UA-66869334-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2011

Sarkozy, messe et promesses

Le champion de l'ultra libéralisme, de toujours plus d'Europe, de l'adhésion sans failles à la libre concurrence même déloyale, le chef de file du laisser-faire en terme de délocalisations, le petit père de la désindustrialisation, nous a fait l'annonce à quelques mois des élections présidentielles d'un nouveau courant d'air électoraliste : Un label "origine France garantie" (mieux que le "made in france" certes), et ce, afin d'éviter ces dites délocalisations contre lesquelles notre président sortant n'a jamais rien fait. Créé le 19 mai dernier, ce label n'a pas réussi, à ce jour, à enrayer la fuite des emplois industriels, qui se poursuit. 

La France est une femme battue. Aujourd'hui on lui dit "Je ne le ferai plus" avec tout un arsenal de promesses. Mais dés les élections présidentielles passées, elle n'aura plus que ses yeux pour pleurer!!

500 000 emplois industriels perdus en dix ans !! 

industrie française : 14% du PIB (en Allemagne 30%)

La vérité est là !! Pas de bla bla !!

09:21 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

07/12/2011

L'hystérie anti Front National, orchestre s'il vous plait

Caroline Fourest, qui s'est improvisée historienne du Front National ne vit plus que pour son inquisitrice conception de la démocratie et de l'information. Sans le Front National, que serait-elle ? Pas de quoi faire une émission!!

Article "lepoint.fr" :

le-clash-marine-le-pen-france-televisions-06-12-2011-1404...

Quant à la gauche française, modèle de vertu démocratique, les faits parlent d'eux-mêmes!!

Article "lci.tf1.fr" :

des-etudiants-empechent-sa-venue-marine-le-pen-furieuse-6...

10:34 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

02/12/2011

La dette est facteur de réjouissances!!

La France a levé avec succés 4,346 milliards d'euros d'obligations!!

Mme Pécresse s'en est félicitée!!

VIVE LA FRANCE

Petit peuple, tu vas payer!!

Besoin de sous??? Pourquoi pas plutôt supprimer la "niche Copé", splendide cadeau fiscal qui, d'aprés la Cour des comptes, a coûté 10 milliards d'euros aux caisses de l'Etat, sans apporter la moindre retombée en matière d'emplois et d'investissements!!

14:21 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

14/10/2011

le progrès? Parlons-en!!

Le progrès, c’est un peu comme la banque de dépôt et la banque d’affaires. Il y a le progrès réel et le progrès spéculatif. Le progrès réel, c’est le labeur et la persévérance de quelques-uns qui  produit de grandes avancées. Le progrès spéculatif, c’est la somme des promesses des politiques et sauveurs comme on en a déjà connu, qui s’approprient les effets du travail des premiers au nom de la providence d’une modernité dont ils seraient l’expression accomplie, pour au passage nous vanter le produit qu’ils ont la charge et la grâce de nous vendre au prix du plus exceptionnel fardeau. De quoi nous parle-t-il au juste ? Eh bien de cette Europe que l’on nous présentait comme une chance, un progrès, et qui est en réalité un cauchemar et un purgatoire pour les modestes esclaves que nous sommes. C’est ce même progrès spéculatif dont la chrétienté se faisait la providence et le héraut dans ses débuts modestes mais ampoulés de promesses, pour en réalité déboucher sur la décadence et l’effondrement de l’empire, la ruine, le chaos, puis les conversions forcées, les tortures, l’inquisition et l’obscurantisme.  Un peu ce que nous vivons aujourd’hui avec la toute bonne conscience de nos pseudo élites en messies sauveurs, et qui ont donné aux conversions forcées une portée salutaire et angélique, nonobstant la torture morale d’une idéologie contraignante, liberticide et commanditée par la nouvelle inquisition d'un empire ruiné aux relents d'un autre âge.

11:14 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/10/2011

Collard / Belkacem - Aucune surprise

Maître Gilbert Collard, dont je salue le ralliement à la cause nationale s'est à mon goût, laissé piégé dans les travers habituels de la tentative de disculpation face aux accusations de racisme lancés sans cesse par le clone de Kosciusko-Morizet en la personne de Najat-Vallaud Belkacem, tous deux perroquets savants avides de reconnaissance et hautement ambitieuses. Mme Belkacem a t'elle, elle aussi, un bouquin à vendre? Il est un peu facile pour les valets du système de lancer des accusations infondées pour n'avoir pas à parler des affaires dans lesquels sont impliqués nombre d'élus de leurs appareils modèles. Pour ceux qui considèrent la France comme un champ de manoeuvres utile pour le déroulement de leur carrière, il est convenu de toute façon que se montrer favorable à la préférence nationale, c'est se montrer raciste. L'accusation ne tient pas, mais la calomnie ne choque plus les esprits. Offrez donc tous les gages possibles et imaginables, rien ne suffira jamais!! Encore convient-t'il, lorsque l'on est un si vilain zélateur de cette préférence maudite, d'être favorable aux naturalisations réussies à la mode Guéant. Est-il encore permis de s'interroger sur ce vivre ensemble que l'on nous impose et qui ne découle pas de la volonté du peuple consulté, mais de la volonté d'élus stipendiés qui simulent l'expression d'une ferveur républicaine au bénéfice de leur allégeance aux banques, aux lobbies et aux patrons du CAC 40.

