UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2012

Chambre des députés, lit de mort du peuple

Quand j’y pense, ils doivent bien rire nos députés de s’être fait réélire malgré le mécontentement des français. Et ces pauvres FN avec leurs millions d’électeurs pour deux députés. Quelle rigolade autour d’une bonne table. Ces pauvres français. Ce fier peuple abrutis par les médias, par ses certitudes entretenues, hypnotisé par les faiseurs de tours, par les modes de scrutin coquins, par les ententes opulentes et immorales qui se jouent d’un système adapté sur mesure pour l'imposture. Ce peuple qui n’ose même plus redresser la tête, adresse de timides revendications non sans donner l’assurance de son allégeance la plus respectueuse. La liberté, il n'en veut pas. Elle lui impose le courage.

16:08 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Paris, jongleurs et danseuses légères de Trenet

Paris, " très préoccupé " par la situation à Alep (Syrie), appelle à la fin des violences. Paris juge que le président syrien Bachar-al-Hassad s'apprête à "commettre de nouvelles tueries contre son peuple."

La France, merveille de duplicité comtemplative, s’inquiète et prie, l'arme à l'oeil.

La France, c’était avant, ses partiales implications sous couvert d'un humanisme de façade. Lorsque Paris sonne le glas d'un régime, il n'est pas autorisé à se défendre. Paris restera Paris.

26/07/2012

François Hollande soigne son image au prix fort

La France se paye le luxe d'être généreuse. François Hollande annule la dette de la Côte d'Ivoire à hauteur de 99,5 % soit plus de 3 milliards d'euros.

François Hollande, notre président en exercice, soigne son image au prix fort.

Et les ménages français qui n'arrivent plus à se financer et se surendettent, que neni. Cette ardoise là ne s'efface pas !!

23/07/2012

Hommage aux pieux héros de Verden / Charlemagne le maudit

Article "histoire-fr.com" :

Charlemagne, le boucher chrétien (Ce titre n'est pas extrait de l'article en lien)

A la fin du VIII° siècle, les Saxons d’Angleterre n’avaient plus de liens avec leurs cousins de Germanie. Ces derniers, vivaient dans une contrée d’accès difficile, parsemée de marais et d’épaisses forêts. N’ayant pas de rois, les Saxons étaient divisés en plusieurs tribus, dont chaque chef était indépendant dans son canton. Cependant, ces derniers se réunissaient une fois par an pour discuter de leurs intérêts communs.

L’on comptait quatre principaux groupes de Saxons, à savoir les Westphaliens, les Ostphaliens, les Angrariens et les Nordalbingiens (mieux connus sous le nom de Danois ou Normands). Les Saxons constituaient un des rares peuples d’Europe à n’avoir pas épousé la foi chrétienne. Ainsi, ces derniers étaient restés fidèles au paganisme, qu’ils considéraient comme le symbole de leur indépendance (à noter cependant que la papauté envoyait depuis près d’un siècle des missions de christianisation dans la région).

Première campagne (772), l’Irminsul : en 772, les Saxons attaquèrent la Thuringe, une province du royaume des Francs. Charles, soucieux de défendre ses Etats, mais aussi de combattre le paganisme, décida alors de contre-attaquer. Réunissant son armée à Worms, Charles pénétra en Saxe. Ce dernier, remportant la victoire contre des Saxons désorganisés, entreprit donc de s’attaquer aux lieux de cultes des vaincus. Au fond d’une forêt sacrée, les Francs trouvèrent l’Irminsul, un arbre gigantesque représentant vraisemblablement l’Yggdrasil de la mythologie scandinave (selon la légende, il était le support de l’univers, les neuf mondes étant soutenus par ses branches. A noter que l’on ne sait pas aujourd’hui si l’Irminsul était un frêne, ou bien un simple tronc totémique sculpté. L’arbre étant considéré comme un symbole du paganisme saxon, Charles ordonna qu’il soit mis à terre. Ce dernier souhaitait prouver aux vaincus que la supériorité de la foi chrétienne, car la destruction de l’Irminsul ne provoquerait pas l’effondrement du ciel.

-Seconde campagne (774 à 775) : si les Saxons avaient fait soumission suite à la campagne de 772, la destruction de l’Irmenseul ne fit que les inciter à poursuivre la lutte contre les Francs. Ainsi, alors que Charles assiégeait Pavie, en 774, les Saxons envahirent la Frise et la Hesse, brûlant les églises et saccageant les monastères en guise de représailles. Alors occupé en Italie, Charles, dans un premier temps, envoya des troupes en Germanie, afin de contenir l’avancée des Saxons. Puis, en 775, convoquant l’ost à Quierzy, entra en Westphalie afin d’en découdre avec les insurgés.

De retour en Gaule, Charles monta une nouvelle expédition contre les rebelles en 775. Franchissant le Weser, le roi des Francs reçut la soumission des Ostphaliens et des Angrariens ; les Westphaliens, commandés par Widukind, poursuivirent la lutte, mais dd) Troisième campagne (777 à 785), l’exécution de Verden : suite à la soumission du duché de Frioul, en Italie, Charles convoqua une assemblée à Paderborn, en Germanie (777). Les Saxons, désormais vassaux des Francs, s’y rendirent à nombre, à l’exception de Widukind, qui s’était réfugié chez les Nordalbingiens. Ce dernier, voyant que Charles était occupé à guerroyer en Espagne, décida de reprendre les armes à compter de 778. Organisant la résistance saxonne, il menaça l’abbaye de Fulda, en Hesse, que les moines évacuèrent en emportant avec eux les reliques de Saint Boniface. Toutefois, la résistance de Widukind fut perturbée par un parti pro-franc qui émergea au sein de l’aristocratie saxonne, Charles ayant annoncé son intention d’instaurer l’institution comtale en Saxe.   En 782, Widukind parvint à vaincre l’armée franque au pied du massif des Wiehengebirge, près du fleuve Weser.

 

Cette défaite entraîna une grande opération de représailles, Charles se rendant en personne en Germanie. Ce dernier, faisant rassembler 4500 saxons à Verden, leur imposa de choisir entre la conversion ou la mort. Les prisonniers ayant refusé d'abjurer le paganisme, ils furent égorgés suite à un procès sommaire. En outre, 12000 femmes et enfants furent déportés dans les différentes provinces du royaume.

 

Cet évènement tristement célèbre fut plus tard baptisé le massacre de Verden.

 

-Le capitulaire saxon, le baptême de Widukind (785) : toutefois, l’annonce du massacre de Verden ne fit qu’exciter encore plus les Saxons contre la domination franque. Ainsi, beaucoup de colons francs installés en Saxe furent assassinés, et de nombreuses églises furent pillées.

La guerre devenant encore plus violente que par le passé, Charles décida en 785 de promulguer le capitulaire saxon (ou de partibus Saxonie), lors de l’assemblée de Paderborn.

