UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2013

Le populisme, survivance de la démocratie réelle

Les démocraties bourgeoises dont on nous vante les piètres mérites sur un lit d'horreurs soustraits, ne sont en rien ce qu'elles prétendent être. Elles écrivent l'histoire et nous dictent quoi penser. Il n'est que de constater avec quel mépris elles qualifient le point de ralliement des valeurs sans fards dont la démarche naturelle et dépouillée consiste à redonner la parole au peuple. Le populisme !! On nous présente toute expression du peuple enraciné comme une plaie nauséabonde et funeste, tout ce qui est identitaire et légitime comme un vice diabolique.

En échange, on nous livre tout frais un clivage bien servile et inféodé à ces pseudos démocraties à gants blancs. Un vieux clivage qui prétend rassembler fraternellement les pourfendeurs de ce système exercé aux adaptations et aux trahisons. Le Front de Gauche, pierre angulaire d'une totale emprise sur les consciences converties à l'ignorance, berce l'idéal sournois d'un projet sans lendemain à vocation universelle. Centre de détention des mécontentements les plus dépendants aux poncifs éculés dispensés par les lobbys carcéraux. Il tue l'oeuf et couve la coquille vide de ses obsessions délétères.

Le populisme. Rien ne me plait mieux que ce vocable simple aux accents sincères de liberté. Cette liberté totale, affranchie de l'autorité morale et crypto-religieuse d'un système corrompu, égoïste et mortifère. Le populisme se joue de la république tout sourire, éradicatrice du libre-arbitre, qui a droit de vie et de mort civile sur l'indocile citoyen du cru.

11:45 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.