UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2016

Ajda Nahai, morte à 18 ans en combattant l'EI

ScreenHunter_02 Aug. 22 21.22.gif

(Tweet de Alabartoi)

25/03/2016

Donald Trump : chez nous, les responsables souffriraient grandement...

Donald Trump / Bruxelles est devenue une catastrophe, un désastre total

"Je suis Bruxellois" se contente de dire John Kerry en langage dont on a l'habitude !!

Seules dans Berlin

Seules dans Berlin  par Lorraine Rossignol

19:10 Publié dans guerre | Lien permanent | Commentaires (0)

16/05/2014

commémorations du 6 juin / Devoir de mémoire et amnésie

Les commémorations du 6 juin évoqueront-elles les victimes civiles des bombardements anglo-américains ??

Peut-on rendre hommage au courage sans évoquer les crimes ?? Crimes_de_guerre_des_Alliés

À l'approche du débarquement allié en Normandie, Hubert de Lagarde, résistant fondateur du réseau Eleuthère, déplore les bombardements aveugles de différentes villes françaises où les populations civiles sont durement atteintes : il s'élève "contre l'imbécillité criminelle de certains bombardements de l'aviation alliée qui exterminent des Français par centaines sans même atteindre des objectifs militaires", n'hésitant pas à qualifier ces opérations de "travail d'ivrognes", menaçant même de ne plus indiquer [aux Alliés] aucun objectif et de ne plus transmettre à Londres le résultat des bombardements.

Pour ma part, je m'associe aux commémorations dépouillées qui, force pudeur, se signent sur les actions bonnes et mauvaises.

10:23 Publié dans guerre | Lien permanent | Commentaires (0)

03/05/2014

Diên Biên Phu / Hommage à mon père

Dans cette bataille, dans l'incapacité de se reposer ni d'être relevés, les Français font preuve d'une combativité et d'une résistance exceptionnelles. Il y a de nombreux cas de morts d'épuisement. On entend des hommes se battre en chantant la Marseillaise au cours des combats. Lorsqu'on sollicite les blessés pour retourner au combat, faute de combattants valides, il y a encore des volontaires....[ dix soldats du 6e BPC résistent sans soutien aux assauts Viêt Minh pendant huit jours. Au moment de déposer les armes, ils tiennent toujours leur position avec deux survivants, les brigadiers Coudurier et Logier…] Les Viêts utilisent massivement des lance-roquettes multiples Katioucha (ou « orgues de Staline ») sur la garnison, dont les effets sont dévastateur…Après 57 jours et 57 nuits de combat quasi ininterrompus, le camp retranché de Dien Bien Phu tombe.

L'impétueux lieutenant-colonel Langlais mettra clairement en cause la valeur des troupes Nord Africaines à DBP. S'ajoutant à cela le fait que certains soldats de ces unités, démoralisés, déserteront et iront se réfugier sur les bords de la Nam Youm en refusant de livrer combat jusqu'à la fin de la bataille, le cours des événements finira par donner naissance au mythe selon lequel « seuls les paras et la Légion se sont battus à DBP »

Tous les prisonniers (y compris les blessés « légers », selon les critères établis par le Vietminh) devront marcher à travers jungles et montagnes sur 700 km, pour rejoindre les camps, situés aux confins de la frontière chinoise, hors d'atteinte du Corps Expéditionnaire. Ceux qui étaient trop faibles mouraient ou étaient achevés. Sur les 11 721 soldats de l'Union Française, valides ou blessés, capturés par le Vietminh à la chute du camp, plus de 70 % décédèrent pendant leur marche vers les camps ou une fois en captivité, de sous-alimentation, mauvais traitements, absence de soins, dans des régions propices à toutes sortes de maladies, ou furent exécutés sommairement… Là, un autre calvaire attendait les prisonniers. Ceux qui auront le mieux survécu étaient les blessés lourds car ils n'eurent pas à subir la marche forcée de 700 km et furent pris en charge par la Croix-Rouge. Les autres furent internés dans des camps dans des conditions effroyables. Ainsi, leur alimentation quotidienne se limitait à une boule de riz pour les valides, une soupe de riz pour les agonisants. Un grand nombre de soldats sont morts de dénutrition et de maladies. Ils n'avaient droit à aucun soin médical, puisque les quelques médecins captifs étaient tous assignés dans la même paillote, avec interdiction d'en sortir. Les prisonniers devaient également subir un matraquage de propagande communiste avec endoctrinement politique obligatoire. Cela incluait des séances d'autocritique où les prisonniers devaient avouer les crimes commis contre le peuple vietnamien (réels et surtout imaginaires), implorer le pardon, et être reconnaissants de la « clémence de l'Oncle Ho qui leur laisse la vie sauve ».