Le texte punissait de mort quiconque refuserait de reconnaître les comtes et les missi, refuserait de se baptiser ou de payer la dîme aux églises, pratiquerait la crémation des morts ou les pratiques sacrificielles, violerait le jeûne du Carême et mangerait de la viande, etc.

Le capitulaire saxon plongea la région dans un bain de sang (Charles lui-même admit plus tard la cruauté de cette loi, et en modifia certains passages). Widukind, isolé, fut alors contraint de faire soumission en 785. Ce dernier, abandonnant le paganisme, se fit baptiser avec ses troupes à Attigny (selon certaines chroniques, Charles aurait été le parrain du Saxon).

-Dernières révoltes saxonnes (792 à 804) : suite à la soumission de Widukind, la Saxe fut en paix pendant près d’une décennie.

Mais, en 792, les Saxons se révoltèrent une fois encore, protestant contre le capitulaire. Widukind, quant à lui, se réfugia une fois encore chez les Nordalbingiens. Les insurgés, abjurant le christianisme, pillèrent les églises et tuèrent de nombreux colons francs.  En 794, Charles décida de lancer une expédition contre la Saxe, à laquelle participa son fils Charles le Jeune. L’ost fut alors divisé en deux, le roi des Francs marchant vers la Thuringe, son fils vers la Westphalie. Les insurgés déposèrent alors les armes sans combattre.

Quelques années plus tard, en 798, les Nordalbingiens attaquèrent les Abodrites, un peuple tributaire des Francs, installé entre l’Elbe et l’Oder. Cependant, ces derniers furent rapidement battus. En 799, la Saxe fut définitivement annexée. En mai 804, Charles acheva la pacification de la région en faisant déporter les rebelles Nordalbingiens ; en outre, les Abodrites furent autorisés à coloniser la rive droite de l’Elbe.

Au final, la guerre contre les Saxons avait duré plus de trente années, malgré la brève accalmie des années 785 à 792. Mais la région était désormais soumise, les Francs ayant imposé par la force la foi chrétienne,  à l’issue d’un conflit parfois considéré comme l’une des premières guerres de religion en Europe.

 

Aimez-vous les uns les autres disent-ils !!

18/07/2012

L’idée française de nation modèle, encore un monothéisme nivellateur

Au moyen-âge, le mot natio, conformément à l’étymologie (nascere), « désignait un groupe d’hommes ayant une origine commune ». Il est donc en rapport avec l’origine ethnique et géographique. Le mot nation est aujourd’hui galvaudé au nom d’une utopie mondialiste et nivellatrice érigée en nouvelle babylone, fichée dans le flanc des peuples crucifiés à cette idéologie inquisitrice prétendument bienfaitrice. En effet, si l’idée française de nation a su éveiller tant de peuples à l’histoire, elle n’en a pas moins véhiculé le plus redoutable des universalismes, avec, pour la France dogmatique, cette outrecuidante vanité à vouloir s’affirmer comme la seconde patrie de tous les hommes. Les français ont toujours été persuadés qu’ils avaient la mission d’apporter au monde, de gré ou de force, un modèle de société ou de civilisation. Baïonnette au canon, notre grand empereur n'a pas démenti cet état de fait. L’esprit de 1789, celui des Droits de l’homme, celui des lointaines croisades, habite toujours le peuple français. L’idée française de nation devient folle chaque fois qu’elle se détache de ses racines qui plongent dans un sol que tant de fils de France ont abreuvé de leur sang. Lavez-vous de ces impropres obsessions qui donnent libre court à toutes les spéculations. Notre pays ne s’est pas construit ex nihilo ou avec les bras d'une nuée d'esclaves maintenus en sujetion. Illusion tenace que cette missionnaire utopie salvatrice associée à l'idée d'une dette que nous aurions envers l'histoire. Notre histoire n'est pas née avec l'idéologie des lumières mais se meurt avec elle, inexorablement. Glorifiée aujourd’hui par les dépeceurs de l’âme française, sa bonté feinte galvanise les cosmopolites de cour dont les desseins n’ont rien de philosophiques lorsqu’ils décrète pour la France une vocation suicidaire : être la terre sainte de toutes les convoitises, et conjurer nos fautes présumées grâce à notre abnégation sans failles sous le couperet de toutes les revendications profanatrices.

13/07/2012

Païen / suivi de La Banque du Pape

Cela fait 2000 ans que couronne d’épines

Vient me crever les yeux, qu'on me bat la poitrine

Qu’on me vole mon âme soi-disant par amour

Alors que des bûchers assombrissaient le jour

Mais l’écume du temps me revient sur les lèvres

Comme un miel de l’Hymette, une bière au genièvre

Et les vagues du Nord crient mes dieux engloutis

Pour tout leur sang lavé à blanchir des hosties

 

Païen…je suis païen

C’est là ma gloire

Mon insolence

Et mon maintien…

 

Cela fait 2000 ans que le vent du désert

Jette sur mes remparts ses bibliques colères

Cela fait 2000 ans qu’il me veut à genoux

Humble, honteux serviteur de son maître jaloux

Les statues mutilées aux collines antiques

Tout l’orgueil effacé aux frontons des portiques

Et les femmes des sources dans les brasiers jetées

Apollon dans l’opprobre voisin de Galilée

 

Refrain

 

Mais le temps est venu de redresser la tête

Mais le temps est venu de refaire la fête

De danser le corps nu dans les temples du soleil

De l’Olympe endormi de chanter le reveil

D’orichalque et de bronze je me veux une armure

Retrouver dans les pierres mes propres écritures

Ne plus croire qu’en moi, et non plus aux miracles

Cela fait 3000 ans qu’à Delphes m’attend l’oracle !

 

Maurice Rollet

 

 

ScreenHunter_01%20Jul.%2013%2008.20.gif

La Banque du Pape, ou Taxes de la chancellerie romaine, dans laquelle l'absolution des crimes les plus énormes se donne pour de l'argent. "Aussitôt que l'argent tinte dans la caisse, l'âme s'envole du purgatoire".

Taxes de la chancellerie romaine ou Banque du Pape.

12/07/2012

Aprés la guerre, 9,6 millions d'allemands expulsés

 
Extrait article de Wikipédia :
 
Les habitants de l’Est fuient l’Armée rouge, qui pille, viole et détruit tout sur son passage. Après la fin de la guerre, 9,6 millions d’Allemands sont encore expulsés de leur région d’origine et migrent vers l’Ouest. Les expulsions d’Europe de l’Est des populations d’origine allemande ont été légalisées et/ou décidées lors de la conférence de Potsdam de l’été 1945, jetant des millions d’expulsés et de réfugiés sur les routes. Le nombre des victimes civiles allemandes a été considérable pendant toute la durée des expulsions. Longtemps passé sous silence, le nombre des victimes des persécutions reste incertain, mais on estime qu’entre un et trois millions de civils allemands ont perdu la vie. Au total, à la fin de la guerre, 12 millions de personnes sont en quête d’un nouveau foyer.
 
