UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2012

Internet prend la femme dans sa toile

Ne vous est-il jamais arrivé de vous forcer à écrire un texte sur un sujet qui vous rebute, pire, qui vous donne la nausée. C'est un des rares sujets qui me donne des noeuds à l'estomac, car c'est le monde de l'horreur au présent. Désolé d'assombrir votre journée!! Je m'étais acquitté de cette corvée en écrivant l'article en lien le 22 novembre 2010. Mais enterré dans les archives de mon blog, n'était-il pas utile de l'exhumer?? Au contraire de la première parution, je me fais violence et vous donne le chemin grâce à deux mots clés qui me dispensent de citer les promoteurs de ce qui saute aux yeux, chemin de croix de la femme en proie à une société malade et coupable. En effet, au fil du temps, j'ai réalisé qu'il était stérile de parler d'un problème sans évoquer la source. Je me crois donc obligé de vous donner cette clé qui ouvre la porte des enfers sur terre,  afin de militer pour ne plus voir ce qui peut être donné à tous de voir. Afin de défendre et protéger ce totem dans le coeur des hommes : La femme.

Cause-nationale-2010-lutte-contre-la-violence-faite-aux-f...

Lorsqu'à l'époque, j'ai contacté le "collectif de lutte contre les violences faites aux femmes" afin de les informer, je n'ai pas eu de réponse!!

02/03/2012

Que Dieu me pardonne, je n'irai pas voir "Intouchables"

Que Dieu me pardonne, dussé-je brûler aux enfers, je n’irai pas voir « Intouchables ».

« Intouchables » est un film réellement intouchable. Tout le monde s’y retrouve comme à l’église, et sur fond de compassion et de solidarité, on déroule les grands classiques bien-pensants et trés tendances d’une conception fraternelle, idéaliste, humaniste et sans clivages, à l’appui d’un scénario basé sur un drame humain auquel personne n'est indifférent bien-sûr. Faut-il le voir pour en parler ? A quoi bon, excusez du peu, mais je devine assez que l’on n’en peut dire que du bien. Par ailleurs, je me sens déjà contraint et anxieux à l’idée d’être inqualifiablement insensible au partage de ce pain béni. Certes, l’émotion est probablement au rendez-vous, émotion prise à témoin dans le meilleur des mondes, et où « le prolo de banlieue finit par réussir socialement comme chef d’entreprise »(article en lien), passez le message. "Même que", à la fin du film, « les réalisateurs Eric Toledano et Olivier Nakache ont sorti de leur chapeau des photos attestant du fait qu’il s’agit bien d’une histoire vraie »!! 

Pour ma part, car je me suis quand même renseigné un petit peu, « un film sans crise et sans conflits sociaux » (article en lien) où l’aristocrate engage un assisté qui finit par lui amener des prostituées et avec lequel il fume des joints, encore trop peu pour moi. Un film dont il ressort « l’intérêt de l’association entre la vieille France paralysée sur ses privilèges et la force vitale de la jeunesse issue de l’immigration » - « Le Monde »..Ce qui a amené Jean-Marie Le Pen à dire : « La France, c’est l’infirme qui se trouve dans le fauteuil et donc il va falloir tabler sur l’aide que vont nous apporter les jeunes des banlieues et l’immigration en général. Je ne souscris pas du tout à cette manière de voir. Je crois que c’est un film, c’est un roman, il faut le prendre comme tel et pas du tout comme un exemple futur. Ce serait dramatique si la France était dans l’état de ce malheureux handicapé. »

 

D’ailleurs, ça n’est pas une première de la part du cinéma français d’organiser des rencontres entre bourgeois et prolos : On a pu voir les « Femmes du 6eme étage » de Philippe Le Gay ou « Mon pire cauchemar » d’Anne Fontaine, qui met aux prises une galeriste de Saint-Germain-des Prés avec un beauf. (observation tirée de l’article en lien)

/La Fontaine n'aurait pas fait mieux/

Ceci dit, 19 millions de spectateurs seraient allés voir ce film !! Et on va nous organiser une croisade contre le téléchargement !! Le biseness se porte pourtant bien. Intouchable : Le film a déjà rapporté 800 000 euros a une association d'aide aux personnes handicapées.

Pour un rapport de....

20/09/2011

Tristane Banon : J'ai eu peur du pouvoir

Article "ouest-france.fr" :

actuDet_-Tristane-Banon-sur-Canal-+-Qu-est-ce-que-j-ai-a-...

13/09/2011

Bourgi, un scud mal tiré

Pourquoi Jean-Marie Le Pen aurait perçu de l'argent d'Omar Bongo? Il n'a jamais exerçé le pouvoir!! Omar Bongo, c'était pas les bonnes oeuvres!! Les valises circulent entre gens de pouvoir ayant des intérêts communs. Gens de pouvoir soutenus par des appareils à l'image du système qu'ils défendent et sauvegardent.