 

Alors on en vient naturellement aux excès inverses pour tenter de se dédouaner. Maître Collard s'est donc plu à donner tous les gages possibles de sa bonne foi et bien au delà, au point de prendre le parti que l'on attendait de lui. Bien-sûr, cela n'aura pas suffi!! Partie de plaisir pour Mme Belkacem. Avait-il besoin de se défendre de quoi que ce soit pour déployer le drap blanc de sa vertu républicaine mise en doute? 

 

Jusqu'à quand la politique politicienne exploitera t'elle ce puits sans fond de ressentiments aux arrière-goûts d'épuration? Encore un débat qui n'a pas été d'un grand secours pour conjurer la crise. Certainement pas le meilleur moyen de rassembler un peuple traumatisé par son passé, meurtri aussi longtemps que durera cette inquisition dispensatrice de respectabilité.

 

Lorsque l'on cherche à se mettre hors d'atteinte, on est une cible parfaite, dans le point de mire du chantage permanent.

22:20 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

27/09/2011

Si j'étais un institut de sondage!!

A défaut de référendums!!

 

Il existe des questions simples à poser lorsque l’on est un institut de sondage.

 

Afin de savoir si tout démocrate est réellement démocrate ? Etes-vous pour la proportionnelle ??? (afin que tout électeur puisse être représenté au parlement)

 

Afin de savoir si tout un chacun est d’accord avec l’idée que la volonté d’un seul puisse être de nature à mettre en péril la sécurité de tous :

 

Pensez-vous que Mr Mitterrand ait eu raison d’abolir la peine de mort sans consulter le peuple??

Puis cette question dans la foulée pour enfoncer le clou:

Pensez-vous que Mr Mitterrand ait eu raison d’abolir la peine de mort ?

 

Enfin pour tester le ressenti de tout un chacun sur la question de l’immigration:

(Parole au peuple et non plus aux élus des appareils)

Pensez-vous que l’immigration soit une chance pour la France ?

 

Enfin concernant la liberté d’expression :(sans plus de précisions afin de ne pas focaliser l’attention sur les lois liberticides ou autres phénomènes contradictoires)-Tout un chacun y répondrait avec son coeur ou sa raison!!

 

Pensez-vous que la liberté d’expression existe en France ?  

 

 

Autant de questions simples que les instituts de sondage ne poseront jamais !!

 

Oh les vagues, les vagues!!

10:11 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

19/09/2011

Fête de l'Huma, une bien triste mascarade

La fête de l’Huma fait dans l’humain cette année. Avec son livre-programme « L’humain d’abords », Mr Mélenchon nous a préparé un communisme humaniste oublieux de son passé dans un jardin d’ Eden plein de beaux fruits en veux-tu en voilà. On garde l’ Europe, on garde l’ Euro, on dit à tout un chacun qu’il faut partager, et Bruxelles se défend de croquer la pomme destinée à d’autres faims. Mais que veut Mr Mélenchon en somme? Une dictature du prolétariat comme institution d'un poste d'ingénieur en chef de la révolution mondiale au sein d’une Europe remixée ? Sauf que si l’on en croit Bakounine en 1872, ce miroir aux alouettes mènerait inéluctablement à l’asservissement des masses. Substitution d’une dictature par une autre au bénéfice de la lutte des classes.

Mr Mélenchon, notre bon tribun copain va bientôt nous chanter « Renaud ». Pourtant, lorsqu’il se fâche, j’y vois la caricature d’un saignant jacobin ressurgi des plaies du passé.

« Résistez, résistez », « Non, ce n’est pas l’immigré qui prend votre pain, c’est le financier » a t’il lancé à la foule, qui a répondu en écho « Résistons, résistons »

Que du beau monde à la fête de l’Huma. Yannich Noah était présent, mais aussi certains ténors du parti socialiste. Yannick Noah que l’on nous montre toujours comme la star préférée des français !! On ne m’a pas consulté !!

Seulement voilà. Si le communisme français ne s’est jamais repenti pour les crimes si nombreux et monstrueux de son internationale sous toutes ses formes, puisqu’il ne ressent aucune espèce de mal-être en rapport à ce dont il se réclame, que doit-on penser de ce qu’il projette de faire demain avec le sourire ?

D’aucuns diront que l’étude du communisme est complexe de pars ses multiples facettes et nécessite une approche plus « distanciée ». On m'en dira tant!! Ce qui revient à dire que tout en se réclamant de cette même idéologie, si on ne se dit ni léniniste, ni stalinien, ni maoïste, si l’on part du principe que Pol Pot n’est qu’un épiphénomène historique indépendant, ainsi et ainsi soit-il, le communisme dont on se réclame a zéro mort sur la conscience. Les historiens de France sont particulièrement indulgents envers ce monstrueux héritage du passé qui a triomphé grâce aux armes de l’occident. Il se gardent bien de méditer sur l'à propos de leur tolérance ou silence complice. Ils sont les garants du mythe politique et résistantialiste du communisme sauveur du monde et qui ne peut donc être à la fois triomphal et criminel.

11:52 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

17/09/2011

Laurence Parisot, ultime rempart du système?

Après le livre de Caroline Fourest et fiammetta Venner qui se passe de tout commentaire tant le contenu est vil et affligeant, puis celui d’ NKM, 88 pages avec manifeste pour sa propre cause, c’est maintenant au tour de Laurence Parisot et Roseline Lapresle de monter au front, unité d'élite mobilisée pour tenter de laminer Marine Le Pen avec un pamphlet « Un piège bleu Marine », essai de 140 pages, écrit en gros caractères. La présidente du Medef avait déjà fait parler d'elle, il y a quelques mois, en s'opposant à Claude Guéant sur l'immigration légale et en souhaitant que la société française reste "ouverte" et "métissée".