Autre extrait article de Wikipédia :

Lors du repli de la Wehrmacht, l'Armée rouge se livre à de violentes représailles contre les populations ethniquement allemandes d'Europe de l'Est. Ainsi, lors de l'exode des populations allemandes de l'Est, 2 millions de civils sont massacrés par une soldatesque en furie, recrutée en priorité en Ukraine et en Biélorussie : colonnes de réfugiés mitraillées, femmes violées et assassinées, familles brûlées vives dans leur maison après une tentative de résistance.

À partir de l'automne 1944, et l'entrée sur le territoire allemand proprement dit, les troupes soviétiques se déchaînent contre les civils allemands : ainsi à Goldap, petite ville de Vieille-Prusse, la population est massacrée de manière barbare par les soldats de l'Armée rouge. Dans une atmosphère de haine contre les Allemands, les violences sont encouragées par les commissaires politiques, sous le coup du décret des Commissaires ... Viols et meurtres de masse sont la norme en ce qui concerne l'attitude des soldats soviétiques, encadrés par leurs officiers, qui organisent les violences. À l'automne 1944, les exactions soviétiques dans des villes reconquises après l'échec de leur première offensive ont donné un avant-goût du sort des populations allemandes de ces contrées : après le déclenchement de l'offensive Vistule-Oder, encouragée par certains de leurs officiers et les intellectuels soviétiques, la soldatesque soviétique se déchaîne sauvagement contre les populations civiles.

Les pillages, nombreux eux aussi, sont le fait de l'ensemble des troupes, soldats et officiers, et prennent une grande ampleur (comme l'atteste le nombre de colis envoyés depuis le front vers l'URSS) et concernent l'ensemble des biens en Allemagne : productions alimentaires, bracelets de montres, livres, horloges, radios, bicyclettes, etc. ; et les exactions proprement dites : fermes et villages brûlés, viols de réfugiées, abattues la plupart du temps.

Les provinces orientales furent donc le théâtre de multiples pillages et massacres de masse de civils allemands...

08:50 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

11/07/2012

Médecins / spécialité / Coquins

Il faut le dire quand les socialistes font du socialisme : c'est un scoup

Fin des dépassements d'honoraires abusifs d'ici fin 2012 (Najat Vallaud-Belcacem)

Véritable entrave à l'accés aux soins, les dépassements d'honoraires ont plus que doublé de 1990 à 2010, passant de 900 millions à 2,5 milliards. (Encore avant pouvait-on négocier, discuter le bout de gras comme aux puces !! Que neni, ils ont pris de l'assurance les bougres !! Tu banques ou tu poses tes agraphes tout seul !! Ils ont pas fait dix ans aprés le bac pour qu'un ouvrier ramène sa viande gratos, et en prime qu'on lui racommode avec doigté !!)

Ceci dit, on va vite revenir à la gauche caviar avec la hausse probable de la CSG et la baisse consécutive du pouvoir d'achat des français !!

13:09 Publié dans Social | Lien permanent | Commentaires (0)

La démocratie, système réservé aux hommes-dieux sans cultes

La démocratie est un système dépendant qui repose sur l’activité d’hommes attachés à l’ obéissance d’une éthique élastique maintenue dans l'étau virtuel de l'intérêt personnel réel. L’ouverture à vocation rassembleuse est gage d’une instabilité chronique qui assure à la grande confrérie des élites le maintien de chapelles syncrétiques et interchangeables dans le giron des allégeances concertées.

La démocratie est une bénédiction. On se demande bien pour qui !! Mais je me garderai bien d'en faire ma cible avouée, au risque d'être lapidé par nos sicaires adorés.

09/07/2012

Dédiabolisation ou chantage permanent

En ces temps de débandade où peu d’hommes et de femmes osent exprimer des pensées à contre-courant d’une inquisition établie, il est coutume de considérer comme une opinion toute forme de lâcheté. On en vient à des situations cocasses où le renégat est drapé de respectabilité et se voit être l’intangible garant d’une ligne morale à laquelle l’authentique noblesse et les vertus non feintes sont tenues de se conformer sous peine d’être irrémédiablement clouées au pilori. 

En découle cette spécificité française de dédiabolisation, qui consiste à faire d’une opposition réelle et sans concessions, une contestation soumise au chantage permanent. En somme, une espèce d’OPA sur la réaction vitale et salutaire qui a vocation à s’amender pour mourir irrémédiablement, afin que mort vive.

13:43 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Le monothéisme, une simplification aberrante

Alain Daniélou, auteur de « Shiva et Dionysos », a vécu en Inde où il a étudié le sanskrit, la musique et la philosophie dans les écoles traditionnelles. Il fut professeur chargé de recherches à l’université de Bénarès, puis directeur du Centre de recherches de la bibliothèque d’Aydar à Madras, enfin directeur de l’Institut français d’indologie de Pondichéry. Après avoir rappelé les ressemblances entre les cultes dionysiaques et le shivaïsme indien, Alain Daniélou explique que le monothéisme est « une espèce de construction logique, simpliste, qui évite d’essayer de comprendre la nature du monde », « une simplification aberrante qui a eu un effet dangereux et même très néfaste sur l’évolution de l’humanité ».

09:21 Publié dans religion | Lien permanent | Commentaires (1)

06/07/2012

Jean-Marie Le pen n'est pas Obélix, il a l'intelligence en plus

Soop dans la presse. Jean-Marie Le pen aurait dit que sa fille est une petite-bourgeoise !! Pas Masterchefs les journalistes, l'assaisonnement est un peu fort en bouche !! En réalité, le portrait que Le Pen père brosse de sa fille n'est pas désobligeant, si les journalistes n'étaient là pour faire les gros titres d'un brin de phrase encore une fois sorti de son contexte.

Jean-Marie Le pen est en effet un homme issu d'un milieu simple, laborieux. Soldat, combattant, homme politique courageux, sa vie fut virile, à comparer à celle de sa fille, non pas privilégiée comme certains aiment à le dire et le faire croire, mais plus confortable, sur un modèle on dira petit-bourgeois, en somme, un modèle qui se prête bien à la critique. Petite-bourgeoise en effet sont devenues la plupart des générations nouvelles qui n'ont pas connues la rudesse de la vie austère de nos pères. Cependant, on ne saurait envier ces nouvelles générations qui auront d'autres défis à relever face à la démission des élites dévoyées. En tout état de cause, ce constat n'est pas un désaveu pour sa fille.