A cause de cette accusation farfelue, Bourgi a tiré une balle dans le pied de son commanditaire!!

30/08/2011

Sondage auprés d'un con pas comme les autres

Si vous dites que la liberté d’expression n’existe pas en France, cela signifie que vous émettez le souhait d’exprimer des opinions qui transgressent la légalité.
Donc, je répète ma question :
La liberté d’expression existe t’elle en France ?
Oui Monsieur !!

05/08/2011

Dieu que le monde est... servile

Je me suis souvent abimé face à mes serviles bourreaux. Faute d’être comme eux, vous êtes indéfendable. Ceux qui sont serviles ont le pouvoir et aiment l’exercer avec zèle et sans risques, au plaisir de s’attacher les faveurs de ceux qui font profession de l’être. Vous n’avez alors d’autres choix que d’être en disgrâce. On vous dénie même le droit de revendiquer votre noblesse puisque celle-ci ne fait pas l’objet d’une reconnaissance officielle, et n’est donc pas signée et contresignée par des mains serviles.

Qu’à cela ne tienne, je n’admets pas que mon devenir soit à la merci de la bienveillance ou malveillance souveraine du jugement d’autrui sans être l'esprit maître, gouvernail en mains. A plus forte raison parce que la bienveillance est une putain respectable entre gens serviles. Afin de garder la maîtrise de mon destin, je me prête donc de bon gré à la malveillance naturelle de mes contemporains serviles. Je préfère et de loin ne pas avoir l’avenir doré si communément envié et rester propre, surtout aux chiottes quand personne vous voit. Mais lorsque le décompte des années vous presse de rendre un bilan, force vous est de constater que vous n’avez rien pour éveiller les jalousies. Ce bilan s’imprime alors en vous malgré tout. Inéluctablement, vous finissez par avoir la posture du perdant, par vous couler dans le moule contraignant d'un profil sans saveur, effacé, barré par l'excellence, ébloui par l'adversité magnanime de l'impudique candeur.

Qu’ai-je donc fait pour en être arrivé là ? Le moral est bon, merci. Il faut dire que je suis fidèle à moi-même, et à ma ligne, envers et contre tout. Partant, lorsque je me suis plu à donner du service, je l’ai fait en rejetant toute idée d’un échange en retour, ou d’un retour en échange. Associable ? Non, probe et indépendant. J’ai une haute opinion de moi ? Non, au contraire, mais juste avec moi-même, je n’ai pas à en rougir. Amère ? déçu plutôt!! Enfin, quand le moment fut venu, je m'en suis retourné vers ce que je n'avais jamais quitté, l’anonymat le plus entier, l’oubli le plus total. C’est ça ma vie de réprouvé qui n’intéresse que moi.

Et si je vous disais qu’avec tout ça j’arrive à être drôle ? Toute proportion gardée!! Il y a quelque chose qui ne colle pas n’est-ce pas ? Non, ça ne colle pas en effet, car je refuse que l’on me colle une étiquette. Trop facile de m'imposer l’image d’un triste sire aigri et amère en mal de reconnaissance. Celui qui va au front n’a pas la paix. Cela ne fait pas de lui une tombe!! Un soldat qui rentre du front doit-il avoir honte de montrer ses blessures ?

Dans l’absolu, je préfère vivre reclus dans mon inspiration, que vendre des best-sellers sans l’avoir. J'écris sur la toile, je jette mes feuilles au vent, je jette ma bouteille à la mer, je n'attends rien. Ca m'évite au moins les conversations insipides qui tuent l'esprit, pour seul désir de plaire!!

22/07/2011

Le sexe n'est pas Amour

Peut-on aimer sans faire l’amour ?

Sujet très prisé par toutes les émissions télévisées.

Les invités sont profondément peinés de n’être pas des bêtes de sexe. Ils sont misérables.

Il faut dire que tout est là pour leur faire avouer qu’ils sont névrosés, et que leur anormalité est la résultante de leur incapacité à aimer comme il faut. Comme il faut, ils ne sont pas en effet. Il n’y a jamais un invité pour dire :

Vous faites chier avec votre sexe. J’aime, au delà de ce que vous pouvez imaginer. Le sexe n’est qu’accessoire. Quelquefois même il désacralise un amour vierge.

Le sexe, c’est l’intox lorsqu’on vous l’impose comme une raison de vivre qui conditionne votre équilibre et l'amour en général.

Pourtant, bien souvent, il est une insulte à l’amour vrai.

11/07/2011

Les morts sont bien vivants, heureux d'être.

