UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2013

Le français rend hommage, mais conserve la maîtrise de son destin

Honorer la mémoire de nos soldats morts et faire communion avec la patrie est un moment de grande émotion pour tout français sincère. Mais de plus en plus souvent, la volonté obsessionnelle des tenants d'une idéologie culpabilisatrice se focalise à donner du projecteur sur les victimes de ressortissants des colonies, non avec cette innocente intention de rendre hommage tout naturellement, mais dans le but inavoué de prescrire aux fils et filles de France de nouveaux horizons destinés à faire allégeance à l'édification d'une Tour de Babel sur fond de déluge expiateur.

Aussi, le peuple victime et martyr doit-il en plus être héritier d'une politique subie au moment des faits ?? Contrairement à l'Allemagne, la France a importé de la chair à canon sur son propre sol. Mais, qui s'est prêté à cet esclavage déguisé, si ce n'est la République auréolée par nos prêcheurs de vertus ?? Car, il est tout-à-fait inacceptable d'avoir fait venir des indigènes combattre ou travailler à l'effort d'une guerre qui n'était pas la leur, sur un sol qui n'était pas le leur, contre un ennemi qu'ils n'avaient pas choisi, au prétexte que leur propre pays était sous tutelle coloniale dans un but sois-disant civilisateur. Je rends hommage à ces travailleurs et soldats. Je leur rends hommage mais ne cautionne pas à posteriori. La République a cautionné, la République seule est en porte-à-faux avec ses principes. Au nom de la nation souveraine, la République n'a pas à prescrire aux français l'usage d'une conduite à observer qui outrepasse le seul hommage ou recueillement.

Première Guerre mondiale / petit rappel des faits : sur un peu plus de cent divisions en 1918, l'armée française comprend 6 divisions de troupes de l'Armée d'Afrique : Afrique du Nord / Tirailleurs et  Spahis + métropolitaine / Zouaves, Chasseurs d'Afrique et Légion étrangère, ainsi que 7 divisions de l'Armée coloniale : hors Afrique du Nord + métropolitaine / "marsouins" de l'infanterie et bigots de l'artillerie.

Les commentaires sont fermés.