Les journalistes ont faims et soifs. Le fiel leur interdit toute impartialité suspecte. Avec hardiesse, ils s'empressent de dépecer tout ce qui peut rester de fierté dans le pays. Cette fierté, elle est dans la réaction à la décadence et à la démission. Les propos de Jean-Marie Le pen ont pour particularité de n'être jamais en odeur de sainteté. Tous démissionnaires, les reniés partout aux commandes d'un pouvoir confisqué par un système d'accords et d'ententes, assènent d'incessants affronts aux représentants bannis de l'Etat Nation. On en jugera par le procés fait aux "essayistes" malfaisantes, auteurs de ce qu'ils osent appeler une biographie de Marine Le Pen, et qui tourne au plébiscite de l'insulte par une presse aux ordres. Tous les reniés de la société mondaine les adorent. Le peuple, lui, reste béat. Il a perdu les élections, comme à son habitude. [Quant aux Mélenchonistes qui s'identifient un petit peu trop facilement aux intérêts du peuple qu'ils trahissent, ils n'ont pour seule ressemblance avec celui-ci que d'être âprement cocus, à l'exception des électeurs lepénistes qui sont royalement exclus]

Jean-Marie Le pen a le droit de railler l'élite parisienne qui préfère à son être " grossier" et "inquiétant", la bonne éducation de sa fille, fille de surcroit. Il a le droit de dénoncer l'image visqueuse qui plaît à ce pays en proie à ses démons, et sous l'influence des lobbys émancipateurs de l'esprit français.

Le Président d'Honneur du Front National au Times : "Mon image de diable s'est méthodiquement et avec ténacité imposée dans le monde politique français. Ma réputation d'antisémite a été créée artificiellement"..."Mais ce n'est pas Jean-Marie Le Pen qui est le diable à leurs yeux, c'est le défenseur de la nation"..."La stratégie de Marine est de fournir à nos adversaires le moins d'angles d'attaque possibles."..."Par exemple, tous ces courageux et dynamiques militants qui se sont fait remarquer parce qu'ils avaient le crâne rasé ont été écartés".

Mais pour Jean-Marie Le Pen, le FN n'a pas réellement changé et reste attaché à la défense de l'Etat nation contre la mondialisation, en général, et les "vagues déferlantes" d'immigrés musulmans, en particulier.

Citations extraites de l'article "lci.tf1.fr" suivant :  

Marine Le Pen une petite bourgeoise pour son père

Il y a entre le vieux guerrier Gaulois et la Ripoublique tribunicienne, un indéniable fossé !!

Jean-Marie Le pen n'est pas Obélix, il a l'intelligence en plus. Mais il a cette même intégrité que notre héros préféré.

14:51 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (2)

05/07/2012

Bretons et Normands, peuples frères / Hommage à Camulogène

Christian Pacaud - Pierre Lance – Les normands sont-ils celtes ou vikings ?

Le nom d’un peuple, d’une nation ou d’une province est rarement choisi par les principaux intéressés. Comme les individus, les peuples sont le plus souvent nommés par leurs voisins, amis ou ennemis. Un peuple garde parfois le nom de son vainqueur, que lui-même tenait généralement d’autres vaincus. Et ce nom, bien évidemment, a peu de rapports avec le contenu ethnique du pays. Ainsi les Français, quoique tenant leur nom des Francs qui les envahirent lorsque s’effondra l’empire romain, n’ont jamais cessé pour autant d’être des Gaulois, nom que leur donnent encore aujourd’hui les Grecs, pour qui nous sommes les « Gallos »

[Pour exemple, moi je suis païen, les chrétiens m’ont apposé ce nom qui se veut péjoratif. J’en assume la lettre !! Je suis aussi Breton par mon père et Normand par ma mère]

Normands et Bretons / Celtes et gaulois

De l’enquête de Christian Pacaud, il ressort à l’évidence que, dans leur très forte majorité, nos normands sont des gaulois. On peut même assurer que la Normandie, qui faisait autrefois corps avec l’Armorique, appelée depuis la Bretagne, fut l’une des régions les plus fortement celtiques de notre pays. Au temps des Gaulois, on appelait « ARMORIQUE »(« territoire prés de la mer ») non point seulement, comme aujourd’hui, la presqu’île bretonne, mais l’ensemble des deux presqu’îles de Bretagne et du Cotentin. Les peuples de cette région formaient une fédération unie par des liens économiques et politiques, recouvrant tout le territoire à l’ouest d’une ligne Caen-Laval-Nantes. Cette fédération fut l’une des premières à combattre Jules César en –56 (après une soumission feinte apparemment destinée à gagner du temps) et l’une des premières également à rejoindre la coalition créée par Vercingétorix en –52. Or, dans les deux cas, les Armoricains furent aussitôt soutenus par les peuples couvrant le reste du territoire de l’actuelle normandie (Lexoviens de Lisieux, Aulerques Eburovices d’Alençon et d’Evreux, Calètes du pays de Caux, Véliocasses de Rouen et du Vexin, encore que ces deux derniers peuples fissent partie de la Gaule Belgique, elle-même acharnée contre les romains). Ceci tend à prouver déjà que toute cette région Bretagne-Normandie était fortement celtisée, et l’archéologie de l’âge du fer confirme ce fait, notamment par la découverte de nombreuses « haches à douille ». Ces objets, qui apparaissent en Europe avec la civilisation dite « de Hallstatt », dont le caractère celte ne fait aucun doute, corroborent la présence d’un fort peuplement celtique en Normandie. [La présence de Ligures ou d’Ibères en Normandie a été formellement réfutée]

Voici 4000 ans, les premiers Celtes arrivent en Gaule. Ils apportent avec eux le bronze. Le bronze est bien celtique et même proto-celtique (et non ligure), dans la mesure où la population qui répandit le bronze en Europe est celle qui prit par la suite le nom de Celtes, après Hallstatt et La Tène, centres d’expansion. Ce qu’on peut affirmer, c’est que depuis le début de l’âge du bronze (1800 av.J.C.) jusqu’à l’expansion des romains, les peuples métallurgistes du centre de l’ Europe n’ont cessé de recouvrir la Gaule en vagues successives et qu’ils portaient à coup sûr le nom de Celtes au Ve siècle av.J.C.) Hérodote place à juste titre le berceau de la première Celtique dans une aire géographique s’étendant du Danube au Rhin.

Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Comme leurs prédécesseurs, ils arrivent d’Europe centrale et d’Allemagne méridionale, de ce grand creuset où s’est formée la première civisation européenne. Ils se nomment les Kymris mais sont des celtes tout comme les Gaëls qui les ont précédés. Bien que les Kymris selon Strabon, aient été moins blonds que  les Gaëls, leur morphologie s’apparente nettement à celle du type nordique. Ainsi, l’aspect nordique de nombreux normands, dans lequel on veut souvent voir une origine scandinave, serait dû en réalité à leurs ancêtres Celtes Kymris. L’arrivée des Kymris va provoquer un certain « tassement » des populations précédentes, et probablement des conflits plus ou moins atténués par la fraternité de race et de culture. Au bout du compte, Gaëls et Kymris se mêleront et constitueront la nouvelle population celtique, avec prédominance des Kymris dans le nord-est, le nord et la région maritime comprenant l’actuelle normandie. L’implantation des Kymris s’étendit donc du Rhin à la manche et à la moyenne Loire et modifia la répartition des tribus celtiques sur l’ensemble du territoire. C’est ainsi que les romains retrouveront les Séquanes (primitivement peuple de la Seine) dans le Jura. Quant aux tribus qui habitent la Normandie, plutôt Gaëliques dans le Cotentin et Kymriques dans la vallée de la Seine, elles se sentiront toutes parfaitement unies et celtiques à l’arrivée de César qui ne pourra trouver aucun allié en Normandie, contrairement à d’autres parties de la Gaule.