C’est un fait, le plus commun de nos concitoyens est aujourd’hui capable d’avoir des conversations éclectiques et étudiées. Mais paradoxalement, il n’a plus la moindre idée arrêtée qui ne soit par convention, une position de principe vénérée de tous, éclairée comme par miracle. Or, cet intellect lambda, communicatif et exercé, est sclérosé jusqu’à l’âme dans tous les cas de figure que j’ai pu rencontrer. Le métier à tisser qui lui sert de trame est dramatiquement réduit en peau de chagrin. Son indépendance d’esprit n’est qu’un leurre sympathique et cocasse, son tempérament est de circonstance, et sa verve n’a pour elle que le rire qu’elle suscite.

Je n’ai aucun plaisir à discuter avec mes contemporains. Soucieux de ne pas déplaire, ils sont posés, courtisans, prévisibles, fuyants, séduits par leurs propres effets, rebelles sans tripes pour cuisine sans saveurs, fades comme la mort, enchantés chroniques, sceptiques boulimiques. Quant à leur libre-arbitre, il est anémique, toxico-traumatisé tout sourire, perdu dans ses nues, le cul entre deux chaises, bien chiasseux sous tout rapports.

Napoléon marchait au canon. Le contemporain lui, marche au baromètre des tendances qui puise  son caractère obligé dans un arsenal de guerre aux vertus angéliques.

08/07/2011

Etre et non paraître

Vous êtes-vous retrouvé un jour à un oral de concours??Et qui voyez-vous dans le jury chargé de vous évaluer?Un adversaire politique bien saignant, qui vous déteste bien évidemment!!Parti à l'abordage, je me suis alors sabordé!! Combien de fois me serais-je sabordé? Chaque fois que l’on veut me faire dire contre ma volonté, ou faire de moi ce que je ne suis pas. Chaque fois que l’on tente de me pousser au parjure. Et à qui veut l’entendre, je dis que mes échecs sont la résultante de ma rectitude, de ma loyauté envers moi-même. Ces échecs sont autant de purifications dont l'aura a le pouvoir de transmuer en valeur ajoutée. Non, cette droiture n'est pas celle dont tout le monde se dit être l’expression ou la révélation. Je fais référence à l’intransigeante acceptation de ce que l'on a fait le choix d'être. Même et surtout à l'abri des regards, le parjure est une indignité pour l'âme qui voit tout. Pour ça, il faut en avoir une. A chacun de mes actes sur terre, je mets mon âme sur la table et revendique avec tendresse et sans concessions ce que j'ai à coeur d'être. Lorsque je le dis, lorsque je le fais ressentir, le silence se fait entendre, car il est impensable pour les êtres serviles et obséquieux de me gratifier d’une noblesse qu’ils n’ont pas et dont ils se font opportunément les hérauts. Ce silence est un aveux. La surenchère le serait aussi. Ce silence est lourd de toute leur rancune à mon égard, car je ne suis pas comme eux. Ils se savent découverts et se mentent à eux-mêmes. Ils n’ont que mépris pour la vertu qui transcende l'image d'eux-mêmes en forme d'icône. Ce silence, leur silence, est l'arme fatale de la dénégation. Il est le fossé infranchissable que je tiens à maintenir entre eux et moi.

05/07/2011

DSK, la route est libre

L'ancien favori à la présidentielle française, qui a plaidé non-coupable le 6 juin, s'achemine vers un non-lieu. Selon le New York Post, le procureur Cyrus Vance Junior pourrait même abandonner les poursuites contre DSK avant l'audience du 18 juillet. Selon le figaro.fr, l'examen de la carte magnétique de la femme de chambre aurait pourtant confirmé la chronologie des faits donnée par celle-ci. Mais où sont les médecins légistes??

Dans le même temps, sans que l'on sache si cela est ou non en rapport avec l'affaire, le New York Times a annoncé que la responsable du service de répression des crimes sexuels à Manhattan,  Mme Lisa Friel, a démissionné mercredi 29 juin après avoir occupé ces fonctions pendant 10 ans.

Le dossier rebondit de façon spectaculaire. C'est peu dire!! La crédibilité de la plaignante serait mise en doute à cause de ses contradictions notamment par rapport à ses déclarations faites lors de son entrée sur le territoire américain. Il parait évident que celle-ci a menti pour obtenir l'asile aux Etats-Unis. Quoi de plus classique de dire que l'on est persécutée dans son pays d'origine à cet effet. Quoi de plus facile d'utiliser ce classique pour décrédibiliser une parole sujette à caution.Toutefois, la femme de chambre maintiendrait avoir été agressée, toujours selon le New York Times. Qu'à cela ne tienne. Aux dernières nouvelles, selon le new york post, l'intrigante femme de chambre monnayerait ses charmes. Elle se serait même prostituée au point d'accueillir un défilé de clients dans l'hôtel payé par les services du procureur à partir du moment où elle n'était plus surveillée depuis le 1er juin au terme de nouveaux arrangements. Pas méfiante!!