Signe que les temps sont durs pour un système moribond, la patrone des patrons entre désormais sur le champ de bataille de la politique électorale !! Une première !! On y coupe pas, les deux auteurs passent au crible les commentaires de Marine sur les propos tenus pendant 40 ans par son père, notamment sur la période de l'Occupation et de la seconde guerre mondiale, alors que la critique du programme économique de Marine Le Pen n'occupe qu'une toute petite place dans l'ensemble : moins d'une vingtaine de pages !! Alors que pour NKM, Marine le Pen combat la crise par la crise, Mme Parisot dit que Marine le Pen fait du neuf dans du vieux. Des formules!! Magique non?

Le plus cocasse est que Laurence Parisot planche sur l'analyse de la mondialisation de Marine Le Pen sans aborder l’impact de la crise financière. Mais plutôt que méditer sur les conséquences d'un système qu'elle défend, Laurence Parisot préfère faire dans la métaphore : 

"On trouve, sous chacun des mots de Marine Le Pen, tous les démons de l'extrême droite",

et nous promet un Ragnarök :"sortie de l’euro = l'effondrement immédiat de l'économie"et "une cascade très rapide de catastrophes". Qui cherche à faire peur ? Marine Le Pen ou Laurence Parisot?

Un petit rappel pour Mme Parisot :

L'augmentation de la dette en 4 ans et demi est de 465,8 milliards, dans le même temps où la somme allouée par la France au plan de sauvetage au nom de la solidarité européenne est de 47,4 milliards d’euros. Gel des salaires, pouvoir d'achat des ménages en baisse, chômage, insécurité. Par ailleurs, selon la fondation Abbé Pierre, qui a repris les données du ministère du Logement, il y a 1.230.136 ménages dans l'attente d'un logement social. Et j'en passe....

Laurence Parisot, spécialiste de l'opinion publique, a fait carrière chez Louis Harris, désormais vice-présidente du directoire de l'institut de sondage Ifop. Autant dire que notre Cerbère, gardienne du monde des enfers, sait comment manier l’opinion. On comprend pourquoi les sondages n’inspirent qu’une confiance toute relative lorsque l’on réalise qu’ils sont dirigés par des êtres aussi partiaux et vindicatifs.

15:39 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2011

Les français doivent comprendre

La classe politique met à l'épreuve votre courage politique. Mes chers petits agneaux, changez vous en loups.

Ou soyez mangés!!

marine-le-pen-reprend-son-breviaire-anti-immigres_1570804...

J'ai la preuve irréfutable que Marine est la seule opposante redoutée à notre système esclavagiste :

?p=143739

09:39 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

31/08/2011

Mr Mélenchon, l'attraction.

Mélenchon, le tribun du peuple. Rien de subliminal chez lui. Tout brut de forme. Sauf que.

Cela faisait longtemps.Nos gavroches bleu blanc rouge en rêvaient depuis la commune. La fibre contestataire du français bercé par le romantisme révolutionnaire bon enfant qui milite pour une économie sociale anticapitaliste afin de donner bonne couleur à son universel panache épris d’un humanisme jaloux et spéculatif. Le parti de gauche, rassembleur de la vraie gauche nostalgique et rebelle, gauloiserie puérile et sectaire, spartakisme à la française. La vraie gauche, tirée des vieilles théories mondialistes de la révolution prolétarienne, méprise la contestation identitaire. Contestation identitaire non moins anticapitaliste et social qui, loin de tout romantisme conceptuel, se heurte de front au déni de toute la classe politique, celle-là même qui renâcle à voir dans le communautarisme et ses conséquences tragiques, le résultat irréfutable de son idéologie irresponsable. Classe politique, parti de gauche compris, sont les auxiliaires de ce grand capitalisme qui promeut activement l’établissement programmé d’un multiculturalisme politique destiné à déconstruire afin d’instaurer la dictature économique pseudo sociale d’un monde sans attaches destiné à l'exploitation la plus honteuse des masses démoralisées.

Mr Mélenchon, porte drapeau de cette vision commune à tous les partis du système n’est donc que l’auxiliaire de ce grand capitalisme, avec ce petit côté sympa du tribun engagé aux ressorts biaisés, esclave des fantasmes propre au gauchiste inhibé. Ne sont que « misérables »  les faux espoirs révolutionnaires qui ne s’attaquent pas aux vrais problèmes par confort, au nom des grands principes qui exonèrent.

12:02 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2011

Les marchés financiers sont devenus fous

Article "20minutes.fr" :

marine-pen-marches-financiers-devenus-fous

10:44 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

04/08/2011

Oslo et le FN : Ozon persiste et signe

Article "marianne2.fr":