Le celte est donc une symbiose entre deux grandes races, soit, d’une part, un élément nordique ou plutôt subnordique, et la race alpine qu’il ne faut pas confondre avec la race méditerranéenne, dont elle diffère énormément. Le méditerranéen est un homme léger, souple, gracile ; il a le crâne étroit et allongé (c’est-à-dire qu’il est dolicocéphale). L’Alpin, au contraire, est un homme trapu, robuste, un peu lourd ; il a le crâne large (c’est-à-dire qu’il est brachycéphale). On reconnaîtra aisément le type moyen du paysan français, et particulièrement celui du paysan normand comme du paysan breton. D’une façon générale les Bretons sont plus petits et plus bruns que les normands. Cela s’expliquerait par une plus grande présence d’Alpins en Bretagne. Mais par la couleur des yeux et la dimension crânienne, on s’aperçoit  que Bretons et Normands sont logés à la même enseigne.

 

****************************************

Guerre contre César

César arrive en Gaule en libérateur. (le mot magique !!)

En effet, Les Eduens, en guerre contre les Séquanes, ont appelé les Romains car leurs belligérants ont appelé les Germains Suèves. Mais bientôt, Rome tentera de s'imposer. Sous prétexte d'alliance et d'amitié, les romains dictent leur conduite aux celtes. (Cela ma paraît trés actuel !!)

Les celtes commencent à réagir. Les premiers sont les belges. Ils lèvent contre Rome une forte armée qui comprendra 10.000 Calètes de Normandie. Toutefois, César a des alliés en Belgique : Les Rèmes et les Trévires (Reims et Trèves). Les romains sont vainqueurs. Les Armoricains se soulèvent rejoint par les autres tribus normandes et même les Morins et les Ménapes (Boulogne - St-Omer - Dunkerque) ainsi que des renforts venus de Grande-Bretagne. Le signal de la bataille est donné par les Unelles du Cotentin, tandis que les Lexoviens de Lisieux et les Eburovices d'Evreux mettaient à mort leurs sénateurs qui voulaient pactiser avec Rome. César envoya contre la Normandie 3 légions commandées par un de ses lieutenants Titurius Sabinus. Elles furent mises à mal et encerclées durant toute la campagne par les celtes normands que commandait le chef unellien nommé VIRIDOVIX.

Mais le grand combat naval qui opposa les Armoricains et les Romains fut perdu par la flotte vénète, et l'armée de Viridovix fut elle-même écrasée à Moncastre, dans les marais de Carentan. (-55)

Viridovix-le-vercingetorix-de-normandie

Malgré une nouvelle résistance des Belges, la mainmise romaine continua de s'appesantir sur toute la Gaule jusqu'au grand soulèvement dirigé par Vercingétorix (-52), auquel les tribus bretonnes et normandes participèrent d'un même élan.

C'est un vieux chef normand CAMULOGENE qui commandera les tribus de la Seine et combattra autour de Lutèce le fameux lieutenant de César, Labiénus, à la tête de 4 légions.

Hommage à Camulogène

Originaire de la Normandie actuelle, Camulogène est un vieillard mais il possède une profonde expérience militaire. Au lever du soleil, le combat commence dans la plaine de Grenelle. Les Gaulois, animés par l'exemple de Camulogène, se défendent avec la plus héroïque intrépidité ; pas un ne faiblit ni ne quitte son poste, mais ils sont taillés en pièces et Camulogène rend le dernier soupir au plus fort de la mêlée. 

Aprés la défaite d'Alésia, les peuples bretons et normands, comme d'autres, tentèrent de continuer la résistance. Les Calètes, les Aulerques et les Véliocasses se joignirent aux Bellovaques de Beauvais et aux Ambiens d'Amiens et tinrent longtemps en échec 7 légions romaines grossies d'auxiliaires rèmes.

****************************************

Les saxons

Dés le deuxième siècle aprés J.C., les saxons commencent à s'enhardir sur les côtes de la manche et plus particulièrement dans l'estuaire de la Seine. Mais leur pénétration restera insignifiante, le pays étant fortifié par le "front de mer germanique" ou "littus saxonicum", s'appuyant sur des places fortes.

****************************************

Les Francs / Brouille entre Bretons et Normands

Au cinquième siècle, les Francs foulent le sol de la Normandie comme celui de presque toute la Gaule, repoussant dans certains endroits les "Gallo-Romains". Ainsi, dans le Cotentin, ceux-ci abandonnent le littoral et la région de Vallonia (aujourd'hui Valognes). Les Francs n'étaient pas assez nombreux pour occuper le pays et se contentèrent le plus souvent de s'approprier les grands domaines.

C'est toutefois à partir de cette époque qu'apparut une différenciation accrue - et parfois même une certaine animosité - entre Bretons et Normands. Mais ceci tenait à des facteurs politiques concernant les dirigeants et non les populations. En effet, dès avant l'arrivée des Francs, l'empire romain avait pratiquement abandonné la presqu'île bretonne et les Francs n'y entrèrent que très symboliquement. Peu après arrivèrent en bretagne les émigrants celtiques d'outre-manche, chassés à leur tour par l'expansion germanique et qui accentuèrent le particularisme breton en lui redonnant l'usage d'une langue celtique, au moment où la langue des Gallo-Romains était devenue un mélange d'ancien gaulois et de latin en pleine mutation. Bien que la Bretagne dut souvent reconnaître la suzeraineté des rois francs, elle resta pratiquement indépendante (jusqu'au IXe siècle où elle le devint complètement). La normandie étant au contraire complètement intégrée au royaume franc, la séparation fut accentuée et consommée par les combats qui opposèrent les francs et les bretons sur la frontière des deux provinces. A noter également que lorsque Rollon (viking), reconnaît en 923 Raoul de Bourgogne comme roi de France, ce dernier le récompense en lui donnant la région de Vernon, entre Seine et Eure, ainsi que Bayeux, Le Mans et Sées. Mais aussi, le duc de Normandie, Guillaume-Longue-Epée, fils de Rollon, obtint le Cotentin et l'Avranchin malgré la résistance des bretons !! Mais lors de la guerre entre le roi d'Angleterre Jean sans Terre et Philippe-Auguste, la noblesse bretonne et poitevine, alliée au roi de France, s'emparera du Cotentin et du Mont-Saint-Michel, tandis que ce dernier prendra Rouen le 24 juin 1204. Les deux corps feront leur jonction à Caen. Durant le conflit, les populations normandes étaient restées neutres et seuls quelques seigneurs avaient soutenus le duché. La majorité de la noblesse, d'origine française, indisposée par les méthodes de Jean-Sans-Terre, avait adopté la même attitude que le peuple.