Extraits Wikipédia

21:43 Publié dans guerre | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2014

Merci à Florent Pagny

Merci à Florent Pagny pour sa chanson "Le soldat"

Une pensée, des mots justes, un touchant ressenti.

Florent Pagny révèle une fibre sensible qu'on ne lui soupçonnait pas, une gravité qui échappe si souvent à nos stars extraverties et soucieuse de leur affiche pour le moins fantaisiste et guimauve.

18/01/2014

HIROO ONODA : l'honneur s'appelle fidélité

Article "lepoint.fr" :

Décès de Hiroo Onoda : le soldat qui avait continué la guerre jusqu'en 1974

11:21 Publié dans guerre | Lien permanent | Commentaires (0)

26/11/2013

La guerre comme on en parle pas

Massacres à Nîmes

Le petit Godard

La chasse aux notables

Madame Polge

25/11/2013

La chasse est (r)ouverte

Le centre Simon Wiesenthal a lancé cet été une campagne d'affichage afin de relancer la traque aux derniers nazis encore vivants.

Au total, 285 personnes ont livré des informations concrètes concernant 110 suspects, vivant dans 17 pays différents.

25 000 euros sont promis pour toute information importante pouvant mener à  une arrestation et à une condamnation.

Alors que la justice allemande se concentrait après-guerre sur les accusés contre lesquels elle disposait de preuves directes ou de témoignages, la condamnation de l'apatride d'origine ukrainienne John Demjanjuk  à Munich en mai 2011 a élargi la qualification de complicité de meurtre à des personnes ayant des postes même subalternes et sans implication directe dans des crimes.

18/11/2013

Le français rend hommage, mais conserve la maîtrise de son destin

Honorer la mémoire de nos soldats morts et faire communion avec la patrie est un moment de grande émotion pour tout français sincère. Mais de plus en plus souvent, la volonté obsessionnelle des tenants d'une idéologie culpabilisatrice se focalise à donner du projecteur sur les victimes de ressortissants des colonies, non avec cette innocente intention de rendre hommage tout naturellement, mais dans le but inavoué de prescrire aux fils et filles de France de nouveaux horizons destinés à faire allégeance à l'édification d'une Tour de Babel sur fond de déluge expiateur.

Aussi, le peuple victime et martyr doit-il en plus être héritier d'une politique subie au moment des faits ?? Contrairement à l'Allemagne, la France a importé de la chair à canon sur son propre sol. Mais, qui s'est prêté à cet esclavage déguisé, si ce n'est la République auréolée par nos prêcheurs de vertus ?? Car, il est tout-à-fait inacceptable d'avoir fait venir des indigènes combattre ou travailler à l'effort d'une guerre qui n'était pas la leur, sur un sol qui n'était pas le leur, contre un ennemi qu'ils n'avaient pas choisi, au prétexte que leur propre pays était sous tutelle coloniale dans un but sois-disant civilisateur. Je rends hommage à ces travailleurs et soldats. Je leur rends hommage mais ne cautionne pas à posteriori. La République a cautionné, la République seule est en porte-à-faux avec ses principes. Au nom de la nation souveraine, la République n'a pas à prescrire aux français l'usage d'une conduite à observer qui outrepasse le seul hommage ou recueillement.

Première Guerre mondiale / petit rappel des faits : sur un peu plus de cent divisions en 1918, l'armée française comprend 6 divisions de troupes de l'Armée d'Afrique : Afrique du Nord / Tirailleurs et  Spahis + métropolitaine / Zouaves, Chasseurs d'Afrique et Légion étrangère, ainsi que 7 divisions de l'Armée coloniale : hors Afrique du Nord + métropolitaine / "marsouins" de l'infanterie et bigots de l'artillerie.

16/11/2013

19 agents français capturés en Syrie

Agents français capturés en Syrie

La France s'enlise dans une stratégie perdante et déshonorante.

13/11/2013

Le silence du 11 novembre

Le silence du 11 novembre / Laurent Ozon

26/10/2013

Honte à vous Laurent Fabius

Article du blog TRADITION :

Honte à vous Laurent Fabius

Mon père était dans la coloniale. "Trompe la mort" qu'on l'appelait. Il a participé à une opération visant à venir au secours des assiégés de Diên Biên Phu. Son ami est mort dans une embuscade. L'ennemi était partout !! Lourdes pertes. En dépit de leurs efforts, ils ont dû refluer, laissant les assiégés à leur sort !!

Laurent Fabius n'arrive pas à la cheville de mon père !! De médailles, mon père n'a jamais voulu. Au contraire, notre ministre cumule les honneurs force déshonneurs.

25/10/2013

Allemagne : soumission éternelle à Israël

Article du blog de GAELLE MANN :

Allemagne : soumission éternelle à Israël

Merkel considère le drapeau allemand, comme elle considère l'ancien combattant !!