Sa parole serait également mise en doute parce qu'elle ne se serait pas précipitée auprés de sa direction tout de suite aprés l'agression!! Pourtant tout un chacun pourrait être amené à penser qu'un état de choc est susceptible de conduire à un éventail assez large de réactions : sentiment de honte, de peur, déni, tentative de surmonter seule l'épreuve. Mais à la réflexion, la raison de cette éventuelle temporisation pourrait être ailleurs. Consciente d'avoir fait de fausses déclarations pour entrer sur le territoire américain, aller porter plainte pour X raison se révélait trés risqué!! Son passé serait fouillé!! Quant aux propos tenus avec un de ses proches après son agression, quels sont-ils réellement, la traduction est-elle correcte, et sont-ils sujets à interprétations? Ne se confie t'on pas en pareils moments, au moment de faire le choix difficile de porter plainte ou non contre un homme si riche et puissant, et au risque de tout perdre compte tenu de sa situation délicate et des agissements apparemment troubles autour de sa personne. De surcroit, le confident qui n'est autre que son mari, n'a pas choisi la bonne crèche!! Une prison!!

En attendant, une brèche a été trouvée, la presse s'y engouffre, et nombre d'hommes politiques français ont l'indécence d'envisager déjà la participation de DSK aux primaires socialistes!! 

On était parti sur l'image d'une femme discrète, travailleuse, appréciée et "attachée" à sa religion, surnommée Ophélia dans les premiers jours de l'affaire!! Autour de Nafitassou Diallo désormais, on nous parle de trafic de drogue, prostitution, blanchiment d'argent sale, fraude fiscale, fausses déclarations sous serment.

Trés intrigant cette évolution!! La plaignante sera sûrement poursuivie!!

 

"ladepeche.fr" :

Mamadou Dian Diallo, le frère ainé de Nafissatou, est convaincu que sa sœur qui n'a jamais été à l'école, a bien été violée par Dominique Strauss-Kahn. Cet homme qui se présente comme planteurs de bananiers et d'avocatiers, défend sa sœur. «Elle a menti pour avoir des papiers comme tous les immigrés du monde». Il réfute en revanche tout lien avec un trafiquant de drogue : « Pourquoi autrement continuerait-elle à faire des ménages ?»

Et comme il l'a confié à l'envoyé spécial du journal Le Monde, il affirme : «La première fois que j'ai eu ma sœur au téléphone, elle pleurait et m'a juré que ça lui était arrivé. Ici, en Afrique, les gens ont tellement besoin d'argent que les riches peuvent mentir et être crus. Je croyais que c'était différent en Amérique».

28/06/2011

Peur de dire et d'entendre

La peur de dire est omniprésente, dans toutes les têtes, et au delà, dans l’aura de chacun. Par les glandes sudoripares suinte la hantise d’être suspecté. Suspecté de mal penser, de laisser entendre ce que l'individu lambda rechigne à entendre. Contre toute raison? Non. Les fantômes aujourd'hui sont bien vivants. Le spectre s’attable en famille, chez les amis, en tout lieux, en toute occasion. La peur s’est imposée même et surtout chez les esprits libres. Ceux-là ont envie de dire et sont soupçonnés d’entrée de vouloir briser la quiétude endémique. La petite phrase qui vous damne, le silence qui vous dénonce, l’expression qui vous trahit, le regard qui vous compromet. Tout est passé au crible !! Si un début de preuve vous accable, votre ciel se couvre de nuages. Si vous n’avez pas peur, vous apprendrez à vos dépens qu’il est dans l’ordre des choses de se conformer au canon d’une matière à penser intangible. Il existe une mort très propre de nos jours, qui s’applique aux cas avérés. Pour ceux qui n’ont pas l’Amour en bouche, l’âme bien faite, le cœur en fête.

 

Nos ancêtres devraient voir ça!! Ils ne peuvent plus rien malheureusement pour les vivants. Pour les morts vivants. Mieux vaut n'en rien dire. Se taire est le gage certain d'une vie sociale réussie. Faut dire que quand le ciel vous tombe sur la tête, faut pas compter sur les gaulois!!

23/06/2011

La vérité, rien que la vérité

La vérité, rien que la vérité. Rien n’est plus cher à l’homme qui se forge un mental d’ouvrier. Pour réaliser l’unité d’un être entier, la liberté d’expression est le seul moyen et la seule réalité. Mais la liberté n’a pour elle que l’expression enflée et ce que l'on nous sert en est un pâle reflet. L’homme nouveau fuit la réalité pour sauver les apparences. Son image en impose à son esprit. Son indépendance est circonscrite à une conception bridée. Son mental se nourrit au cordon ombilical d'un ventre mou, et son caractère, superficiel, fantasque et inconsistant, se donne toujours de bonnes raisons de justifier un parjure, une fuite, un déni, ou une absence remarquée.