****************************************

Les vikings

Les "rois de la mer" font leur apparition au début du IXe siècle sur les côtes de la Normandie. Regnar Lodbrog remonte la Seine jusqu'à Paris en 845 avec 120 drakkars (40 à 70 hommes par embarcation). Ils finissent par être battus à Brissarthe. 879 les verra de retour et Siegfried entre à Rouen le 25 juin 885. Charles le Gros leur cède la Bourgogne. En 890 et 896, les incursions des vikings se heurtent aux troupes de Charles le Simple. Rollon, essayant sans succés d'assiéger Chartres, conclut avec Charles le traité de Saint-Clair-sur-Epte qui lui livra Rouen, Evreux et Lisieux et en fit le vassal du roi de France à la tête d'un duché indépendant. En dépit d'interventions scandinaves victorieuses, les "normands" (vikings) s'assimilèrent de plus en plus aux français. Richard 1er, complètement francisé, aida Hugues le Grand à instaurer définitivement la dynastie capétienne et dés lors, les rois de France et les ducs de Normandie se soutiendront mutuellement.

Il est difficile d'évaluer dans quelle proportion les invasions Vikings avaient modifié l'ethnologie du pays. les scandinaves n'ont jamais pu être trés nombreux. Leur plus grande armée, celle de Siegrfried, n'aurait pas dépassé 40.000 hommes. Selon Emile G. Léonard, "on ne peut parler précisément de l'influence ethnique des Nordiques en Normandie". Mais en outre, le caractère aventureux et guerrier de ces marins-pirates, transmis à leurs descendants, ne pouvait que limiter leur sédentarisation et les pousser à de nouveaux départs. Et de fait, les vikings iront bientôt, dés 1016, se tailler des principautés dans l'Italie méridionale, en 1050 combattre les musulmans en Espagne, puis leur enlever la Sicile par une guerre de trente ans (1061-1091). Lorsque Robert le Magnifique meurt loin de la Normandie, son fils Guillaume (appelé plus tard "le conquérant") n'a que huit ans et les vieux "normands" (vikings) en profitent pour attaquer ses partisans. Ils chargeront au vieux cri païen germanique "Thor aïe" (Thor aide), mais ces scandinaves seront battus. Comme on l'aura compris, le pouvoir en Normandie est désormais entre les mains d'anciens vikings gallicisés baptisés normands. Cependant, les descendants de Vikings n'auront de cesse de conspirer. Chassés par les Anglo-Saxons d'Angleterre, ils reviendront lors de la conquête de celle-ci par Alexandre aidé par les forts contingents des barons de Normandie, Normandie qui se vida d'une bonne partie de ses vikings. Les Bretons, qui se souvenaient sans doute avoir été chassés d'Angleterre par les Saxons, prirent part à l'expédition. Les troupes du roi Harold ayant dû faire face à un autre débarquement, norvégien celui-là, ne purent empêcher à temps celui de Guillaume et furent battus à Hastings le 14 octobre 1066. Guillaume déposséda tous les Anglo-Saxons qui avaient pris parti contre lui et s'adjugea 1422 domaines tout en distribuant 60.000 fiefs à ses normands vikings. Dés lors, Guillaume devint beaucoup plus roi d'Angleterre que Duc de Normandie. Toujours guidés par leur goût de l'aventure, les "rois des mers", dirigés par Robert de Normandie, fournirent un fort contingent lors de la première croisade (1096 à 1099).

La Normandie Viking avait vécue.

****************************************

La guerre de cent ans

En Normandie, l'assimilation se fera pendant la guerre de cent ans. Les anglais auront les succés militaires que l'on sait, mais susciteront une forte résistance patriotique en Normandie. les opposants irréductibles à l'invasion anglaise se trouvaient surtout dans la noblesse d'origine française et le peuple. La Normandie devint le théâtre d'une guérilla incessante. Les pro-Anglais furent appelés par le peuple les "Français reniés"[On n'en manque pas de nos jours !!]

Les milices communales participèrent activement à la lutte contre l'envahisseur. Alain Blanchard, à la tête de la milice de Rouen, résista héroïquement aux Anglais. Henri V ayant pris la ville, il fit pendre Blanchart (19 janvier 1419). L'exemple de Jeanne d'Arc fortifia, comme partout ailleurs, l'esprit de résistance. Des bandes paysannes, auxquelles se mêlent parfois des gentilshommes, se forment dans les forêts du pays et harcèlent les Anglais. En 1432, un certain Ricarville enlève le château de Rouen et manque de prendre la ville. Sous les ordres du roturier Cantepie et du Sire de Marville, 12.000 paysans assiègent Caen en 1434. Jean de Grouchy, commandant 104 partisans, reprend Harfleur par escalade en 1434. Au Mont-Saint-Michel, les nobles du Cotentin commandés par Louis d'Estouteville résistent à un investissement de plus de dix ans et à des assauts anglais forcenés de 1424 à 1434. Ils sont ravitaillés de nuit par le pêcheur Yvon Prious dit "Vague de Mer". Le paysan Le Caruyer en Pays de Caux et un nommé Boschier dans le Val de Vire soulèvent les populations. En 1440, un capitaine de Charles VII, Robert Floquet, reprend la ville d'Evreux. Débarquant du Mont-Saint-Michel, d'Estouteville enlève Granville à l'ennemi. En automne 1449, Arthur de Bretagne et son neveu reprennent le Cotentin et le Bâtard d'Orléans la Haute Normandie. Le 29 octobre, le soulèvement des Rouennais oblige la garnison anglaise à se rendre. Une armée de secours débarquée à Cherbourg est battue à Formigny le 15 avril 1450 et la reconquête s'achève rapidement par la reprise de Caen le 24 juin et de Cherbourg le 12 août. L'anneau ducal est solennellement brisé en séance de l'Echiquier de Normandie le 9 novembre 1469.

La Normandie reprend sa place dans la Gaule, devenue la France.

04/07/2012

Insulteurs prévenus / suivi de lettre aux transfuges

Caroline Fourest et Fiammetta Venner sont jugées pour diffamation et injures au tribunal correctionnel de Paris pour une biographie publiée en juin 2011 chez Grasset. L'éditeur Olivier Nora est également poursuivi. Sont visés par cette biographie Le Pen père, Le Pen fille et conjoint. On ne saurait que trop rappeler ce qui motive la plainte des Le Pen père et fille.

