UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2011

Fête de l'Huma, une bien triste mascarade

La fête de l’Huma fait dans l’humain cette année. Avec son livre-programme « L’humain d’abords », Mr Mélenchon nous a préparé un communisme humaniste oublieux de son passé dans un jardin d’ Eden plein de beaux fruits en veux-tu en voilà. On garde l’ Europe, on garde l’ Euro, on dit à tout un chacun qu’il faut partager, et Bruxelles se défend de croquer la pomme destinée à d’autres faims. Mais que veut Mr Mélenchon en somme? Une dictature du prolétariat comme institution d'un poste d'ingénieur en chef de la révolution mondiale au sein d’une Europe remixée ? Sauf que si l’on en croit Bakounine en 1872, ce miroir aux alouettes mènerait inéluctablement à l’asservissement des masses. Substitution d’une dictature par une autre au bénéfice de la lutte des classes.

Mr Mélenchon, notre bon tribun copain va bientôt nous chanter « Renaud ». Pourtant, lorsqu’il se fâche, j’y vois la caricature d’un saignant jacobin ressurgi des plaies du passé.

« Résistez, résistez », « Non, ce n’est pas l’immigré qui prend votre pain, c’est le financier » a t’il lancé à la foule, qui a répondu en écho « Résistons, résistons »

Que du beau monde à la fête de l’Huma. Yannich Noah était présent, mais aussi certains ténors du parti socialiste. Yannick Noah que l’on nous montre toujours comme la star préférée des français !! On ne m’a pas consulté !!

Seulement voilà. Si le communisme français ne s’est jamais repenti pour les crimes si nombreux et monstrueux de son internationale sous toutes ses formes, puisqu’il ne ressent aucune espèce de mal-être en rapport à ce dont il se réclame, que doit-on penser de ce qu’il projette de faire demain avec le sourire ?

D’aucuns diront que l’étude du communisme est complexe de pars ses multiples facettes et nécessite une approche plus « distanciée ». On m'en dira tant!! Ce qui revient à dire que tout en se réclamant de cette même idéologie, si on ne se dit ni léniniste, ni stalinien, ni maoïste, si l’on part du principe que Pol Pot n’est qu’un épiphénomène historique indépendant, ainsi et ainsi soit-il, le communisme dont on se réclame a zéro mort sur la conscience. Les historiens de France sont particulièrement indulgents envers ce monstrueux héritage du passé qui a triomphé grâce aux armes de l’occident. Il se gardent bien de méditer sur l'à propos de leur tolérance ou silence complice. Ils sont les garants du mythe politique et résistantialiste du communisme sauveur du monde et qui ne peut donc être à la fois triomphal et criminel.

11:52 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.