Oslo-et-le-FN-Ozon-persiste-et-signe_a209040.html

10:56 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/08/2011

Peuples atones dans un monde obtus

Jadis, un état entrait officiellement en guerre contre un autre état. Désormais, grâce aux organisations internationales, on peut bombarder un ou plusieurs pays en se réfugiant derrières des résolutions. Le pire est que tout désormais fonctionne d’après le même schéma sous couvert d’une sémantique appropriée. Cabales au boulot, coups médiatiques et pilonnages en règles contre des hommes ou des mouvances à réduire, procès en sorcellerie et montages. Et que dire d’un système qui ne survit que grâce au relèvement du plafond de la dette et de chefs d’état qui creusent celle-ci toujours d’avantage pour sauver une dictature qui endette tout le monde au bénéfice de quelque uns. Ces quelque uns voteront bien sûr pour cette superpuissance autoritaire qui nous écrase tous pour la bonne cause. Mais les autres ? Qu’ont-ils à gagner dans ce vaste marché d’esclaves qui ne respecte même pas l’héritage du passé. Rien bien sûr. Mais pour ceux-là, on agitera le spectre du populisme qui menace la démocratie garante de nos valeurs humanistes. Ceux-là rentrerons à la niche d’où ils pourront continuer à aboyer. Le système a encore de beaux jours. Mais pour nos enfants, c’est sooooommmmmbre !! Leur avenir est sacrifié sur l’autel de l’économie. Mais en retour de quoi, ils seront citoyens du monde !! La belle affaire !!

14:08 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

12/07/2011

Gauche, droite, en avant, marche!!

Alors petit français, que vas-tu choisir en 2012, la gauche ou la droite ?

Gauche droite, gauche droite, gauche droite, tous républicains, gauche droite, gauche droite, gauche droite, tous démocrates, gauche droite, gauche droite, gauche droite, je vous ai compris, gauche droite, gauche droite, gauche droite, épicentre de notre délicate ferveur, gauche droite, gauche droite, gauche droite, et après ?? Après nous le déluge disent les uns, après sera comme avant pensent les autres. Quoi qu’il en soit, le présent passe avant la perspective d’un futur prévisible. Le côté positif du présent ? La connerie n’est pas encore faite !!

10:55 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

30/06/2011

Bourgeois et ouvriers, pour une certaine idée de la France

Les convictions socialistes des gens aisés est un réflexe social démocrate fondamentalement incompatible avec les intérêts des travailleurs. L’acceptation de la mondialisation est l’expression indiscutable de la trahison à l’égard du prolétariat. Défendre les intérêts des travailleurs en militant pour le développement de notre goulag international ultra libéral est la pire forfaiture. Il ne peut y avoir d’état providence dans ce contexte. Dans ce contexte, tout projet socialiste n’est qu’une entreprise d’intox. Le socialisme est une nébuleuse multiforme destinée à absorber toutes les contestations afin de les neutraliser. Leur conception de la négociation est stérile et courtisane, leur modération s’apparente à la lâcheté du démagogue, leur notion du compromis n'est que renoncement, et leur pluralisme n'a de raison d'être qu'en référence au nihilisme.

L’ouvrier s’est toujours fait dépossédé du fruit de ses actions détournées. Habiles relais, les syndicats ouvriers sont là pour y veiller!! Séduit par les chimères, le peuple français est incapable d’évoluer sans verser dans la lutte des classes. Pourtant, qu’on se le dise, tous les bourgeois n’ont pas la mauvaise idée de sacrifier leurs compatriotes au bénéfice de leurs intérêts propres!! Si le peuple ouvrier s’imagine pouvoir répondre au mépris d’une certaine bourgeoisie par son ralliement à une conception mondialiste de la contestation, il ne passera jamais entre les mailles du filet. Il doit se replier sur des bases où ses intérêts seront hardiment défendus contre la trahison, la spéculation et la course au profit. Le rétablissement des frontières est un préalable indispensable. L’ouvrier doit assumer cette revendication sans craindre les clichés péjoratifs qu’assène une gauche pseudo révolutionnaire inféodée à la dictature du mondialisme oppresseur.

L’ouvrier ne gagnera jamais seul. Le bourgeois doit rallier l’ouvrier afin de recomposer notre famille nationale. Si les coquins honnissent une alternative, c’est que cette alternative est la bonne.

10:45 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

27/06/2011

Les bien-pensants

Les bien-pensants sont des convertis appliqués, bras séculier de l’esprit qui fait loi. Rien qui ne soit admis n'est en mesure de leur faire entendre raison!! Nous sommes un peuple d’individualités sous l’emprise d'un même système de pensée. Tout bon sens est un épiphénomène s’il n’est pas homologué par une figure charismatique de nos esprits dévoyés.

13:09 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

21/06/2011

Gentil peuple et toutous chiens

La France est une vitrine constituée de petits bourgeois prétentieux et stérilisés qui s'imaginent être l'élite d'un peuple subjugué par le mythe absurde de sa souveraineté. Fils à papa épris d'eux-mêmes, toutous chiens certifiés tenus en laisse, ils affichent leur impudique et indécente connivence, campés comme des culs terreux dans la bauge infect de leur esprit glaiseux.

10:13 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/05/2011

Le pouvoir d'achat aux actionnaires

"Rétablir l'échelle mobile des salaires", autrement dit, indexer les revenus au cours de l'inflation. En d'autres termes, indexer les salaires sur l'augmentation des prix pour éviter la baisse du pouvoir d'achat. Cette mesure a déjà existé mais a été supprimée en 1982 par les "socialistes" reconvertis à l'économie capitaliste. Résultat : le pouvoir d'achat des salariés a fondu au profit de celui des actionnaires.
Les actionnaires aiment les socialistes!!

Débat FN / anti FN.Trés intéressant !! J'ai trouvé ça sur internet:

http://www.lepost.fr/article/2011/02/25/2417842_en-repons...

