UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2013

Zone Euro pour la Lettonie contre l'avis de sa population

La Lettonie va intégrer la zone euro en janvier 2014 malgré l'opposition de sa population à hauteur de 62 %.

Lettonie : l'euro-envers-et-contre-tous

L'Europe se cherche de bons élèves pour compenser les mauvais. L'opinion des peuples n'est pas requise.

Ce vaudeville est une affaire bien à eux

A ceux qui gobent tous les mensonges obligés et qui feignent de se sentir méprisés par moi lorsque je dérange le léthargique mimétisme de leur esprit embué, je leur répond sans arrogance : Il faut avoir la moelle de nos jours pour oser dire la vérité qui contrevient à l'Education Républicaine. Par tous les dieux, je veux mourir avec de bons bagages pour ne pas transmigrer dans la peau d'un tartuffe aux allures posées.

Le temps passe et le mensonge d'Etat ne dérange que moi. Autour de moi, d'autres quêtes. Celle d'un bonheur domestique, d'une ambition personnelle, d'un projet envié. Puis le vide, le grand vide comblé de tant de petites choses, qui font de toute une vie le jouet d'un grand débarras de l'esprit. Entre moi et eux, le fossé se creuse inéluctablement. D'aucun se plaisent à le situer au plan idéologique. Il est en réalité la résultante d'une position de principe en orbite d'un autre monde. La haine du mensonge. Ce mot me va bien puisqu'ils sont tous vêtus de blanc immaculé. Or, ce sont eux qui ont déserté le monde des réalités. Monde des réalités qui ne s'en laisse pas montrer par les faux-semblants. Je les laisse donc me considérer avec la distance qui leur plaît bien. Ils ont le nombre sympathique pour eux, non cette excellence anti démocratique. Qu'à cela ne tienne. Ce vaudeville est une affaire bien à eux. Se gausseraient-ils ?? Je ne ris pas avec eux. Crime de lèse-majesté.

09:11 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

04/06/2013

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie

Extrait de Wikipédia : Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY ou TPY) est une juridiction instituée le 22 février 1993 par la résolution 808 du Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations unies afin de poursuivre et de juger les personnes s'étant rendues coupables de violations graves du droit international humanitaire sur le territoire de l'ex-Yougoslavie à compter du 1er janvier 1991, c'est-à-dire durant les guerres de Yougoslavie (Guerre de Croatie, Guerre de Bosnie-Herzégovine et Guerre du Kosovo).

CRITIQUES :

- Pareil tribunal n'a pas été institué pour juger des militaires américains qui auraient commis des crimes en Afghanistan ou en Irak.

- L'indépendance du tribunal est aussi parfois critiquée, ses détracteurs lui reprochant d'être financé - et donc d'une certaine sorte contrôlé - par l'OTAN. L'allocution du porte-parole de l'OTAN lors de la campagne de bombardement de 1999, Jamie Shea, prononcée lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 17 mai 1999, est par exemple souvent citée comme une preuve de collusion entre l’OTAN et le TPIY. Jamie Shea déclara notamment : « Je crois que la juge Louise Arbour commencera ses investigations quand on le lui permettra. Ce n'est pas Milosevic qui lui a donné son visa pour aller au Kosovo. Si, comme nous le souhaitons, elle bénéficie d'un accès libre, ce sera grâce à l'OTAN, qui est une organisation amie du tribunal et qui a détenu les personnes accusés de crimes de guerre en Bosnie. […] Les pays de l'OTAN sont ceux qui ont fourni les fonds pour créer le tribunal - nous sommes surtout des financiers - et bien sûr pour former une seconde chambre, de telle sorte que les jugements puissent être accélérés, aussi laissez-moi vous assurer que nous et le tribunal sommes unis dans cette affaire : nous voulons voir les criminels de guerre traînés en justice et je suis sûr que quand Louise Arbour ira au Kosovo et examinera les faits, elle accusera des Yougoslaves, et personne d'autre me semble-t-il pour l'instant. »

- Une autre critique formulée est celle du problème des pressions externes auxquelles ont été soumis les juges ou les témoins. Ainsi, selon un des anciens procureurs du tribunal lui-même – en l'occurrence Carla del Ponte – « certains juges du Tribunal pour l'ex-Yougoslavie avaient peur que les Albanais viennent eux-mêmes s'occuper d'eux ». De même, lors du procès de l'ancien commandant de l’UÇK et ancien premier ministre du Kosovo, Ramush Haradinaj, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, ce ne sont pas moins de neuf témoins – dont trois protégés par la MINUK – qui ont été assassinés ou sont morts dans des conditions suspectes, le procès s'étant finalement soldé par un acquittement.

En 2010, une enquête a été ouverte sur des pressions (chantage, menaces, pot-de-vin etc.) de la part du tribunal, notamment son procureur Carla del Ponte, sur les témoins à charge lors du procès de Vojislav Šešelj.

Le TPIY est très différent du Tribunal de Nuremberg. En effet, ce ne sont pas les vainqueurs du conflit qui ont décidé de juger les responsables de celui-ci mais la communauté internationale. [Fin de citation Wikipédia]

Note personnelle : Sauf que la communauté internationale est la nouvelle coalition des vainqueurs de cette guerre totale qui a assassinée des centaines de milliers de civils, femmes et enfants, sous leurs bombes libératrices. Sans parler de la maltraitance à grande échelle de prisonniers. [Morts pour raisons diverses ; James Bacque] Or, par définition, il convient de savoir qu'on ne juge pas les vainqueurs quels que soient leurs actes.

Au contraire, ces vainqueurs intransigeants sont et restent les seuls juges en toutes circonstances dans un monde à leur merci.

03/06/2013

Erdogan, le donneur de leçons, s'enferre dans la répression

Erdogan, le donneur de leçons à la Syrie, rejette le "printemps turc".

Les dirigeants syriens raillent la situation cocasse dans laquelle s'enferre le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, livré à ses contradictions. Etalant au grand jour son intransigeance, il va jusqu'à s'enferrer sans retenue dans une logique répressive qui le décrédibilise. Aprés avoir vivement critiqué et condamné son voisin syrien, le voilà rattrapé et démasqué par l'évènement.

En Europe, la liberté d'expression n'existe pas

En Europe, la liberté d'expression n'existe pas. La dictature a les pleins pouvoirs. Les peuples se taisent. Ils redoutent l'inquisition. La seconde guerre mondiale et son cortège de calamités pèse encore et plus que jamais de tout son poids pour interdire toute forme d'expression de la part d'une opposition classée X.

Intox et malsaine exploitation d'une tragédie qui n'en finit pas !!

Le débat politique est un droit !!

Marine Le Pen pourrait perdre son immunité parlementaire européenne

11:08 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)