La réalité, c’est l’homme tel qu’il est, élitiste et dénué, dépouillé de lui-même et prévisible. 

Je suis maudit. Aucun être vivant n’est en mesure de satisfaire mon besoin de plénitude. De l’homme, j’ai une idée trop ancrée dans la réalité pour montrer l’enthousiasme bon enfant des esprits sevrés d’une pensée nourricière.

15/06/2011

Douce France, le pays de mon enfance...

Fillette agressée et violée dans l'Ain - Le suspect était déjà recherché pour non respect du suivi socio-judiciaire.

Mercredi 15 juin 2011 : Pendaison publique d'un iranien dans une ville du sud de l'Iran pour le viol d'une fillette de huit ans a rapporté le site de la télévision d'état.

14/06/2011

Education, foire d'empoigne !!

Vivant témoin de cet enseignement de masse nivellateur et dirigiste, je n’ai jamais pu m’épanouir à travers une matière que je chérissais : Le français, sans être l’objet d’un mépris à peine dissimulé ou d’une dérision systématique. Mon prof avait à cœur de me considérer comme un individu lambda aussi banal qu’un élève peut l’être. Il s’appliquait à me donner des notes qui ne fissent de moi un élève distingué. En réalité, son égo avait eu raison de sa vocation. Chacune de mes analyses, chacune de mes interventions était ressentie comme un défi à la pointure de sa stature. Une cour féminine très courtisane s’appliquait à lui donner raison en minaudant à chacun de ses dédains. Au delà du scolaire, l'indifférence s'est plu en ma présence. Mieux armé, cette situation aujourd’hui m’indiffère. Mais je garde en moi l’amertume de ces années supposées tendres. Ce sont ces années tests qui font de vous un vainqueur ou un vaincu. J’ai dû prendre goût aux défaites !! J’ai pris l’habitude de me ranger volontairement du côté de ceux qui subissent le joug du puissant.

C'est pourquoi je ne crois pas aux bonnes intentions au sein des mêmes institutions. Les dites bonnes intentions n'ont pas pour finalité de valoriser les gens comme moi, ou d'aider je ne sais quel talent à voir le jour, mais plutôt, au grand dam des élèves discrets qui se rangent bien dans les rangs, d'assurer le suivi personnalisé d'un communautarisme militant impossible à gérer qui s'inscrit dans un rejet systématique de toute institution et de toute contrainte émanant d'une autorité établie, et qui s'invite à l'école et sclérose la vie en communauté. Ce problème ne justifie certes pas à lui seul tous les dysfonctionnements et ratages, mais le drame conjoncturel est que cet état de fait ne sera jamais nommément désigné afin de ne pas "stigmatiser". Pour autant, en ce qui concerne le corps enseignant, on ne saurait être insensible à la politique du pire qui les châtie si bien: suppressions de postes ainsi que pénurie de moyens!!

Appel à la grève le 27 septembre !! Nos enfants sont râvis!!

Pour faire des ânes, point de bergers!! Ceci dit, créer des postes ne résoudra pas tous les problèmes !! Le mal vivre à l’école c’est aussi le programme trop chargé, pesant, dirigiste. En ce qui me concerne, le carcan de ce modèle unique est rejeté non pour ce qu ‘il est : on se résigne avec fatalité à être gavé comme une oie sans passion!! Mais pour ce vers quoi il tend: Niveler par le bas, formater comme il faut. L’originalité est d'entrée recalée!! Par ailleurs, le décalage est énorme entre les prétendants au savoir. Il est certain que l’élève issu des quartiers sensibles n’accepte pas d’être formaté comme un collégien attentif à ses attaches. Il est un peu tard pour constater la désaffection voir le rejet du système scolaire, dopé par un phénomène d’entraînement, un effet de mode qui sert de modèle aux plus fragiles, à ceux qui sont moins bien accompagnés. Mal entouré, celui qui se distingue est vite montré du doigt !! Question de survie d’être alors à l’image du groupe!! Quant au corps enseignant à l'image du pouvoir en place, il est bien mal récompensé!!

30/05/2011

"SPA, un monde sans pitié"

On n’attente pas aux jours des criminels et pervers, paradoxe, parce qu’ils sont humains.

En revanche, les animaux de compagnie abandonnés, aimants et innocents, sont euthanasiés faute d’adoption.

Des choses comme ça qui font mal à l’âme !!