14:24 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2011

La CGT part en guerre contre le FN

"Le Front national ou l’imposture sociale". Derrière ce titre percutant, se déclinent onze pages d'un argumentaire adressé aux cadres de la CGT, pour tenter d’enrayer la montée en puissance du parti de Marine Le Pen.

 On donnera la parole au peuple : Quelques commentaires sur le site Europe 1 :

 -La CGT comme les autres n'ont pas compris que ce qui faisait un parti c'était les électeurs... Mais comme en France, personne n'osera jamais partir en guerre contre les électeurs et parce que c'est interdit... alors on préfère parler du front comme la vérole sur le clergé.

 -La CGT s'en prend au FN pour raison de préférence nationale, qui d'après elle est immonde, alors qu’elle exige la préférence corse lorsqu'il s'agit de la SNCM.

-La CGT, bras armé de feu le PC va devenir de plus en plus sectaire, virulente, haineuse. Et c'est à chaque fois le cas, quand elle est réduite à la plus simple expression, c'est à dire "rien". Elle ne représente plus rien, et les cotisations s'envolent vers d 'autres cieux...

-Un syndicat qui soutient d’un côté des salariés surpayés de l’autre un courant d'immigration de personnes sous payées ce n'est pas décent alors qu'il y a des millions de chômeurs qui pourraient occuper ces postes s'ils étaient correctement rémunérés. Tout salarié doit pouvoir vivre de son travail. Là curieusement la loi du marché ne fonctionne pas. On augmente pas le salaire lorsqu'il y a pénurie.

-La réaction de la CGT démontre que les classes populaires sont attirées par le programme de Mme Le Pen…

-La décence m'interdit de dire ce que je ferais de ce texte...

-Ils s'aperçoivent que les ouvriers quittent les syndicats pour se tourner vers le FN , la faute à qui ?…..

On change pas le service!! Touche pas à ma soupe.....populaire!!

12:39 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

19/04/2011

La médaille des promesses non tenues, c'est pour ?

Que fait Sarkozy pour les pauvres et les travailleurs pauvres??? Ses discours enflammés lors de la campagne présidentielle de 2007 étaient clairs. Il n'accepterait jamais pareille injustice!! On aurait dit la cavalerie déchaînée du Maréchal Ney! Depuis plus rien. C'est pas moi, c'est la crise!! > Les anglais marient bien Kate et William pour 1,2 milliards d'euros!! Rien pour les pauvres!!

Plus rien? Quoi plus rien? Les choses bougent. La France debout, sur tous les fronts. Politiques en tête!! Le ministre français de la Défense, Gérard Longuet,  lors de sa visite en Afghanistan, a fait le général Petraeus commandeur de la Légion d'Honneur, la plus haute décoration française.

Nous on distribue les médailles. Rien pour les pauvres.

10:00 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

18/03/2011

Où est l'instrumentalisation ??

La préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme

Les organisations syndicales CFDT – CGT – FSU – SOLIDAIRES – UNSA ont publié jeudi 17 mars un communiqué commun contre « l’instrumentalisation du syndicalisme par le Front National »

Instrumentalisation des syndicats devrait-on dire !!

 

Bernard thibault, l'excellence!!

bernard-thibault-la-mauvaise-foi-ne-tue-pas.html

*********************************************************

 
Contre la violation des libertés de pensée et d'expression.

Contre la discrimination politique et les exclusions. 

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National et Thierry Gourlot, président du groupe FN en Lorraine

Face aux discriminations politiques qui sévissent au sein de certaines organisations syndicales françaises et face aux exclusions dont sont victimes des militants du FN, nous avons décidé de créer une association de défense des intérêts sociaux, moraux et juridiques de ceux-ci.

Ce Cercle national de défense des travailleurs syndiqués, qui n’est pas un syndicat, leur permettra de se regrouper, indépendamment de leur appartenance syndicale, pour assurer une défense et une riposte aux intolérables atteintes aux principes démocratiques dont se rendent coupables les grandes centrales syndicales.

Commentaire d’un lecteur de « nationspresse.info »

Les grands syndicats français ne sont plus crédibles depuis qu’ils sont subventionnés par l’état, qui ainsi, de façon évidente, les achète.
De plus, l’affaire de fonds du MEDEF, retrouvés (bizarrement !) chez nos mêmes syndicats, éclaire crûment la façon dont ces personnages trahissent des deux cotés ceux qui leur ont fait confiance.

10:50 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/03/2011

Zemmour, le taureau

Article "20 minutes"

Eric Zemmour a fait son show hier à l'Assemblée nationale. Invité par l'UMP à un débat sur les normes, le polémiste a fustigé le politiquement correct sous les applaudissements nourris de militants et de parlementaires. Il a aussi appelé à la suppression des lois mémorielles (loi Gayssot sur le négationnisme, loi Taubira sur l'esclavage, etc.) et du délit d'incitation à la haine raciale. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a confié à 20 Minutes qu'il avait trouvé sa contribution « utile, intéressante et brillante », même s'il n'a pas donné son point de vue sur la légitimité de la demande du journaliste.A. S.

 **********************************

Bravo Mr Zemmour. Mais notons au passage que cela fait 20 ans que la police de la pensée est dénoncée par nombre d'hommes publiques, et que la presse ne relaie la contestation que lorsqu'il s'agit d'Eric Zemmour. Bravo quand même à cet homme qui s'est forgé une carapace à l'épreuve des orgues de Staline.