Les auteurs de l’ouvrage visé dépeindraient Le Pen père comme un personnage raciste, antisémite et cupide. Quant à la fille, elle serait dépeinte comme une fainéante aux capacités limitées, tout comme son compagnon utilisant un vocabulaire raciste. Pour couronner le tout, d'aprés "lefigaro.fr", parce que Le Pen père a choisi comme parrain pour sa fille Henri Botey, l’ « Emperereur de Pigalle », les auteurs se permettraient de lier le FN au grand proxénétisme. Enfin, les auteurs auraient utilisés d'anciennes interviews de la mère de Marine Le Pen, Pierrette, parues en 1988 dans les revues "Globe"et "Rolling Stone"où elle disait notamment que ses filles avaient été élevées par leur père dans un "antisémitisme primaire". [Cet épisode présenté dans le livre comme une "vengeance de Pierrette Le Pen au moment du divorce" permet manifestement aux auteurs d'en parler dans le but d'appesantir le portrait des personnes décriées tout en se dédouanant d'en faire une accusation. Caroline Fourest et Fiammetta Venner auraient presque eu de la compassion pour Marine Le Pen lorsqu'elles évoquent que celle-ci en aurait beaucoup souffert. On ne s'y trompera pas !!]

A cela s’ajoute la collaboration de transfuges du FN  aigris et acerbes, comme peuvent l’être tous les transfuges de l’histoire.

Citons-en un à propos de la fille : « Je la trouve mal-élevée, dilettante, tire-au-flanc, désinvolte et hystérique ». «  Un animal politique, la gamine ? Les bras m’en tombent. Un teckel aussi est un animal ». « Un potentiel ténor du barreau ? Laissez-moi rire. La gamine, c’est le Montebourg du FN ! »

Le tribunal se laissera-t-il envoûté par Mes Richard Malka et Georges Kiejman, animateurs d’un show ayant vocation à mettre tous les rieurs dans le camp des intellectuels qui font profession d’outrager. Même Stéphane Durand-Souffland, auteur d’un article du "figaro.fr" semble prendre bien du plaisir au jeu, au détriment de la plus élémentaire morale, allant jusqu’à considérer qu’il est quelque peu audacieux de poursuivre en diffamation des « essayistes » tel que Caroline Fourest et Fiammetta Venner.

Le tribunal jugera, mais je crains que la gravité des insultes ne soit fonction de la qualité des insultés !!

 

*************************

Au passage, je tiens à laisser un message à l’adresse de tous les transfuges de l’histoire qui tuent leurs idéaux dés que l’homme perd son contrôle pour de plus bas instincts trop humains.

Moi aussi j’ai été pendant bien des années un grand militant du FN, responsable d’un arrondissement de Paris. Membre de la sécurité rapprochée (DPS). Mais parce que je ne demandais rien, je l’étais officieusement au plus grand bénéfice des officiels qui participaient aux rapports d'activités, et qui se plaisaient à vanter les résultats obtenus au prix de nos efforts dans leur intérêt propre. En effet, à l’époque, j’organisais les expéditions militantes avec une fine équipe de filles et de garçons dévoués. En leur compagnie, je passais mes nuits à coller des affiches alors que j’exerçais un métier le jour. Mais aussi, je vendais seul des journaux sur les marchés les plus exposés et boitais des tracts, assurais la sécurité des meetings, participais à la tenue des stands lors des manifestations diverses et variées.

Et que s’est-il passé ??? A l’époque, le FN avait encore le droit d’être représenté au salon du livre. Or, pour la première fois, j’ai demandé à un responsable du bureau politique une petite faveur : l’autorisation de présenter mon ouvrage autoédité  sur un petit coin de table réservé aux écrivains engagés de ma sensibilité.

La réponse fut non seulement négative, mais j’ai subi un affront qui m’a meurtri. Lorsque je me suis indigné en faisant valoir (pour la première fois et à contre-coeur) que je n’étais pas sans me dévouer et qu’il était assez désobligeant de se voir exclu d’une manifestation où j’émettais le souhait d’exister, la grande dame fort en gueule, membre fondateur dont je tairais le nom, aujourd'hui transfuge à son tour, m’avait dit ne pas me connaître et ne pas me compter parmi les effectifs du parti. Je n’étais rien. Je n’avais officiellement rien fait. Je n'avais pas existé !! 

Et bien voyez-vous transfuges, vous avez donné, vous avez eu, vous avez tout renié au point de vous associer avec la lie de la société intellectuelle française. Je juge sur acte. Ceux que vous insultez sont blanchis à mes yeux. Pour ma part, au contraire de vous, j’ai tout donné, je n’ai rien exigé, je n’ai rien eu, j’ai été injustement offensé, mais je n’ai rien renié. Je n’ai pas retourné ma veste, je n’ai pas œuvré contre ceux qui m’ont fait affront. Je reste fidèle après avoir surmonté mes désillusions !! Peut-être en effet faut-il être un "gens du barreau" pour voir ses actes reconnus. Avec pareille qualité, on peut même bien figurer sans prendre sa carte et faire la fine bouche. Moi je suis fils d'ouvrier, un coup de pied au cul pour mes prétentions, quoi de plus banal !! Mais je n'ai pas bougé, ferme sur mes positions !!

Je n'aime pas les transfuges, à plus forte raison lorsqu'aprés avoir été  gratifiés d'une fonction honorifique, ils renient leur serment et défilent à la barre, trop heureux de lyncher publiquement la famille Le Pen. Sans retenue, ils sont prêts à soutenir les tenants d'une cause qu'ils ont jadis combattu, et ce, au détriment de leurs anciens amis outragés qui leur avaient jadis accordé leur confiance. 

Ils sont le miroir de la vanité humaine.

16:53 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)

03/07/2012

Eric Zemmour relaxé

Le chroniqueur Eric Zemmour a été relaxé mardi dans un procés en diffamation envers Patrick Lozès, fondateur du CRAN (conseil représentatif des associations noires de France).

Patrick Lozès avait déclaré "Obama est notre président"

Ce à quoi Eric Zemmour avait répondu : "Ce qui prouve que la solidarité raciale (…) est supérieure à ses yeux énamourés à la solidarité nationale".

Le procès était intervenu quelques jours après la polémique déclenchée par les propos d’Eric Zemmour envers la ministre de la justice Christiane Taubira, taxée d’avoir choisi "les femmes et les jeunes de banlieues ", "dans le bon camp à protéger", et "les hommes blancs dans le mauvais".

15:39 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Le courage des serbes, exemple pour les français

Plusieurs centaines de serbes ont bloqué pendant quelques heures mardi les principales routes du nord du Kosovo pour protester contre la décision du Groupe international d’orientation (ISG) ouvrant la voie à une « pleine souveraineté » du Kosovo en septembre.
« Nous n’accepterons pas les institutions du soi-disant Etat du Kosovo, à aucun prix et personne ne peut nous y forcer » a déclaré un responsable des serbes du nord du Kosovo, Radenko Nedeljkovic, en marge de ces manifestations.

