une altérité fondamentalement distincte et intolérante qui serait considérée force orgueil comme une richesse. Au contraire, le moderne associe à une maladie congénitale d’un passé réactionnaire l’absence d’une telle révolution sanctifiée par tous les acteurs d’une société mercantile.

Aussi, les sociétés païennes ont été en cela ethno-différentialistes sans être xénophobes, afin de préserver les caractéristiques propres d’un genre en constant développement dans le but d’atteindre une harmonie viable et non feinte.

En cela, le politique qui défend un modèle de société qui n’est pas idéologique peut avoir une approche religieuse du monde temporel en ceci : l’hérédité charnelle n’est ni choisie, ni subie. Elle n’est ni un canon, ni une conception, ni un idéal, mais un don des dieux qui a besoin d’être ressenti, faute d’être expliqué.

Son équilibre naturel peut-être l’objet de toutes les indélicatesses, mais on sait où les travers de l’homme moderne conduisent le monde. L’homme ne forcera pas la nature à bousculer ses champs d’attractions. L’homme ivre de ses convictions ne peut décider seul de ce qui est et de ce qui sera sans subir le revers de ses outrances.

31/10/2007

L'esprit entravé

Tout ce qui fige la pensée par l'édiction de règles est dogmatique. La loi est dogmatique, les droits de l’homme sont dogmatiques, l’internationale démocratique est dogmatique, les religions révélées sont dogmatiques. Certes, les règles sont nécessaires pour conduire la vie citoyenne des hommes dans l’intérêt de tous. Le contenu même de ces règles peut au demeurant être louable. Mais il en va tout autrement de l’intimité recherchée avec les dieux. Même si celle-ci suppose une conduite irréprochable, même si la vertu est une évidence qui n’a besoin de code, elle n’est pas sujette à des impératifs moraux, à des règles établies. Nul besoin de statuer sur ce que l’homme doit être, et libre à lui de choisir le moyen d’accéder à ce qu’il a vocation à être.Toute observation de l’esprit à une loi morale étrangère à sa propre aura ne peut que nuire à l’essor de l’âme. La foi part de soi et ne transite par l’autre qu’au diapason d’une approche sensible intraduisible. Toute tentative visant à matérialiser l’enchantement se réduit à de simples projections de l’esprit. Le paradoxe de l’âme est qu’elle est ancrée en permanence dans l’espace généré par la vie de l’esprit tout en étant plus fugitive qu’une ombre dés qu’elle touche à celui-ci. Pour permettre l’interpénétration ou plutôt l’osmose, il faut que l’esprit transcende la nature « formelle » que l’on imprime sur elle, au delà du piège mortel de la pensée pure, de la vérité vraie. Il faut se libérer de toute entrave, avoir sur le monde un regard neuf affranchi de toute prescription destinée à homogénéiser l’homme élevé au rang de moderne, gavé d’espérance pour souffrir dans sa chair. Retrouver la flexibilité qui permet le détachement tout en ayant soin d’apprendre d’autrui tout en restant soi-même. Se faire violence au besoin pour sauvergarder l’originalité qui nous distingue et favorise la communication ainsi que le respect. On ne peut prêter aux dieux une volonté régimiste voir conjoncturelle de conduire le pieu serviteur des dieux à la stricte observation d’orientations politiques extraverties, voir de clichés culturels dévoyés qui font allégeances au déracinement et au reniement d’une raison d’être réduite à l’image de ce que sont nos temples dévastés.