Quant à l'UMP, on a bien compris que Mr Zemmour se sert d'une tribune, mais qu'il n'attend rien de cette droite guimauve qui n'applaudit que lorsqu'elle y est autorisée. Quant la contestation vient de Mr Zemmour, c'est forcément propre!! L'UMP s'agite, se gargarise. Elle a peur d'une autre contestation à l'horizon 2012 !!

Citons quand même Mr Zemmour, au nom du bon-sens:

"J'aurais selon les magistrats "dépassé les limites autorisées du droit à la liberté d'expression". "Je crois savoir ce qu'est la liberté d'expression", a poursuivi le journaliste, citant Montaigne, Voltaire, et Zola, "mais je ne sais pas ce que sont les limites de la liberté d'expression, où elles se situent, qui les fixe, comment et au nom de quoi on les fixe".

22/02/2011

Le pape en France

Le pape est venu en France !! Le pape de la démocratie ultra-libérale sous couvert d'une étiquette socialisante qui sied si bien aux castes heureuses.

Oui, le pape de la finance, Strauss- Khan, notre grand Khan.

Il est descendu de sa tour d’ivoire pour mettre un peu les pieds dans l’fumier, le temps de nous faire un p’tit cocorico. Et toutes les poules du sérail politique de caqueter, toutes émoustillées. La sofrès qui n’en peut plus, et la gauche caviar qui a enfin trouvé Dieu, elle qui n’y croyait plus depuis si longtemps.

Paraît qu’il a le blues de l’expatrié !!? Pour quelqu’un qui n’est jamais là!! Doit être tout l’temps mal !! Pourtant, il a pas l’air. Il a même plutôt l’air très fier faute d’avoir fière allure. Un Monsieur qui ne doute de rien. Si le soleil se lève, c’est un peu grâce à lui. Chaque matin, il lui montre sa course. Faut dire qu’il est très professionnel !! Démonstration, il est tout à sa fonction !! Que de la vocation !!

Voilà mes chers compatriotes, on vous jette des graines, venez mes p'tits pioupious, vous en aurez autant qu’il est possible. C'est mie Sainclair qui donne à manger. Mangez à satiété. Quand Mr FMI sera aux commandes, CEINTURE .

09:17 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

20/12/2010

Robin des bois entre en politique

Quelle que soit l’époque, la légende populaire de Robin des bois reste vivante. Expression romancée d’une réalité inchangée, elle se fond sans peine dans la trame contemporaine. Toujours d’actualité, seul le costume change, ce qui est d'ailleurs une pratique courante de nos jours. Vulgaire brigand pour les détenteurs du pouvoir, Robin des bois est le "combattant pour une juste cause" aux yeux des administrés sous le joug. (Si Zorro n’avait pas été aussi riche et titré, soucieux de ne pas s'exposer à visage découvert, je l’aurais mis à la droite de Robin.)

A cette différence prés que le joug, de nos jours, a une autre dimension. Il est autrement plus opprimant sous des dehors moralement bienveillants. Désormais, il s’est exporté au point de devenir une multinationale, une internationale où l’échangisme tourne à l’obscénité. Ce qui me fait dire que Robin des bois (ou Zorro) n’aurait jamais été ni communiste ni capitaliste, alliés de toujours contre les peuples déboussolés. En effet, après l’internationale socialiste, l’internationale capitaliste a ce même projet de faire table rase de toutes les références passées au bénéfice d'une oligarchie traître et féroce, cette dernière laissant des millions de gens mendier leur travail pour une bouchée de pain sinon rien, marché d'esclaves juteux grâce au monde du travail sans frontières, avec la bénédiction des syndicats droit-de-l'hommesques, bouffons du roi.

Aussi, le conte romanesque a fait long feu. L’expérience témoigne que l’histoire tourne au cauchemar, et que la fin promise dans mes livres d’enfant n’est pas prête de voir le jour. En effet, que pourrait bien faire un Robin des bois (ou Zorro) face au mondialisme associé à la cour impressionnante de ses puissants valets prêts à lancer famine ou armées pour sauvegarder le trésor inestimable de leurs rapines. Les nations elles-mêmes sont réduites à devenir de vulgaires guichets destinés à valider ce dont elles n’ont plus la maîtrise.

Alors, plein de bon sens comme à mon habitude, je me suis imaginé que Robin des bois, n’ayant pas connu la démocratie et vécu à l’époque des partis, pour son plus grand malheur, ne pouvait pas faire de politique au sens strict du terme. Je me suis donc demandé quelle aurait été son orientation politique si il avait eu cette chance ??? Afin de le savoir, il m’a paru évident d’observer scrupuleusement les caractéristiques principales qui commandent à l’histoire de notre héros d’enfance. Brigand pour le système, tourné en dérision, soupçonné d'incorruptibilité, poursuivis en justice, calomnié, menacé d’interdit!! Je me suis donc logiquement rendu à l’évidence qu’ils n’aurait pu être que populiste. Quelle n’a pas été ma déception !!!!! de n'être pas Robin des bois !!!!

Quant à Zorro, la question est plus délicate. Bourgeois, aristocrate, le rang, l'étiquette, les pressions familiales!!! Certes il a un bon fond, mais aurait-il fait tomber le masque au risque de perdre cette position sociale qu'il se garde bien d'exposer dans la légende? Aurait-il trouvé une parade comme tant de belles âmes aujourd'hui, qui justement, se retranchent derrière une façade?