Etrange réaction d'Angela Merkel

24/10/2013

"Komm Frau" ("Viens, femme"), de Bogdan Szumczyk

Un jeune étudiant des beaux-arts de Gdańsk, au nord de la Pologne vient de mortifier les autorités russes en représentant avec un réalisme cru le viol d’une femme enceinte par un soldat de la glorieuse Armée rouge ! Selon ses dires, Bogdan Szumczyk n’aurait voulu exprimer que ses opinions pacifistes : "C’est un message de paix ", clame le jeune sculpteur qui a exposé sa sculpture, baptisée "Komm Frau" ("Viens, femme"), de nuit, le week-end dernier, sur l’avenue de la Victoire à Gdańsk. La police n’a certes mis que quelques heures pour l’en faire disparaître, mais trop tard ! L’outrage était connu de Moscou.

"Je suis profondément choqué par cette incartade de l’étudiant des beaux-arts de Gdańsk qui a insulté avec son pseudo-art la mémoire de plus de 600.000 soldats soviétiques, morts pour la liberté et l’indépendance de la Pologne", s’étrangle d’indignation Alexandre Alekseev, l’ambassadeur de Russie à Varsovie qui attend "une réaction appropriée" des autorités polonaises. Quant à l’œuvre, elle est jugée carrément "vulgaire" et "ouvertement blasphématoire" : un soldat cramponne la victime, sur le dos, les jambes écartées, lui tirant les cheveux d’une main et de l’autre lui plaquant un revolver dans la bouche.

"À Gdańsk, c’étaient surtout des femmes allemandes, ainsi que des prisonnières déportées polonaises ou russes, qui ont ainsi été violées par des soldats soviétiques lors de la libération de la ville en mars-avril 1945. En Russie, le sujet est très sensible. Le rôle de "libérateur" de l’Armée rouge reste un élément-clé de la doctrine de l’Etat et une question de fierté nationale. Le thème des atrocités commises par des soldats soviétiques en Pologne et en Allemagne à la fin de la guerre n’a jamais été vraiment débattu en Russie où il reste largement tabou", lit-on dans les colonnes de la version française du Huffington Post, dirigée par Anne Sinclair.

Ce média n’est pas le seul à se risquer à évoquer les crimes de l’Armée rouge – et notamment la pratique du viol explicitement encouragée par Staline comme moyen de terreur contre les populations –, mais c’est sans doute moins par honnêteté historique que pour ternir l’image de la Russie, et surtout celle de son actuel président Vladimir Poutine.

2 millions de femmes violées par l’Armée rouge, on en parle ???

Les médias aiment bien Obama, on est pas prêt d'évoquer les crimes des Anglo-Américains !! France's love america !!!

*************************************************

Traumatisme enfoui / Tabou : le mur du silence

Article libération.fr : Rouge cauchemar_

*************************************************

Du blog "Héritage ancestral" :

Le massacre des allemands dés le 8 mai 1945

23/10/2013

Hitler a attaqué l'URSS, vrai ou faux ??

Par l'opération Barbarossa, Hitler a attaqué l’URSS, c'est un fait acquis. Si bien acquis, qu'Hitler ne s'en remis. On peut se poser toutefois cette question, Hitler était-il inconscient de vouloir s'attaquer à un géant sans être prêt militairement ??

Que neni. En réalité, cette attaque n'a précédé que de deux à trois semaines le Plan Orage soviétique, c’est-à-dire l’attaque de l’Europe centrale et occidentale par la partie de l’Armée Rouge située à l’ouest de l’Oural, soit 4 millions d’hommes bien équipés, 20 000 chars et autant d’avions de combat. Une telle armée, où tout était prévu pour l’offensive, aurait-elle pu être arrêtée lors de sa progression sur l’excellent réseau routier allemand ? Hitler le sut. Par le choix d'attaquer, il espéra donc jouer de l'effet de surprise et gagner du temps afin de conjurer le sort des armes.

Niccolo Machiavel : « La vérité ne traîne pas sur les grandes routes où passe tout le monde »

30/09/2013

L'opposition syrienne soumise à Al-Qaïda

Abou Abeida, commandant de la brigade Shabab al-Daraa, qui fait partie des 13 factions ayant quitté l'opposition syrienne, explique :

"Vous ne pouvez pas parler de la Syrie depuis la Turquie. Nous ne voulons rien avoir à faire avec des politiciens qui ne sont pas en Syrie en train de se battre à nos côtés."

Ca me rappelle un certain Monsieur et ce mémorable "Ici Londres !!"

Chez nous c'est pas la Charia mais la République version bis du "masque de fer". Celle que l'on nous vend n'est pas une pâle réplique, mais une injure à la vertu libre de tout commerce indigne !!