                   *************************

SPA : Dons et legs / Profitent-ils à nos malheureux destinataires ?

article.php3?id_article=486

 

02/05/2011

Monsieur tout le monde, prolétaire petit bourgeois

Pétris d’une culture aux accents d’ouverture, rehaussé de vues idolâtres et de sages transports, le modèle petit bourgeois du prolétaire éduqué s’appliquait à susciter la convoitise de l’émule distingué. C’était ça l’esprit bourgeois et sclérosé où surnageait en état de lévitation apparente la grande masse des esprits surfaits. Au bout du compte, la désolation était effrayante, le vide émotionnel inouï, l’idéal absent. De tels échanges, rien ne subsistait. Rien qui ne fit tressaillir le cœur et rebondir l’âme. L’esprit s’était donné la mort dans le désert sans horizons où régnait l’illusion, là ou la joie de vivre cédait au besoin de paraître épanoui, au plaisir de se grandir, au bonheur de jouer les seigneurs.

20/04/2011

Arche de Tchernobyl - Soupçons de corruption et interrogations

pourquoi-l-arche-de-tchernobyl-construite-par-bouygues-et...

Autre héritage que nous léguons à un nombre incalculable de générations. Les sarcophages!! Bel avenir pour les appels d'offres.

15/04/2011

Le monde des convenances

Le monde des convenances alourdissait le tranquille quotidien de l'homme simple. Des convenances observées non par vertu, par amour du bienséant, mais par ce besoin viscéral d'imposer le fardeau d'une contrainte morale vouée à la recherche des plus innocentes transgressions, occupée à destabiliser le tranquille épanouissement de l'homme sans histoires, exerçée à ternir la paisible image de l'être sans tâches, afin d'asseoir sur le trône d'un principe modèle, la certitude de son exemple.

01/04/2011

Petit état des lieux de notre société travestie

Lorsque nous sommes amenés à dresser le portrait de notre société à nos enfants, à parler de leurs perspectives d’avenir, que devons-nous leur dire ?

Faire comme bien des parents et grands parents qui se résignent à accepter que les temps difficiles sont une fatalité à laquelle nos enfants seront confrontés, et au sein de laquelle ceux-ci devront formater leurs esprits pour être aussi soumis que chien à son maître ?

Car, nouvelle devise de nos pères et mères, supposés garants de nos valeurs pérennes : Après nous le déluge !!

Voyages, clubs, égo, bien-être, ces générations d’après-guerre se pressent de jouir d’une société de consommation qui repose sur des fondements dont ils sont les égoïstes défenseurs, dussent-ils hypothéquer l’avenir de leurs enfants et de leurs petits enfants. La dette ? Ils s’en foutent, c’est pas eux qui paieront !! Les conséquences du communautarisme ? Ils sont bien tranquilles dans leur quartier résidentiel, et le drame n’est pas à leur porte !! Le régime des retraites en revanche, les intéresse à court terme, mais n’en ont cure en ce qui concerne leurs petits enfants. Pourvu que le système tienne quelque temps !! Après nous le déluge !! Pourtant, ils pleurent sur leur retraite, sur ce qu’ils n’ont pas ou n’ont pas eu, et s’estiment pauvres dans la mesure où les temps sont moins dures pour d’autres. Mais ne leur enlevons pas tout. Ils savent aussi verser une petite larme sur les perspectives d’avenir des générations futures. J'ai failli les croire!!

Mais gardez vous bien d’aller répéter pareilles horreurs. Tout ce que je dis là est bien sûr totalement faux de leurs propres confessions aux saveurs indignées. Il est vrai que je suis très méchant et injuste, et de ce fait très partial. De nos jours, tout le monde il est gentil, sauf celui qui vient déranger la coutume récente du consensus. Car tout ce petit monde fait semblant de croire qu’il n’y est pour rien, pourvu qu’on ne leur demande rien.

Qu’ils soient tranquilles, on ne compte pas sur eux. Qu’ils jouissent donc en paix. Après eux , les solutions verront le jour, dussions-nous souffrir ce qu’ils n’ont pas voulu endurer.

03/03/2011

Zemmour, le taureau

Article "20 minutes"

Eric Zemmour a fait son show hier à l'Assemblée nationale. Invité par l'UMP à un débat sur les normes, le polémiste a fustigé le politiquement correct sous les applaudissements nourris de militants et de parlementaires. Il a aussi appelé à la suppression des lois mémorielles (loi Gayssot sur le négationnisme, loi Taubira sur l'esclavage, etc.) et du délit d'incitation à la haine raciale. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a confié à 20 Minutes qu'il avait trouvé sa contribution « utile, intéressante et brillante », même s'il n'a pas donné son point de vue sur la légitimité de la demande du journaliste.A. S.