15:42 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

14/12/2010

Islam ou Nationalisme, leur France a choisi

« Les nationalistes, c’est la haine de l’autre ». François Baroin, porte parole du gouvernement,  devrait le graver sur les monuments aux morts de nos poilus qui n’étaient certainement pas mondialistes, cosmopolites, et favorables à une islamisation de leur pays.  Peut-être nous dira t'on qu'ils étaient patriotes sans être nationalistes!! A l'époque, on avait pas la rouerie de faire une distinction sujette à caution, lorsque l'on sait que le bloc national était majoritaire en 1919. Notons que dans notre pays, les faiseurs de guerres n’ont jamais été les nationalistes, mais bien plutôt de puissants apatrides de coeur, bien discrets dans leurs agissements, et ayant des intérêts financiers à vouloir en découdre avec le sang des autres. Discrets car donnant leurs directives aux élus fantoches appointés poussés en première ligne, car dépendants et obligés pour garder et remplir leur portefeuille. En revanche, les nationalistes ont toujours été une utile chair à canon, au nom de cette union sacrée à laquelle ils ont toujours été sensibles par soucis de l'intérêt commun. Aujourd'hui, l'union sacrée est dirigée contre les nationalistes pour porter l'estocade à ce qui n'est plus utile mais gênant pour le maintien de l'ouverture des frontières et le projet mondialiste du déracinement des peuples. En effet, il est opportun aujourd’hui de leur cracher au visage et de souiller leur mémoire pour mieux asseoir l'utopie marxiste et le goulag capitaliste. Le communautarisme, enfant chéri du mondialisme, est supposé être notre héritage, avec une multiplication des facteurs déclencheurs de tensions sans cesse grandissantes, mais cette fois, à l'intérieur de nos frontières, dans nos rues, sur le pas de nos portes. Tout un chacun condamne ce communautarisme pour la vitrine, et en favorise l'établissement et le développement par ses actions ou son apathie, lorsque celui-ci impose ses propres règles. La réalité qui se passe de discours, c'est que le mondialisme est le non-respect de l'autre, c'est la contrainte ultime et le renoncement permanent.

10:59 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (2)

13/11/2009

Faut-il être démocrate ?

Faut-il être démocrate ?

Mettez-vous à l’aise, il n’existe plus d’hommes qui ne soient pas démocrates. C’est peut-être d’ailleurs le fruit de notre évolution réussie. Scoup, nous réalisons aujourd’hui à quel point nos ancêtres étaient incomplets, pas finis quoi !!

Faut dire, ils avaient mordu dans un mauvais fruit au départ, ce qui les a précipités dans le tartare des barbares jusqu’au Ragnarokr où ils ont sombré lors du dernier conflit mondial.

Aujourd’hui, nous sommes libres !! Heureux? Oui, ceux qui se disent libres le sont probablement. Bénéficions-nous de la liberté d'expression ? Ceux qui ne transgressent pas le canon de la sainte obéissance peuvent se prévaloir de l'avoir. De toute façon, ceux qui se plaignent de n'en pas bénéficier sont forcément des individus pas clairs. Sommes-nous maîtres de notre destin ? On ne nous a pas consulté sur les grandes questions qui engagent notre avenir. Mais je n'oublie pas que nous sommes en démocratie. Il est donc toujours permis d'espérer. C'est d'ailleurs le propre des grandes religions révélées.

Sommes-nous des esclaves ? Humm, cette question n’est pas celle d’un démocrate sincère. Il n'est pas convenable de se plaindre dans une société qui s'emploie à oeuvrer en faveur de la justice sociale, leitmotiv des capitalistes. En effet, pour être démocrate sincère, il faut aussi être capitaliste, même pauvre, surtout pauvre, car les capitalistes riches ne sont pas tenus de prouver leur sincérité. Ceci dit, on peut être à la fois démocrate et anti-capitaliste à condition d’être encarté dans le système. Le système? C'est la bonne mère. C’est l’organisation mondiale politique et financière qui gouverne les lobbys, qui eux-mêmes, orientent les politiques nationales, pour le bien-être commun des hommes de demain. Pour aujourd'hui, on s'en tiendra là. Lorsque l'on est anti-capitaliste dans l'enceinte sacrée, on est alors une utile attraction, syndicat doudou trublion dans l’échiquier politique évangélique, bien intransigeant avec le pouvoir et l'argent, et bien complaisant avec le système qui vous accorde une tribune et des subventions. Cette nouvelle mouture pseudo révolutionnaire bien comme il faut aide à fixer les mécontents dans un mouvement de contestation qui s'est juré de ne rien changer en vérité, mais qui a tout loisir de s’en prendre vaguement aux créateurs de richesses, rejetons du système pas toujours comme il faut, pourvu qu'aucune chaîne n'entrave l'état major du capitalisme qui vit de cette manne juteuse et l'exploite sans jamais rien créer.

Parce qu'enfin, il faut que tout le monde vive, et le système est bon avec ses ouailles quoi qu'en disent les détracteurs pas démocrates qui survivent.

Il faut savoir que ce système là gouverne sur terre. Il gouverne sur la masse lymphatique des politiciens guimauve. Il est Dieu et s'inféode toutes les grandes religions auxquelles il accorde une exclusivité qui les lient. Mais ce dieu là n’est pas celui des pauvres. C’est le Dieu qui distribue les châtiments suprêmes sans la moindre humanité au nom de la démocratie tant chérie.

Moi, je suis démocrate bien sûr!!!

13:34 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)

18/08/2009

Le peuple existe t'il ?