24/07/2013

14/18 / 14 juillet et j'en passe, rien à fêter sous le ciel républicain

Si les poilus de 14/18 pouvaient voir aujourd'hui leur patrie et le désaveu de la classe politique pour cette France qu'ils chérissaient. France repliée sur elle-même auraient l'impudeur de dire nos politiques dopés au suivisme, si leurs langues n'étaient liées au déni de leur trahison refoulée. Nos inconditionnels républicains se gardent bien de mêler nos victimes à leur grande braderie. 14/18, inacceptable boucherie dont la république n'est même pas honteuse. La république qui a toujours baigné dans le sang de ses fils, livre aujourd'hui l'héritage transmis par nos sacrifiés, aux appétits présents et à venir, pour le compte d'une éradication commanditée par l'utopie d'une terre promise et confisquée.

Républicains, saints des saints amnésiques adeptes de la bonne parole intransigeante et doctrinale. Ont-ils bien lu tous les chapitres de leur livre d'histoire ?? 10 000 tués, 4000 à 5000 par noyades (que Jean-Baptiste Carrier appelait la déportation verticale), guillotinés, fusillés, massacrés à Nantes en 1793/1794. Que dire de la célébration de « mariages républicains » consistant à attacher les condamnés deux par deux (de préférence un homme avec une femme, nus) avant de les jeter à l'eau. Jean-Baptiste Carrier, ce républicain pur jus, forme une brigade de police politique, le groupe Lamberty, ainsi qu'un corps d'hommes déterminés, appelé la « Compagnie Marat », ou les « hussards américains » (du fait de la présence dans leurs rangs d'anciens esclaves ou colons de Saint-Domingue), qui multiplient les exactions. Je n'ai pas le coeur de décrire les horreurs perpétrées par ce français sur des français, femmes et filles violées au cours d'orgies, enfants massacrés ou guillotinés, nouveaux-nés empalés.

Louis-Marie Turreau, criminel de guerre, chargé par le gouvernement révolutionnaire d’aller réprimer le soulèvement vendéen. Entre 20 000 et 40 000 personnes périssent en quatre mois. Relevé de ses fonctions, puis jugé, il sera finalement acquitté. Il est sur la liste des bénéficiaires de la croix de Saint-Louis, mais meurt avant qu’elle ne lui soit remise au cours d’une cérémonie. Selon la forte expression de Gérard Walter, « son nom déshonore le côté Est de l'Arc de Triomphe. »
En effet, son nom est gravé sur la 15 ème colonne du monument bien connu.

Le général Westermann, surnommé « le boucher des Vendéens », écrivit au Comité de salut public une lettre restée célèbre : « Il n’y a plus de Vendée, citoyens républicains. Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les marais et les bois de Savenay. Suivant les ordres que vous m’aviez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les sabots des chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé. Un chef des Brigands, nommé Désigny, a été tué par un maréchal-des-logis. Mes hussards ont tous à la queue de leurs chevaux des lambeaux d'étendards brigands. Les routes sont semées de cadavres. Il y en a tant que, sur plusieurs endroits, ils font pyramides. On fusille sans cesse à Savenay, car à chaque instant il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers. Kléber et Marceau ne sont pas là. Nous ne faisons pas de prisonniers, il faudrait leur donner le pain de la liberté et la pitié n’est pas révolutionnaire. »

Que vous diront les républicains d'aujourd'hui ?? Ces hommes, de triste mémoire, étaient plus révolutionnaires que républicains ?? Il est vrai que les républicains d'aujourd'hui n'ont plus grand chose de révolutionnaire, et une mémoire bien choisie !!

14 juillet 1789, fin de la monarchie absolue, abolition des privilèges. Les sujets sont devenus citoyens.

14 juillet 2013, avènement de la république absolue, institution des privilèges inavoués, avec nouvelle société d'ordres basée sur des critères de fortune, là où la société d'Ancien Régime reposait sur une idéologie et une tradition. Les citoyens sont redevenus sujets, taillables, corvéables, et même jetables depuis les récents accords sur l'emploi. Ils sont cependant devenus citoyens du monde, au point de tout perdre,  jusqu'à l'essence de leur être et l'intégrité de leurs traditions.

Je ne serai jamais républicain. Ce vocable me porte au coeur. En réponse à quoi, les républicains ont pour coutume de vous qualifier de fasciste. Jadis, vous étiez plutôt qualifié de brigand. C'est pourquoi, lorsqu'un républicain parle de tolérance, il y a anguille sous roche !! L'habit de saint ne témoigne que d'une absence d'opposition signalée. Mais en dépit de l'impunité des crimes proscris et impunis, jugés nécessaires par la force des choses, l'opposition ne sera jamais morte. On est esclave de soi quand on mange dans la main de celui que l'on craint. Pareillement, quand le clergé n'a plus besoin de l'inquisition, les âmes ont rendu l'âme.