 **********************************

Bravo Mr Zemmour. Mais notons au passage que cela fait 20 ans que la police de la pensée est dénoncée par nombre d'hommes publiques, et que la presse ne relaie la contestation que lorsqu'il s'agit d'Eric Zemmour. Bravo quand même à cet homme qui s'est forgé une carapace à l'épreuve des orgues de Staline.

Quant à l'UMP, on a bien compris que Mr Zemmour se sert d'une tribune, mais qu'il n'attend rien de cette droite guimauve qui n'applaudit que lorsqu'elle y est autorisée. Quant la contestation vient de Mr Zemmour, c'est forcément propre!! L'UMP s'agite, se gargarise. Elle a peur d'une autre contestation à l'horizon 2012 !!

Citons quand même Mr Zemmour, au nom du bon-sens:

"J'aurais selon les magistrats "dépassé les limites autorisées du droit à la liberté d'expression". "Je crois savoir ce qu'est la liberté d'expression", a poursuivi le journaliste, citant Montaigne, Voltaire, et Zola, "mais je ne sais pas ce que sont les limites de la liberté d'expression, où elles se situent, qui les fixe, comment et au nom de quoi on les fixe".

02/03/2011

Linette de la Natty

Linette de la Natty 1995 / 2011

J'ai perdu ma petite chatte aujourd'hui. Je l'ai enterrée dans le jardin ce matin.

Je n'étais pas affectueux avec ma linette. Ou trés rarement. Je me suis juste occupé d'elle parce que je m'y étais engagé.

Avec le temps, mon coeur s'est un peu retranché. Linette, elle, n'a jamais changé. Souveraine et sereine, tout ce que je ne suis pas!!

Je l'ai quelquefois regardé avec hauteur. Elle, m'a toujours aimé.

Je l'ai vu une dernière fois ce matin, elle délivrée, et moi livré à moi-même.

Elle me manque maintenant. Tant pis pour moi.

06/01/2011

Je ne suis pas pratiquant

A notre époque si chahutée socialement, une grande leçon de choses  passe de bouche en bouche sans jamais être démentie. Je l’ai si souvent entendue de la part de mes contemporains qui font plein usage de cette messe et dont la pratique répandue est un peu l’hostie du communiant. La leçon de choses n’est pas sans être méprisante à l’égard de celui qui ne communie pas. Elle est une noblesse parmi les pratiquants.

Cette leçon de choses est : « Il faut savoir se vendre pour réussir dans la vie »

L’épitaphe que l’on me prête de mon vivant est : « Il n’a pas su se vendre »

Pourtant, à qui veut l’entendre, je n’ai pas été sans dire : « Je ne veux pas me vendre ».

Comprenne qui veut au royaume des sourds ( j’entends par là simulateurs pleins d’ardeur).

 

C’est paraît-il se tirer une balle dans l’pied, que d'être soi-même.

 

En tout état de cause, il faut sacrifier au monde sans gloire du modeste troupier et refuser une victoire à portée pour le moindre mot dont on exige de vous la concession. Car, une fois la dignité entâchée, elle s'entâche à loisir et sans mal. Une fois le parjure validé, sans témoins et toute honte bue, la digue est enfonçée à jamais.

La dignité mérite de la plus haute vertu cachée.

05/01/2011

La science évolue, mais l'homme?,,,,

Depuis l'avènement de l'idéologie humaniste, l'homme s'est plaçé au centre de l'univers. Paradoxalement, avec le temps, il est devenu de plus en plus insignifiant. Désormais, à force de flatter la souveraineté de son individualité, son mental surprotégé sacrifie à l’orgueil inquisiteur. Manifestement, l’élévation qui touche au spirituel n’est pas dans les préoccupations de l’homme dit évolué. Le calcul est au contraire un exercice pratique prisé qui  le grandit et le place au faîte de sa satisfaction personnelle. Dans le but évident de tout soumettre à ses appétits, le spécimen barbare de nos sociétés modernes a toujours grand soin de cultiver l’art de transformer les bons sentiments en armes de destruction massive grâce à l’alchimie de son mauvais esprit rompu aux intrigues. Sa présentation est en revanche irréprochable. Son attitude posée, sûre d’elle-même, sa mine de circonstance, lorsqu'elle n'est pas volontaire, se fait l’écho d’une sagesse ampoulée qui s’apparente au mimétisme. Mais à force de soigner la façade, l'esprit est absent et le coeur est malade. Plus rien en lui n'a vocation à servir ce qui est sincère ou vrai. En effet, derrière son humilité symptomatique, il n’y a pas plus arrogant, derrière sa droiture, il n'y a que forfaiture. En lui, les préjugés ne sont pas l’effet d’une mentale et humaine attraction naturelle, mais l’enracinement d’une maladie de l’âme. Un lierre spectral qui prend racine avec l’émergence du christianisme, et recouvre aujourd’hui de son linceul profane le cadavre d’une humanité laxiste, sectaire et doctrinale. Constamment soucieux de plaire à ses parrains, il rivalise de servilité auprès des forces de l’argent qui projettent un univers en trompe-l’œil, un assemblage hétéroclite d’idées fausses, d’interprétations abusives et de mensonges fabriqués à l’usage des esprits sans suite, faibles et corruptibles.