Le peuple existe t’il ? On a peut-être tous rêvé ? Cette communauté d’hommes et de femmes n’est peut-être qu’une image d’épinal, car, à tout bien considérer, le peuple est majoritairement à l’image de l’homme ou de la femme qui le gouverne. Sous Napoléon 1er, le français était avant tout impérialiste sans être forcément révolutionnaire, après avoir aimé ses rois. Sous Pétain, il était sincèrement pétainiste, écoeuré des gouvernements corrompus, et sous De Gaulle, il a été gaulliste, car le gaullisme signifiait pour lui la sortie de la guerre. Il y aurait cependant une variante aujourd’hui. Le français ne serait plus à l’image d’une personnalité forte, pour 2 raisons : D’une part, parce que les personnalités fortes sont rejetées du système qui n’admet que des hommes velleitaires (principe de la gamelle). D’autre part, parce que l’histoire est mise entre parenthèse si l’on excepte les tripotages d’un marché juteux à grande échelle dont nous sommes les esclaves modernes et consentants. En effet, le français serait désormais tombé sous la coupe d’une idéologie. Ce qui, inévitablement, présage un avenir houleux, car l’idéologie est une bombe à retardement. Et force est de constater que pour l’heure, le français adhère majoritairement à cette idéologie du non-être qui a pour vocation de parachever la refonte de notre société indigène au nom d’un mariage de raison avec le communautarisme ethnique entre les mains du grand capital, canalisé par les trois ordres religieux qui surfent sur la vague du désarroi généralisé, et entre les griffes des syndicats stipendiés. Comment alors peut-on parler de peuple alors qu’il est question de soulever le voile sur le vrai visage de la mort, afin de révéler la non-existence de cette entité moribonde. Or, pour constituer un peuple, il faut que l’union de tous les esprits du pays réel se retrouve sur des valeurs intangibles qui ne soient pas matière à tractations. Le français est-il capable de relever pareil défi aujourd’hui ? Je dirais que 20% des français sont capables de constituer un peuple. En conséquence de quoi, la démocratie à l’occidentale est bien le gouvernail aux mains des puissants de ce monde qui mène le peuple divisé au milieu de nulle part.

La réalité est que le français a vendu son âme. L’âme du peuple est la monnaie d’échange pour le bien-être matériel dont il espère la jouissance. « Après nous le déluge »est la devise qui gouverne toutes les têtes. Le mauvais esprit se répand comme un venin à l’image d’un chacun pour soi. Or, rien ne peut forcer le destin d’un peuple car on ne devient pas sans être au préalable. Rien ne peut rallier un peuple bavard et instable, avide de clichés, corruptible et boulimique à souhait. Sa moralité a pour tribune un égocentrisme à la devanture modeste, soucieux de plaire à la vanité de son image de marque, d’exceller dans l’emploi d’une attitude empruntée au petit guide illustré. L’esprit français se surestime si bien dans le mirage réflexif de son égo, que son mental prend l’apparence d’une libido. Son esprit empêché s’étiole et se laisse entraîner par la mollesse de sa paresse dans l’espace aseptisé de sa pensée sclérosée. A l’esprit de sacrifice, le peuple préfère les commémorations. Souffrances, contraintes et privations sont pour lui une triade passéiste qu’il réserve néanmoins aux générations futures faute de courage et de volonté. Sac à malice d’un héros sans panache, il protège ses fuites perpétuelles derrière un rideau de fumée sans feu, derrière la brume tombante de ses idéaux mort-nés. Au nom des prétentions abusives de notre temps, les vertus les plus viriles sont elles-mêmes rejetées dans le gouffre noir d’un passé honni, impropre à l’hygiène mentale des vocations humanistes. Un humanisme dont la vocation éradicatrice est dénuée de toute notion d’attachement de l’être vivant à ses lignées. Enfin, le français s’imagine avoir l’esprit de corps, de classe, gavroche et violons, mais vainqueur dans un monde vaincu, il est en fait le plus grand perdant de l’histoire. Oui, il a l’esprit de corps, de corporation, solidaire dans l’égoïsme lorsqu’il est question d’avantages, donnant à ses revendications de marchands de tapis, la dimension d’une déclaration universelle. Jamais assez d’humiliations pour notre chroniqueur impénitent toujours pourvu d’une opinion, rejetant avec mépris la main tendue dés lors qu’elle n’est pas celle du pouvoir distributeur, dés lors qu’elle suppose une contrepartie qui engage ou expose. Ceci pour le plus grand bonheur des bourgeois notoires, financiers cleptomanes, politiciens nervis et la cour innombrable de leurs serviteurs dopés aux subtilités juridiques et procédurières, qui marchent d’un pas conquérant sur l’esprit en berne d’un peuple subjugué. Ainsi la paix oligarchique est acquise et la liberté fait peau comme un spectre froid qui vous suce le sang jusqu’à l’âme. Sous son règne, plus personne n’ose parler. Le silence imposé serre les cœurs et verse en libation au mensonge organisé. Mais qu’importe. Mieux vaut un collège de coquins bien coûteux, bien cauteleux, âpres aux gains, pourvu qu’il soit pour le maintien d’un système laxiste et permissif qui satisfait les ventres. La vérité, le peuple n’en a cure. La liberté, il ne la connaît pas et ne la souhaite même pas. Pudiquement , il l’enterre sous la chape de plomb de ses reniements permanents, pour le luxe sage de son indifférence hautaine.

14:59 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)