En prime, j'ai la nausée !!

Texte inspiré d'un article de presse "lci.tf1.fr" :

De nombreuses personnalités, notamment des hommes politiques, se sont interrogées lundi sur la pertinence de verser aux joueurs de l'équipe de France une prime, sur fond de crise et de mauvais comportement de la part de certains Bleus à l'Euro-2012."Aujourd'hui effectivement, nombre de français doivent se poser la question de savoir pourquoi on paye des gens qui respectent aussi peu leur public", a déclaré lundi un proche du président et du Premier ministre sur Europe 1. "Quand on a des Français qui souffrent autant des questions de pouvoir d'achat et qui voient des joueurs qui vont empocher quand même 100.000 euros à l'issue de cette compétition, les voir ensuite mépriser leur public, c'est très douloureux. (Note personnelle : Mépris du public certes, mais surtout de la France. Toujours est-il, face à la pire des attitudes, nos pieux responsables ne font jamais sans la petite flatterie qui va toujours de pair avec un reproche qui perd trés vite de son tranchant) On peut attendre mieux d'une équipe de France qui nous a aussi parfois habituée au meilleur", a ajouté ce responsable. (" Mondial 2010 par exemple ??)

En attendant, le président de la Fédération française de football Noël Le Graët a dit que les joueurs doivent être punis, mais il ne souhaite pas qu'on en fasse des victimes !! Et il ajoute : "La commission ne sera pas non plus une commission de censure importante puisque le futur sélectionneur aura le choix de les convoquer ou non". [Qu'auront-ils donc à craindre de Didier Deschamps??] Enfin, ils seront convoqués devant le conseil de discipline dans les délais les plus courts... aprés leurs vacances !! [Peut-être même seront-ils suspendus pendant celles-ci ] Interrogé sur l'éventualité de matches de suspension, le président de la FFF a répondu : "Non, ça ne me paraît pas raisonnable". Noël Le Graët est raisonnable.

Allons faire un tour chez nos voisins histoire de réaliser ce que nous sommes devenus. Chez les sélections italiennes et espagnoles, la question des primes englobe le principe de solidarité. Dans la Squadra Azzurra, il y a eu un consensus. Selon la Fédération italienne, tous les joueurs "ont manifesté l'intention de reverser leurs primes de l'Euro aux victimes des tremblements de terre en Emilie-Romagne" survenus les 20 et 29 mai, qui ont fait 25 morts et causé pour plusieurs milliards d'euros de dégâts, 15.000 personnes ayant notamment dû abandonner leur domicile.

Du côté de la Roja, une partie de la prime de chacun sera reversée pour les différents travaux des installations sportives de la cité du football, où ont lieu les rassemblements des équipes nationales. En cas de victoire en finale, les joueurs espagnols recevront des sponsors tout de même 300.000 euros chacun, soit 20% de plus qu'en 2008 lorsqu'ils avaient été sacrés une première fois. (Indécent vu la situation économique et sociale de l'Espagne !!)

Chez les Portugais, en revanche, l'éventualité d'un renoncement de prime ou d'un versement solidaire n'a pas été évoqué. L'équipe de France, éliminée samedi en quart de finale par l'Espagne (2-0), a quitté l'Euro-2012 en présentant un bilan sportif pour le moins mitigé: avec deux défaites, une victoire, un match nul. Mais, en prime, se sont ajouté les insultes de Samir Nasri contre des journalistes ( Samir Nasri à un journaliste de l’AFP : « fils de pute ») , un comportement répréhensible de certains autres comme Hatem Ben Arfa, Jérémy Ménez, mais aussi Yann Mvila. Sans compter, le retour dimanche en France sans que la grande majorité des joueurs prennent la peine d'aller saluer la cinquantaine de supporteurs qui les attendaient à l'aéroport du Bourget.  Autant de manquements qui laissent une image toujours brouillée des Bleus deux ans après le traumatisme du Mondial-2010 et la grève de Knysna.

Le foyer Notre-Dame des sans-abri, une association caritative lyonnaise, demande aux joueurs de l'équipe de France retenus pour l'Euro-2012 de lui verser "tout ou partie" de leur prime de 100.000 euros chacuns afin d'aider les "plus pauvres", ceux qui en ont réellement besoin".

"Sachez que 100.000 euros, c'est 2500 nuitées assurées cet hiver pour des personnes sans abri. C'est encore 22.000 repas servis", plaide l'association dans un courrier également adressé lundi au président de la Fédération française de football Noël Le Graët, dont copie a été envoyée à la presse.

Pour l'heure, la question risque bien d'être quelque temps en suspend, les primes de l'équipe de France étant gelées. "C'est de l'argent bloqué qui sera peut-être redistribué, peut-être pas" a fait savoir M Le Graët.

On connaît la suite !!!!!

02/07/2012

Robert Brasillach, condamné pour l'éternité

Son procès, qui s'ouvre le 19 janvier 1945 devant la cour d'assises de la Seine, dure 6 heures. Il est condamné à mort le jour même après une délibération de vingt minutes. Une pétition d'artistes et intellectuels renommés, parmi lesquels Paul Valéry, Paul Claudel, François Mauriac, Daniel-Rops, Albert Camus, Marcel Aymé, Jean Paulhan, Roland Dorgelès, Jean Cocteau, Colette, Arthur Honegger, Maurice de Vlaminck, Jean Anouilh, André Barsacq, Jean-Louis Barrault, Thierry Maulnier etc, demanda au général de Gaulle, chef du gouvernement provisoire, la grâce du condamné. Le général choisit de ne pas commuer la peine prononcée, ce qui entraîna l'exécution de la sentence, le 6 février suivant. Brasillach fut fusillé au fort de Montrouge à l’âge de 34 ans et fut inhumé au cimetière de Charonne, dans le XXe arrondissement de Paris.

Le 5 janvier 2011, le célèbre magistrat Philippe Bilger publia un livre "20 minutes pour la mort. Robert Brasillach : le procès expédié" aux Editions du Rocher. Il y retrace le parcours de cet intellectuel sulfureux ainsi que son procès. Brasillach suscite toujours de nos jours la polémique. Bilger rejuge Brasillach, explorant comment le rédacteur en chef de "Je suis partout" a pu épouser la cause nazie et clamer son antisémitisme. Rappelant qu'il fut jugé sur ses écrits plus que sur des actes, et que survécurent les "profiteurs de l'Occupation, les trafiquants" ou les marchands de canons. Pour l'avocat général Philippe Bilger, que n'effleure pas un instant l'idée de réhabiliter Brasillach, ce procès fut indigne, un exemple déshonorant de justice expéditive.

-Extraits de Wikipédia-

14:18 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)