Effrayé par ce tumulte, celui dont la plainte est sans voix s'isole. Quant à celui qui s'ébroue, il n’aura pour suaire qu’un tissu brodé de contre-vérités.

22/11/2010

Internet prend la femme dans sa toile

On peut saluer la cause nationale 2010 : La lutte contre les violences faites aux femmes. Mais, cette cause a t-elle la vertu de dénoncer toutes les violences faites aux femmes ??

Personnellement, j'ai souhaité dans ce contexte dénoncer les mauvais traitements infligés à la femme sur la toile:

En ce monde, mesure t’on l’ampleur des phénomènes qui attentent au respect et à la dignité des femmes. Je sais bien que personne n’est avare en paroles qui vous dédouanent de toute indifférence pour les maux qui ravagent les mœurs de notre temps. Je sais bien qu’on en est plus à espérer une société saine lorsque le fondement même de notre éthique est soumis au tout puissant règne du chiffre d’affaire qui se rit de nos prières. Mais je m’étais imaginé, un instant, un tout petit instant, qu’un jour, il y aurait un homme ou une femme pour monter au créneau dénoncer le mal que l’on fait aux femmes. Mais penserez-vous, de quoi parle t’il, où veut-il en venir ce spartiate dément ?
Eh bien, il ne s’agit pas là de stigmatiser l’industrie du sexe en général dont je déplore l’existence, mais qui peut justifier l'existence de sites dit « barely legal »(tout juste légal) ou « teens » (jeunes), et dont la forte suggestion promeut une attirance malsaine vers des sujets juvéniles ? N'est-ce pas une porte ouverte aux adeptes fous de la pédopornographie ?

Mais il existe aussi une autre innocence victime et qui n’intéresse, que dans le cadre rigide d’une loi imparfaite, les nombreux acteurs de notre société. Il s’agit de la femme considérée comme objet sexuel et soumise à tous les excès de pulsions macabres sous l’action de la contrainte.
En effet, il existe sur internet pléthore de sites pouvant être de nature à inciter à des actes agressifs à l’égard des femmes. Violents et faisant de la contrainte l'auxiliaire de la jouissance, ils sont une menace avérée. Au contact de ces sites abjects et terrifiants, on entre véritablement dans le monde des enfers sur terre. Alors que paradoxalement le viol est reconnu comme étant un crime dans notre pays, on assiste là à une véritable incitation à cet acte barbare, et je suis d’autant plus étonné que personne ne réagisse ou n’agisse contre cette industrie du sexe qui se spécialise dans l’agression caractérisée. Paradoxalement, ce type de site se dit être en conformité avec toutes les réglementations en vigueur!! Certes, on nous prévient qu’il s’agit là de simulations mettant en scène, par consentement mutuel, une libido aux relents contestables, quelquefois cruelle, mais aura t’on l’âme assez vile pour me dire qu’à défaut d’être incitatif, cet espace glauque canalise les pulsions pour effets d’endiguer un crime en constante augmentation? On vous montrerait comment faire qu'on ne s'y prendrait pas mieux!! C’est le guide pratique du libre-service, du passage à l’acte. Une façon délibérée de vous démontrer qu’il est possible et permis de ressentir du désir à travers la souffrance de cette femme objet, une façon de vous déculpabiliser d’être sujet à ce vice visiblement toléré en mode fantasme sur la toile. L’existence de ces sites surfant sur le caractère dramatique d’un  phénomène de société bien actuel est insultant et contraire aux droits des femmes.
Les femmes sont une catégorie des plus vulnérable dans notre société. Elles ont besoin d’une protection notamment sur la toile de la part des pouvoirs publics. Or, bien obligés de constater que la femme n’est pas encore protégée dans cet espace de partage. Manifestement, elle est de plus en plus en proie à une dérive sordide et criminelle de ses charmes outragés qui porte atteinte non seulement à sa dignité, mais encore à sa sécurité. Or, cette tolérance permettant à ces sites d’exister n'est dénoncée de personne, encore moins par les féministes de toutes confessions. Il faut remettre en cause cette permissivité, pour que les mesures nécessaires soient prises afin que la femme ne soit plus exposée à ces travers dans notre monde prétendument civilisé.